En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Mobilisation pré-électorale place Tahrir


le 27 novembre 2011 à 10h11 , mis à jour le 27 novembre 2011 à 10h12.
Temps de lecture
3min
[Expiré] Manifestants hostiles au pouvoir des militaires place Tahrir (25/11/2011)

Crédits : AFP / O. Andersen

A lire aussi
AfriqueA la veille de l'ouverture de législatives cruciales pour l'avenir de l'Egypte, les appels se sont multipliés pour renforcer les manifestations réclamant le départ des militaires au pouvoir.

L'Egypte se prépare ce dimanche à de nouvelles manifestations massives réclamant le départ du pouvoir militaire et la formation d'un gouvernement de "salut national", à la veille des premières élections depuis la chute du régime de Hosni Moubarak. La Coalition de la jeunesse de la révolution, formée durant le soulèvement de janvier-février, a appelé sur sa page Facebook à ces rassemblements sur l'emblématique place Tahrir au Caire et dans toute l'Egypte.

Cette mobilisation entame son dixième jour alors que des tractations sont en cours entre le Conseil suprême des forces armées (CSFA), aux commandes du pays depuis le départ en février de Moubarak, et des personnalités influentes sur la scène politique pour tenter de trouver une issue à la crise. Parmi elles, Mohamed ElBaradei, ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique et prix Nobel de la Paix qui a créé la surprise samedi en se disant prêt à renoncer à ses ambitions présidentielles pour diriger le gouvernement de salut national réclamé par les manifestants.

La rue divisée

La grogne populaire contre le CSFA s'est amplifiée à l'approche des législatives qui doivent débuter lundi et s'étaler sur près de quatre mois. La mort samedi d'un manifestant de 19 ans a fait ressurgir les craintes de voir le scrutin émaillé de violences.

Mais la rue est plus que jamais divisée avec des contre-manifestations massives réclamant un retour à la stabilité et à la relance de l'économie, plongée dans un marasme profond depuis le début de l'année. "Ce que nous craignons, c'est que ces divergences ne se transforment en divisions et de là en guerre entre des groupes qui étaient il y a quelques mois un seul bloc appelant à la chute du régime", met en garde ce dimanche le quotidien gouvernemental Al-Akhbar. "Le pays est au bord d'un fossé qui se creuse (...). La situation actuelle est dangereuse (...) et l'avenir l'est encore plus".

Commenter cet article

  • alyssa002 : Fallait s'en douté mais tout le monde a trouvé sa normal..le printemps arabes....pfiou on a été jusqu'a vouloir leur donner un prix nobel de la paix...mais bien sure.. des gens comme vous et moi qui descendent dans la rue armé jusqu'aux dents pour renversé un régime qu'ils ne semblent plus supporté et tout le monde trouve ça normal..

    Le 27/11/2011 à 13h18
      Nous suivre :
      Il marque 4 paniers en 30 secondes et empoche… 10.000 dollars !

      Il marque 4 paniers en 30 secondes et empoche… 10.000 dollars !

      logAudience