En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Nigeria : 40 étudiants tués dans le dortoir de leur collège par des islamistes

Edité par avec
le 29 septembre 2013 à 17h25 , mis à jour le 30 septembre 2013 à 07h21.
Temps de lecture
3min
Carte de localisation de Gubja, au Nigeria

Carte de localisation de Gubja, au Nigeria / Crédits : Idé

À lire aussi
AfriqueAu moins 40 personnes ont été tuées dimanche matin au cours d'une attaque du groupe islamiste Boko Haram contre des étudiants endormis dans le dortoir d'un collège du nord-est du Nigeria.

Cette nouvelle attaque meurtrière, perpétrée dimanche aux premières heures, est la dernière d'une longue liste depuis quatre ans. Elle s'est produite dans la ville de Gubja (à 30 km de Damataru, capitale de l'Etat de Yobe).

"Des terroristes de Boko Haram" se sont introduits dans le collège de l'Agriculture, et "ont tiré sur des étudiants" alors qu'ils étaient endormis, a déclaré le porte-parole militaire de l'Etat, Lazarus Eli.

Ils ont tiré au hasard


Des dizaines d'hommes armés ont fait irruption dans le dortoir et ont tiré  au hasard dans le noir, a raconté un témoin, Salamanu Ibrahim, un étudiant de  23 ans qui s'est réfugié à Damaturu après le carnage, comme des centaines  d'autres étudiants.


"Les assaillants sont devenus fous furieux", a-t-il dit, "ils étaient  lourdement armés avec des fusils sophistiqués et des explosifs artisanaux" et  ont fait sauter plusieurs bâtiments du collège après avoir quitté le dortoir.
Les corps des étudiants ont été évacuées vers un hôpital de Damaturu où des centaines de proches des élèves sont venus voir si des membres de leur famille figuraient parmi les victimes, a indiqué un responsable de l'hôpital sous  couvert d'anonymat. "Nous avons maintenant 40 corps qui ont été amenés dans la morgue après  l'attaque", a indiqué ce responsable.

Dans une interview télévisée diffusée sur plusieurs chaînes, le président  nigérian Goodluck Jonathan a indiqué avoir donné l'ordre aux responsables de la  sécurité "d'examiner les différents moyens de faire face" à l'insurrection,  quelques heures après avoir été informé de l'attaque. Il s'est aussi dit exaspéré que des étudiants aient été pris pour cible.

L'Etat de Yobe a été le théâtre de violentes attaques ces derniers mois contre des étudiants, toutes imputées à Boko Haram. La pire attaque jusqu'à présent s'est produite en juillet dans la ville de Mamudo, où les islamistes ont lancé des grenades explosives et ouvert le feu dans des dortoirs, tuant au moins 41 personnes, essentiellement des étudiants.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      A Barceloneta, le "tourisme de cuite" devenu ennemi n°1

      A Barceloneta, le "tourisme de cuite" devenu ennemi n°1

      logAudience