En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Egypte : retour aux urnes sur fond de turbulences politiques


le 16 juin 2012 à 07h58 , mis à jour le 16 juin 2012 à 08h05.
Temps de lecture
3min
Egypte : femme du Caire devant des panneaux électoraux pour la campagne présidentielle, 30/4/12

Egypte : femme du Caire devant des panneaux électoraux pour la campagne présidentielle, 30/4/12 / Crédits : AFP

A lire aussi
AfriqueL'Egypte va voter tout le week-end pour le second tour d'une présidentielle qui opposera une figure de l'ancien régime à un Frère musulman, après l'invalidation des législatives remportées par les islamistes.

Près de 50 millions d'Egyptiens sont appelés à élire samedi et dimanche le  successeur de Hosni Moubarak, renversé par un soulèvement populaire en février  2011. Ils auront le choix entre le dernier Premier ministre de M. Moubarak,  Ahmad Chafiq, et le Frère musulman Mohammed Morsi. Mais la transition vers la démocratie semblait en péril après deux  décisions rendues par la Haute cour constitutionnelle jeudi, l'une invalidant les résultats du scrutin législatif pour un vice dans la loi électorale,  l'autre permettant à M. Chafiq de rester dans la course en dépit d'une loi  interdisant aux figures de l'ancien régime de se présenter.

Des islamistes et des membres des forces politiques issues de la mouvance "révolutionnaire" ont dénoncé un véritable "coup d'Etat" orchestré par l'armée  au pouvoir.  La mise hors-jeu de l'Assemblée du peuple pourrait permettre au Conseil suprême des forces armées (CSFA) de récupérer le pouvoir législatif. Les Etats-Unis se sont dits "préoccupés" par l'invalidation  des résultats des législatives, en ajoutant qu'ils étudiaient les  "implications" de cette décision.

Deux jours fériés pour voter

M. Chafiq, arrivé deuxième au premier tour des 23 et 24 mai après une  campagne axée sur la sécurité, a multiplié ces derniers jours les promesses de  "reconstruire un Etat et une économie modernes", de "lancer des grands projets  pour résorber le chômage" et de "garantir les libertés individuelles et de la  presse".

L'armée a quant à elle averti vendredi qu'elle ferait "fermement face à quiconque empêcherait les citoyens de choisir le futur président de l'Egypte". Elle a aussi annoncé le déploiement de 150.000 militaires pour assurer la  sécurité dans plus de 13.000 bureaux de vote à travers le pays. Conformément à la loi électorale, les deux candidats sont astreints au  silence. Pour inciter la population à voter, les  autorités ont décrété samedi et dimanche jours fériés.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Les images de la migration des grues cendrées

      Les images de la migration des grues cendrées

      logAudience