En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'Algérie célèbre les 50 ans de son indépendance


le 05 juillet 2012 à 05h45
Temps de lecture
3min
Archives : joie à Alger le 5 juillet 1962, jour de l'indépendance

Archives : joie à Alger le 5 juillet 1962, jour de l'indépendance / Crédits : AFP

A lire aussi
AfriqueAlors que les accords d'Evian n'avaient pas été célébrés en mars dernier, l'Algérie débute ce jeudi une série de festivités qui s'étaleront sur un an pour marquer le 50e anniversaire de son indépendance, proclamée le 5 juillet 1962.

Cinquante ans après la joie du 5 juillet 1962, les Algériens commencent à fêter ce jeudi un demi-siècle d'indépendance de leur pays par rapport à la France. L'anniversaire sera célébré pendant plusieurs mois via de nombreux spectacles, feux d'artifices ou encore colloques.
 
Pour beaucoup des 37 millions d'Algériens, ces célébrations ont néanmoins un goût amer de démocratie bridée et de développement économique ralenti par une extrême dépendance aux hydrocarbures. Le président Abdelaziz Bouteflika a certes engagé cette année des réformes politiques, suite à une série d'émeutes sanglantes il y a un an et demi et à une série de grèves lancées dans la foulée du "printemps arabe".
 
Mais globalement, le constat est sombre, notamment chez les moins de 35 ans, qui représentent 70% des 37 millions d'habitants. Leur taux de chômage était ainsi supérieur à 20% en novembre 2011 selon le FMI. De son côté, l'inflation a atteint en avril 6,4% en taux annuel, rendant chaque jour un peu plus difficile la situation financière de la majorité des Algériens.

Guerre civile terrible
 
Sur le plan politique, l'Algérie a vécu un coup d'Etat de 1965 contre son premier président Ahmed Ben Bella, renversé par son ministre de la Défense Houari Boumediene, puis la démission forcée du président Chadli Bendjedid dont la politique de libéralisation avait offert en 1991 une victoire assurée aux islamistes aux législatives, finalement annulées.

Son successeur, Mohamed Boudiaf, assassiné il y a exactement 20 ans, s'était promis de combattre l'opacité du pouvoir, sous influence militaire, et les islamistes, devenus porte-parole de la rébellion des Algériens contre leur système politique. Résultat : une guerre civile meurtrière de plus de dix ans entre forces de l'ordre et islamistes qui a fait 200.000 morts et meurtri la population, victime de cette lutte de pouvoir.

Commenter cet article

  • juigne11 : J'espére que ces manifestations de joie seront interdites, Ils n'ont qu'a retourner en Algerie, pour fêter cet evenement.

    Le 05/07/2012 à 12h56
  • star83190 : Ils ont leurs indépendance, mais ils ont tous ici, alors , et en plus la France fait la fête alors que l'on a que des problèmes depuis qu'ils ont en France ces gents, il est grand temps qu'il arrive quelqu'un pour les faire partir chez eux , puisqu'ils ont leurs indépendance.... et oui , réaliste et pas raciste , chacun chez soit, et il n'y aura plus de problèmes....

    Le 05/07/2012 à 12h53
  • gg.74000 : Il va y avoir beaucoup de fêtes en France, ces temps-ci ...

    Le 05/07/2012 à 09h11
      Nous suivre :
      Ils découvrent un trésor dans le mur de leur maison

      Ils découvrent un trésor dans le mur de leur maison

      logAudience