En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Elections en Egypte : les Islamistes et l'armée revendiquent chacun la victoire

Véronique Buonomano par
le 18 juin 2012 à 06h45 , mis à jour le 18 juin 2012 à 14h14.
Temps de lecture
4min
Egypte : femme du Caire devant des panneaux électoraux pour la campagne présidentielle, 30/4/12

Egypte : femme du Caire devant des panneaux électoraux pour la campagne présidentielle, 30/4/12 / Crédits : AFP

À lire aussi
AfriqueLes Frères musulmans ont revendiqué lundi la victoire de leur candidat Mohamed Morsi à l'élection présidentielle en Egypte, annonce aussitôt contestée par son rival Ahmad Chafiq, une ancienne figure du régime de Moubarak renversé en février 2011.

Tensions en Egypte, au lendemain des élections présidentielles, les Frères musulmans ont revendiqué lundi la victoire de leur candidat Mohamed Morsi. Une annonce aussitôt contesté par les partisans d'Ahmad Chafiq, l'ancien Premier Ministre d'Hosni Moubarak.

La confrérie islamiste affirme que son candidat Mohamed Morsi est arrivé en tête avec 52,5% des suffrages contre 47,5% à l'ancien Premier ministre d'Hosni Moubarak. "Le docteur Mohammad Morsi est le premier président de la république élu par le peuple", a écrit sur son compte Twitter le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), bras politique des Frères musulmans, présidé par Mohamed Morsi.  Le candidat s'est exprimé peu après lors d'une conférence de presse pour remercier ceux qui ont voté pour lui. Il s'est engagé à travailler "main dans la main avec les Egyptiens pour un avenir meilleur, pour la liberté, la démocratie et la paix". Il a aussi promis de "servir tous les Egyptiens" quelles que soient leur obédiences politiques ou religieuses.   "Nous n'avons pas l'intention de nous livres à des règlements de comptes", a-t-il assuré.
 
Cette annonce a aussitôt rejetée par le camp de d'Ahmad Chafik, un général à la retraite considérée comme le candidat de l'armée qui tient les rênes du pays depuis la chute de Moubarak. "Nous la rejetons totalement" a déclaré à la presse un responsable de la campagne de M. Chafiq. "Mahmoud Baraka, dont L'équipe de campagne d'Ahmed Chafik est stupéfaite par la conférence de presse (des Frères musulmans) qui constitue une violation des règles établies par la commission électorale", a déclaré Mahmoud Baraka, responsable des relations avec la presse d'Ahmed Chafik, accusant les Frères musulmans de "voler le résultat de l'élection. Un autre responsable de la campagne Mahmoud Farrag, a affirmé que Mohamed Chafik avaient recueilli 51,6% des voix selon des résultats partiels en provenance des bureaux de vote. Un autre, sous couvert d'anonymat a qualifié l'annonce des Frères musulmans de "mensonge", affirmant que la commission électorale n'avait reçu à ce stade que les résultats de quelque 7.000 bureaux de vote.
 
Les résultats officiels doivent être annoncés le 21 juin par la Commission électorale. Peu après la fermeture des bureaux de vote, la junte aux commandes du pays pouvoir en Egypte s'est attribué de vastes prérogatives, dont le pouvoir législatif. Si la victoire du candidat des Frères musulmans est confirmée, il aura une marge de manœuvre très réduite face aux militaires jusqu'à l'élection d'une nouvelle Assemblée du peuple à la place de la chambre dissoute samedi.

Egypte: l'armée remettra le pouvoir au président avant juillet

Larmée au pouvoir en Egypte a de nouveau promis lundi de remettre avant le 30 juin le pouvoir au nouveau chef de l'Etat issu de l'élection présidentielle dont le second tour s'est tenu samedi et dimanche. Le Conseil suprême des forces armées (CSFA) va transférer le pouvoir au nouveau président "d'ici le 30 juin", a assuré un général au cours d'une conférence de presse, même si le président aura peu de marge de manoeuvre compte tenu des vastes prérogatives que l'armée s'est octroyée dimanche soir.

Commenter cet article

  • danny20 : Et voilà à quel retournement de situation on est arrivé en soutenant les révolutions arabes ... des islamistes qui se disent modérés mais qui condamne quand même une chaine de télévision quand elle diffuse "Persepolis". Islamistes modérés ? Du grand n'importe quoi ! La révolution avance : la Tunisie, La Libye, L'Egypte, La Syrie ... who 's next ? Le Liban ? Ca y est ils brûlent déjà des églises en Egypte ... tout cela semble vraiment mal parti ...

    Le 19/06/2012 à 01h54
      Nous suivre :
      L'information secoue Twitter : Hello Kitty n'est pas un chat !

      L'information secoue Twitter : Hello Kitty n'est pas un chat !

      logAudience