En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Au moins deux morts et 300 blessés dans des heurts au Caire


le 04 mai 2012 à 22h57 , mis à jour le 04 mai 2012 à 23h01.
Temps de lecture
3min
Incidents au Caire, 4/5/12

Incidents au Caire, 4/5/12 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
AfriqueSelon des sources hospitalières, au moins deux personnes ont été tuées et près de 300 blessées vendredi au Caire dans des heurts entre manifestants hostiles au pouvoir militaire et soldats, faisant encore monter la tension à l'approche de la présidentielle prévue à la fin du mois.

Nouvelle flambée de violence en Egypte. Selon des sources hospitalières, au moins deux personnes ont été tuées et près de 300 blessées vendredi au Caire dans des heurts entre manifestants hostiles au pouvoir militaire et soldats près du ministère de la Défense, faisant encore monter la tension à l'approche de la présidentielle prévue à la fin du mois.
 
Le pouvoir militaire a annoncé un couvre-feu pour la nuit et le parquet militaire l'arrestation de 170 personnes. Les manifestants ont échangé des jets de pierres avec les forces anti-émeutes de l'armée, qui ont aussi utilisé un canon à eau, des gaz lacrymogènes et chargé la foule à plusieurs reprises. Un journaliste de l'AFP a vu plusieurs manifestants blessés évacués sur des motos ou à bord d'ambulances, et la télévision égyptienne a également montré des militaires blessés portés par d'autres soldats. Un couvre-feu sera imposé à partir de 23h00 locales vendredi jusqu'à samedi matin dans le secteur du ministère, a déclaré le général Moukhtar al-Moulla, membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA), dans une allocution télévisée.
 
Environ 2000 manifestants se sont aussi réunis à Alexandrie (nord), deuxième ville du pays et fief islamiste. Ces rassemblements étaient soutenus par plusieurs mouvements pro-démocratie ainsi que par des organisations islamistes comme les Frères musulmans, première force politique du pays. Ces derniers jours, la contestation a été largement alimentée par des partisans de Hazem Abou Ismaïl, un responsable salafiste dont la candidature a été invalidée pour la présidentielle.
 
Mais de nombreux manifestants exprimaient vendredi la crainte plus large de voir l'armée chercher à manipuler l'élection présidentielle historique dont le premier tour est prévu les 23 et 24 mai. Mercredi, des affrontements entre des manifestants réunis près du ministère de la Défense et des assaillants en civil avaient fait neuf morts selon les autorités, 20 selon des sources médicales.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      logAudience