En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Tunisie: une manifestation dispersée par la police à Sidi Bouzid


le 09 août 2012 à 16h18 , mis à jour le 10 août 2012 à 15h26.
Temps de lecture
3min
La ville de Sidi Bouzid est située au centre de la Tunisie.
A lire aussi
AfriqueLa police tunisienne a procédé jeudi matin à des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène à Sidi Bouzid (centre-ouest), berceau de la révolution de 2011, pour disperser une manifestation d'opposants.

Les forces de l'ordre ont commencé à tirer en l'air lorsque des manifestants, qui réclamaient la démission du gouvernement dirigé par les islamistes du parti Ennahda, ont cherché à pénétrer par la force dans le siège du gouvernorat (préfecture) de Sidi Bouzid.

Les protestataires ont brisé le portail d'entrée du gouvernorat,. Après les tirs, un mouvement de panique a débuté et la foule de manifestants s'est dispersée pour échapper au gaz lacrymogène. Une personne blessée par une balle en caoutchouc et quatre autres qui se sont senties mal en raison du gaz ont été transférés à l'hôpital de Sidi Bouzid, a indiqué le surveillant général de cet établissement, assurant que ces blessures n'étaient pas graves.

"Le gouvernement n'est pas au service de ce peuple"
 
Plusieurs formations politiques d'opposition ont participé à cette manifestation comme le parti républicain, le parti des Travailleurs tunisiens, Al-Watan (la nation) ainsi que des indépendants. "Les revendications du peuple relatives à l'amélioration de sa situation sociale deviennent de plus en plus insistantes mais malheureusement le gouvernement n'est pas au service de ce peuple", a déploré Mohamed Ghadri, membre du parti républicain.
 
Fin juillet, la police avait dispersé de la même manière des dizaines de manifestants qui avaient attaqué le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid, y jetant des pneus enflammés, pour protester contre des retards de versement de salaires. Cette ville est le berceau de la révolte en Tunisie, qui a abouti le 14 janvier 2011 à la chute de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans de règne sans partage. Les revendications sociales, notamment en raison du fort chômage des jeunes et de la pauvreté, étaient au coeur des causes de la révolution. Les lenteurs de l'amélioration des conditions économiques et sociales ont entraîné des nouvelles tensions dans le pays. Régulièrement des grèves et action de protestation interviennent et la police intervient pour les disperser.

Commenter cet article

  • mirkos71 : A felix one .arrêtez votre angélisme et hypocrisie.ceux d'aujourd'hui sont la pour profiter du système.par contre ils construisent en Tunisie avec l'argent touché en France par les aides sociales.j'ai un exemple prés de chez moi.

    Le 10/08/2012 à 13h33
  • felix_one : Souhaitons que ce soit vite et pas dans la souffrance !

    Le 10/08/2012 à 07h46
  • felix_one : Si vous avez un logement c'est peut etre bien un tunisien qui vous l'a construit ! Qui a fait venir la main d'oeuvre étrangère en France pour reconstruire le pays?

    Le 10/08/2012 à 07h45
  • fimadou : Dans 28 ans.

    Le 09/08/2012 à 22h04
  • giromaxi : Hé oui, nous aussi !....

    Le 09/08/2012 à 18h43
      Nous suivre :
      Syrie : il filme les exactions commises par les jihadistes et témoigne au péril de sa vie

      Syrie : il filme les exactions commises par les jihadistes et témoigne au péril de sa vie

      logAudience