En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Hôtel attaqué au Mali : à priori pas de Français parmi les morts, revendication du groupe jihadiste Al-Mourabitoune

Edité par avec
le 20 novembre 2015 à 09h40 , mis à jour le 20 novembre 2015 à 20h41.
Temps de lecture
5min
Bamako Mali hôtel Radisson otages terrorisme attaque
A lire aussi
Afrique La prise d'otages meurtrière de l'hôtel Radisson Blu de Bamako, revendiquée par le groupe jihadiste de Mokhtar Belmokhtar, s'est terminée vendredi après neuf heures d'enfer et plus de 27 morts, à la suite de l'intervention conjointe des forces maliennes et étrangères. Il n'y aurait aucun Français parmi les victimes, selon le ministre de la Défense invité du 20h de TF1.

• Le groupe jihadiste Al-Mourabitoune de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar a revendiqué la prise d'otages qui a fait au moins 27 morts vendredi dans l'hôtel Radisson à Bamako, selon un document sonore diffusé en soirée par la chaîne qatarie Al-Jazeera. "Nous les Mourabitoune, avec la participation de nos frères (...) d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), revendiquons l'opération de prise d'otages à l'hôtel Radisson", indique la voix d'un homme dans ce bref extrait diffusé par la chaîne basée à Doha.

 • Le ministre de la Défense a affirmé au 20h de TF1 qu'il n'y avait "à cet instant aucun Français" parmi les otages victimes. On en compte au moins 22, selon des sources de sécurité du Mali. Le Quai d'Orsay, qui a envoyé 6.000 SMS aux Français enregistrés au Mali, demande quant à lui aux Français de passage de s'inscrire sur le site "Ariane".

• Une "prise d'otages" a eu lieu ce vendredi à l'hôtel Radisson de Bamako au Mali où un assaut du GIGN malien a été donné en fin de matinée. Au moins "18 corps" ont été retrouvés, a indiqué une source de sécurité étrangère. Selon une source militaire malienne, deux terroristes ont également été tués.

• D'après l'entourage de François Hollande, des Français figuraient parmi les otages. Le ministère malien de la Sécurité évoquait 15 "citoyens français" libérés. Selon des informations encore diffuses, des ressortissants venant d'Algérie, d'Allemagne, de Belgique, du Canada, de Chine, de Côte d'Ivoire, d'Espagne, des Etats-Unis, d'Inde, du Maroc, de Russie, du Sénégal et de Turquie étaient également présents.

• La prise d'otages s'est terminée en milieu d'après-midi, a déclaré une source militaire malienne. "La prise d'otages est terminée, nous sommes actuellement en train de sécuriser l'hôtel", a affirmé cette source. Des assaillants sont donc potentiellement toujours présents dans le bâtiment.

• Les forces spéciales de l'armée française, venues du Burkina Faso voisin, sont depuis 14h (heure française) dans l'hôtel pour porter assistance aux forces de sécurité maliennes, selon le ministère de la Défense. Le Pentagone a également indiqué que des militaires américains avaient été dépêchés sur place. 

 

VIDEO. Le Drian rend hommage aux forces spéciales françaises

   

• Les jihadistes d'Al Mourabitoun ont revendiqué l'attaque via Twitter. L'authenticité de cette revendication n'a pour l'instant pas pu être vérifiée. Anciennement dirigé par Mokhtar Belmokhtar, censé avoir été tué par des frappes aériennes de l'armée américaine en juin 2015, ce groupe lié à Al-Qaïda s'était notamment fait connaître pour la prise d'otages du complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, en janvier 2013.

VIDEO. Les images des premiers otages libérés

VIDEO."Mon frère est arrivé à l'hôtel une minute après" l'attaque

• 12 employés d'Air France présents à l'hôtel sont "en lieu sûr", selon la direction de la compagnie aérienne, qui a annulé tous ses vols prévus vendredi entre Paris et Bamako.  

• Selon nos informations, 40 membres du GIGN français ainsi que 10 membres de l'IRCGN (spécialistes de l'identification criminelle) sont en route pour le Mali. Objectif pour le GIGN : sécuriser prioritairement certains secteurs, notamment l'ambassade  France. Pour l'IRCGN, il s'agira de procéder aux identifications des corps en cas de victimes françaises.

VIDEO. Prise d'otages à Bamako : 40 gendarmes du GIGN envoyés 

• Interrogé par RFI, le colonel Traoré a donné des précisions sur l'assaut en cours depuis ce vendredi matin : "Nous avons bouclé tous les alentours de l'hôtel et nos forces sont en train de progresser à l'intérieur de l'hôtel. Elles sont en train de procéder à la fouille chambre par chambre. La prise d'otages a commencé depuis 7 heures. Pour le moment, nous avons les éléments de penser qu'il y a deux à trois tireurs. Et nous avons, au cours de notre progression, récupéré trois victimes".  

• Le numéro d'urgence pour joindre la cellule de crise du Quai d'orsay : 01 45 50 34 60.

• François Hollande a exhorté les Français vivant dans des pays jugés "sensibles" à faire preuve de prudence.

VIDEO.Hollande "demande aux ressortissants de prendre toutes les précautions"

• Le président malien Ibrahim Boubakar Keita - qui se trouvait à N'Djamena pour une réunion régionale consacrée au terrorisme dans le Sahel - a quitté vendredi la capitale tchadienne à la suite de l'attaque. "Je déplore ce qui se passe au Mali. Les forces maliennes se sont déployées pour libérer les otages", a-t-il déclaré à la presse avant son départ pour l'aéroport. "Je lance un appel au calme et à la sérénité au peuple malien", a-t-il ajouté.

VIDEO.  Mali : certains otages libérés parce qu'ils pouvaient citer le Coran

 

Tirs d'armes automatiques

Des tirs d'armes automatiques pouvaient être entendus de l'extérieur de l'hôtel qui compte 190 chambres et où se trouvaient manifestement 170 personnes - 140 clients et 30 employés - au moment de l'attaque.

"Ca se passe au septième étage, des jihadistes sont en train de tirer dans le couloir", a déclaré une source de sécurité à l'AFP. Selon une source sécuritaire malienne, des assaillants sont rentrés dans l'enceinte de l'hôtel à bord d'une voiture munie d'une plaque diplomatique.

VIDEO."Une trentaine de touristes étrangers" parmi les 170 otages 

Fermeture d'institutions françaises de Bamako

"Nous suivons avec une grande attention les événements quisont en train de se dérouler à Bamako", explique le ministère français des Affaires étrangères. "Notre ambassade est mobilisée pour assurer la sécurité de nos compatriotes, en liaison étroiteavec les autorités maliennes."

"L'institut français et l'école française sont fermés et nous appelons nos ressortissants à rester chez eux", ajoute-t-on de même source. Une cellule de crise a été ouverte au Quai d'Orsay.

Le 7 mars, un attentat contre un bar-restaurant à Bamako avait coûté la vie à cinq personnes, dont un Français et un Belge. Il s'agissait de la première attaque de ce type perpétrée dans la capitale du Mali. Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Ils y ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Longtemps concentrées dans le nord, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l'année vers le centre, puis à partir de juin au sud du pays.

VIDEO. Le Mali toujours menacé par les jihadistes

VIDEO.Mali : "Il y a un potentiel terroriste très fertile dans la région" 

Commenter cet article

  • 666nwo : Ce n'est plus desormais un probleme francais nous sommes menaces quelles que soient nos nationalites et nos origines par un cancer planetaire..

    Le 20/11/2015 à 22h02
  • kolbb1 : Effectivement, malgré ses défauts, V.Poutine a au moins le "mérite" de mettre le paquet. En Europe, la France est un peu seule a réagir, à croire que les autres nations ( hormis la G.B ) ne veulent pas bouger , je ne comprends vraiment pas, elles attendent quoi ?....

    Le 20/11/2015 à 18h41
  • ysgawin : Vous êtes sur de commenter le bon article ? Ici, il est question du MALI, pas e la SYRIE...

    Le 20/11/2015 à 17h07

      Ses pylônes sont aussi haut que la Tour Eiffel, un nouveau pont bat tous les records

      logAudience