En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Fin des échanges de tirs à Tunis, 2 francs tireurs abattus


le 16 janvier 2011 à 19h03 , mis à jour le 16 janvier 2011 à 19h03.
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] Habitants de Den Den, près de Tunis, devant une boutique pillée (15/01/2011)

Crédits : AFP / F. Balaïd

A lire aussi
AfriqueLes échanges de tirs qui ont fait rage dimanche après-midi dans Tunis entre miliciens armés et policiers ont totalement cessé vers 18 heures, en raison de l'entrée en vigueur d'un couvre-feu.

La situation semblait revenir au calme à Tunis dimanche soir en raison de l'entrée en vigueur du couvre-feu, même si la capitale tunisienne ne semblait pas à l'abri de soudaines flambées de violence.
 
Auparavant, des tirs ont retenti toute la journée dans Tunis, dont le centre était totalement désert, à l'exception d'une forte présence policière. Par ailleurs, des échanges de tirs se sont produits devant le siège d'un parti d'opposition, le Parti démocratique progressiste (PDP) à l'issue desquels plusieurs personnes ont été arrêtées, dont deux étrangers.

Mais les échanges de tirs qui ont fait rage entre miliciens armés et policiers ont totalement cessé vers 18 heures. Les tirs nourris ont d'abord peu à peu baissé d'intensité, puis totalement cessé à la nuit tombée dans le centre de la capitale. Peu avant la fin de ces tirs, un hélicoptère de l'armée qui survolait la zone du ministère de l'Intérieur, apparemment pour guider les policiers sur le terrain, s'est retiré. Preuve de l'intensité des combats qui ont précédé le cessez-le-feu, deux francs tireurs ont été abattus par l'armée dans le centre de Tunis, au début des affrontements armés qui ont éclaté entre miliciens armés et forces régulières, a annoncé à la télévision publique tunisienne un sous-lieutenant de l'armée tunisienne.
 
Par ailleurs, le photographe franço-allemand de l'agence EPA Lucas Mebrouk Dolega, 32 ans, gravement blessé vendredi à Tunis, est dans "un état critique" mais il n'est pas décédé, a indiqué dimanche le consulat français à Tunis, contredisant une précédente information confirmant sa mort.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      logAudience