ARCHIVES

Egypte : les Frères musulmans dénoncent un "coup d'Etat"


le 14 juin 2012 à 17h37 , mis à jour le 14 juin 2012 à 22h55.
Temps de lecture
3min
La Cour constitutionnelle égyptienne, 14/6/12

La Cour constitutionnelle égyptienne le 14 juin 2012. / Crédits : AFP

À lire aussi
AfriqueAprès la décision de la Cour constitutionnelle de maintenir la candidature d'Ahmad Chafiq, ex-Premier ministre de Hosni Moubarak, à la présidentielle et de déclarer le Parlement "illégal", l'armée pourrait reprendre temporairement le pouvoir législatif. Les islamistes dénoncent déjà un "coup d'Etat".

A deux jours du second tour de la présidentielle, la décision de la Cour constitutionnelle égyptienne a fait l'effet d'une bombe jeudi dans un pays où la transition politique est encore loin d'être terminée.

Elle a tout d'abord invalidé une loi qui aurait empêché Ahmad Chafiq, en tant qu'ancien haut responsable du régime de Hosni  Moubarak puisqu'il a notamment été son dernier Premier ministre, de maintenir sa candidature lors du second tour de l'élection présidentielle, samedi et dimanche. Arrivé en deuxième position au premier tour qui s'est déroulé le mois dernier, il doit normalement être opposé à Mohamed Morsi, le candidat des Frères musulmans.

Dissolution de l'Assemblée

La Cour a aussi déclaré que près d'un tiers des députés du Parlement actuel n'avaient pas été élus dans des conditions "constitutionnelles" lors du scrutin qui s'est étalé entre novembre et février. Elle estime donc que la composition de l'Assemblée est "entièrement illégale". Cette décision devrait entraîner de fait la dissolution de l'Assemblée, dominée par les Frères musulmans et les salafistes qui disposent respectivement de près de la moitié et de près d'un quart des sièges.

Les Frères musulmans ont rapidement réagi à cette décision en dénonçant un "coup d'Etat total à travers lequel le Conseil militaire a effacé la période la plus honorable dans l'histoire de notre patrie".

Selon des sources militaires, l'armée qui dirige de fait l'Egypte depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011, se trouvait dans l'après-midi en réunion extraordinaire et pourrait annoncer qu'elle va reprendre le pouvoir législatif jusqu'à l'élection d'une nouvelle Assemblée du peuple. Si c'est le cas, la tension sera extrême et il faudra s'attendre à de nouveaux incidents.

Hillary Clinton appelle l'Egype à "ne pas revenir sur la démocratie"

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé jeudi l'Egypte à "ne pas revenir sur la démocratie",  après la décision de la Haute cour constitutionnelle de considérer le Parlement dominé par les islamistes comme "anticonstitutionnel". "Il ne peut y avoir de retour en arrière en ce qui concerne la transition démocratique réclamée par le peuple égyptien", a déclaré Hillary Clinton lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Défense Leon Panetta. La porte-parole du département d'Etat américain Victoria Nuland avait indiqué plus tôt que les Etats-Unis étudiaient actuellement la décision de la Haute cour constitutionnelle mais elle avait dit espérer pour le peuple égyptien qu'il "obtienne ce pour quoi il a combattu" au cours de la révolte ayant conduit à la chute d'Hosni Moubarak l'année dernière.

Commenter cet article

  • mars1394 : En tout cas, j'ai passé de super vacances en Egypte sous Moubarak. Avec les frères Musulman, pas sur de pouvoir se balader en string sur les plages... Bref, je m'en tape cette année je reste en France.

    Le 15/06/2012 à 09h36
  • mireye11 : Comme il y a des "neiges éternelles" , il y a dans ces pays-là , un "printemps éternel" !!!!!

    Le 15/06/2012 à 08h35
  • anthe : Elle va durer encore combien de temps... leur révolution Bidon

    Le 15/06/2012 à 01h58
  • blue321 : Pays pas encore fait pour la démocratie ...

    Le 14/06/2012 à 19h15
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience