En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Mali : l'offensive islamiste est stoppée, estime Laurent Fabius


le 13 janvier 2013 à 22h25 , mis à jour le 13 janvier 2013 à 23h19.
Temps de lecture
3min
Fabius : « L’offensive islamiste au Mali est stoppée »
A lire aussi
AfriqueLa France a commencé à attaquer les "bases arrières des terroristes", a indiqué dimanche le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, alors que les forces aériennes françaises ont bombardé des positions des rebelles islamistes au nord du Mali.

La France a lancé une intervention militaire vendredi dans son ancienne colonie afin de stopper l'avancée des rebelles vers la ville de Mopti, considérée comme un verrou vers la capitale Bamako. Invité dimanche soir au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, Laurent Fabius est revenu longuement sur cette intervention des forces françaises au Mali.

En assurant notamment que la rébellion isamiste qui occupe le nord du pays, est désormais sur le recul.    "Bloquer les terroristes : c'est fait. Ce qui a commencé d'être fait aujourd'hui, c'est s'occuper des bases arrières des terroristes", a déclaré le ministre. Quatre Rafale, envoyés de France, ont pris pour cibles des camps d'entraînement, des infrastructures et des dépôts logistiques dans les environs de Gao, principale ville de la vaste région désertique dont se sont emparés les islamistes au printemps dernier.

La France a une "vocation aérienne" dans le conflit

Laurent Fabius a indiqué que les autorités algériennes, longtemps réticentes à voir la France intervenir à ses frontières, avaient autorisé le survol de son territoire aux chasseurs français. François Hollande, dont l'initiative a été saluée par la communauté internationale, a souligné que cette intervention militaire visait à préparer le déploiement d'une force africaine  destinée à appuyer la reconquête au sol du nord du pays par l'armée malienne. L'ancien Premier ministre de François Mitterrand a par ailleurs vanté la gestion de crise de François Hollande dont "la main n'a pas tremblé" en prenant la décision d'autoriser une intervention militaire.
 
Laurent Fabius a indiqué que si des forces spéciales françaises pouvaient être présentes au sol à des fins de renseignement, la France avait une vocation "aérienne" dans ce conflit.  La France, qui a déployé environ 550 militaires au Mali, répartis entre Bamako et Mopti, attend dans les prochains jours l'envoi des premiers contingents africains qui devront à terme affronter sur le terrain les islamistes aux côtés de l'armée malienne.

> En savoir plus : Le point sur l'opération militaire au Mali

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience