En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Trois millions de spectateurs pour un jour historique

Fabrice Aubert par
le 20 janvier 2009 à 05h45
Temps de lecture
5min
[Expiré] [Expiré] investiture obama foule matin capitole

Crédits : AFP/S. Honda

A lire aussi
AmériquesDeux mois et demi après son élection, Barack Obama devient officiellement président aujourd'hui. A suivre en direct sur TF1, LCI, LCI.fr et LCI radio à partir de 16h.

 

 EN DIRECT

Suivez la cérémonie sur :
dans le dossier spécial sur LCI.fr,
avec les éditions spéciales
de LCI et TF1 sur le site et
sur LCI radio

 >> voir le dossier spécial

La prise de fonctions d'un président des Etats-Unis d'Amérique est déjà en soi un moment historique. L'investiture de Barack Obama l'est encore plus que d'habitude puisqu'il est le premier président noir d'un pays où l'esclavage a été aboli en 1865 et où la ségrégation raciale était encore en vigueur dans la capitale et dans plusieurs Etats du Sud au moment de sa naissance en 1961. "Maintenant je vais me tenir là, prêter serment de 44e président des Etats-Unis. C'est quelque chose que nos enfants considèrent heureusement comme acquis. Mais pour nos grands parents, cela reste sensationnel et ce sera un moment extraordinaire", a indiqué Barack Obama dimanche lors d'un entretien à CNN.

La Bible de Lincoln pour le serment
 
bible obama lincolnA midi, heure locale (18h, heure française), environ une heure après le début de la cérémonie proprement dite, l'Amérique va donc vivre un moment doublement historique avec l'investiture de son 44e président.

Le plus fort symbole de cet instant si particulier : comme le veut la tradition -sans que la Constitution ne l'impose- Barack Obama prêtera serment sur la Bible. Mais pas sur n'importe quelle Bible : il utilisera en effet celle d'Abraham Lincoln en 1861 (photo afp, ci-dessus), le président républicain qui a justement aboli l'esclavage et qui a conduit la nation lors de l'une de ses pires périodes, en l'occurrence la guerre civile entre le Nord et le Sud.

Discours contre le "laisser-faire"

Dans la foulée, Barack Obama prononcera son discours inaugural. Etant donné le contexte économique difficile auquel le nouveau locataire de la Maison-Blanche va être confronté et l'attente qu'il suscite après avoir redonné l'espoir aux Américains pendant la campagne, cette intervention aura encore plus de poids que d'habitude.
 
Selon son entourage, il devrait notamment lancer un appel au peuple américain à prendre ses responsabilités, après avoir trop longtemps cultivé le "laisser-faire". Le discours "sera très imprégné de la notion de responsabilité et de celle de remettre notre pays sur les rails", souligne Robert Gibbs, le porte-parole du futur président.  "Il dira qu'il faut que cette culture de la responsabilité soit exigée du peuple américain mais que ses dirigeants doivent montrer l'exemple. Il dira aussi que nous avons tous quelque chose à apporter à notre pays, et que nous avons l'obligation de le faire pour qu'il regagne sa grandeur", ajoute Rahm Emanuel, le futur secrétaire général de la Maison-Blanche. Barack Obama se place ainsi sur la même ligne que John Fitzgerald Kennedy, qui avait lancé à ses concitoyens en 1961 le célèbre "ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez vous ce que vous pouvez faire pour votre pays" (cliquez ici pour voir l'investiture de Kennedy en 1961).

Trois millions de personnes
 
Outre les nombreux invités officiels qui seront installés sur les marches du Capitole -ainsi que ceux qui ont pu acheter les quelques places mises à la disposition du grand public-, plus de trois millions de personnes -un record pour une investiture présidentielle- sont attendues le long du National Mall qui mène jusqu'à l'obélisque et au Memorial Lincoln, soit trois kilomètres. Sans surprise, cela implique des mesures de sécurité extraordinaires et promet des embouteillages de piétons gigantesques. Et Ils sont déjà des milliers, plusieurs heures avant le début de la cérémonie. Seul, en groupe ou en famille, des dizaines de milliers de personnes convergent depuis l'aube vers le Capitole dans une ambiance festive, où ils devront braver le froid glacial et le vent qui souffle sur la capitale américaine.
 
Après le discours, la parade, pendant laquelle le nouveau président et sa famille devraient quitter leur limousine pour effectuer en partie à pied la descente de Pennsylvania Avenue vers la Maison-Blanche, sera notamment encadrée par des milliers de policiers, de gardes civils et de tireurs d'élite. De leur côté, les participants aux bals, officiels ou non, organisés un peu partout dans la capitale en soirée peuvent s'attendre à des mouvements de foule.

En cas de malheur, Robert Gates deviendra.... président

Robert Gates, le secrétaire à la Défense du président sortant George W.  Bush reconduit par le nouveau président Barack Obama, sera absent de la cérémonie d'investiture, parce qu'il a été désigné pour assurer la présidence en cas de malheur ce jour-là. Il se tiendra dans un lieu secret pendant toute la cérémonie et assumerait la plus haute fonction dans l'éventualité où un attentat  terroriste, par exemple, décimerait le président et tous ceux qui suivent dans la ligne de succession. Le vice-président sortant, Dick Cheney, sera lui bien présent à la cérémonie  d'investiture... mais en chaise roulante. "Le vice-président a été victime d'une déchirure musculaire au dos  en déplaçant des cartons dans son nouveau domicile," a précisé la porte-parole  de la Maison Blanche Dana Perino.


SPECIAL SUR LCI RADIO

- A 17 heures : Thierry Fournet, documentariste français qui a rencontré Barack Obama en 2004, décrypte l'évènement.

- A 17 heures 15 : nos correspondants vous font vivre la passation de serment en direct depuis Londres, Rome, Moscou et Beyrouth.

- A 17 heures 30 : Louise Couvelaire, auteur de "Desperate White House", décrypte la journée.  


RENDEZ-VOUS LCI.fr  :  

Equipe Obama, flash-back, bilan de Bush, dossiers prioritaires : notre dossier sur l'investiture en cliquant ici
Commenter cet article

  • Ayik : Moi, en ce moment, je suis dans un rêve oû Obama va faire de très grands pas pour la Paix au Moyen-Orient. Ne me réveillez surtout pas!

    Le 20/01/2009 à 21h09
  • Troky : Obama n'est pas noir! Il est métis! C'est le premier Président américain métis mais certainement pas noir. Faut arrêter de délirer. Il est 50% blanc, 50% noir. Vous avez vraiment le cerveau lavé et relavé!

    Le 20/01/2009 à 20h08
  • Mitch : Cà va vite déchanter dans les chaumières américaines !!! même pas encore au pouvoir et déjà un héros !!! s'il avait été républicain ( donc de droite ) il aurait été un moins que rien. Comme d'habitude à gauche gentil, à droite méchant. Il y en a qui ont oublié avoir été berné de 1981 à 1995. leur mémoire est courte. Apparemment, pour certains esprits, les cops bas de la gauche sont plus facile à oublier que la droite.

    Le 20/01/2009 à 19h53
  • Amy : Je crois que vous êtes trop jeunes pour comprendre ce que represente comme changement au sommet du pays le plus puissant du monde la nomination de quelqu'un qui appartenait à une minorité dénigrée ; les Usa ont toujours été le pays es blancs protestants qui venaient des peres fondateurs immigrés d'hollande et de GB ; le seul fait qu'il soit encore vivant le jour de son investiture est déjà un petit miracle ! révisez votre histoire, pensez à martin luther king assassiné, à Malcom X assassiné, à Kennedy assassiné,au KKK, et vous réaliserez pourquoi il y aura, si on le laisse faire du changement. Il ya du boulot mais les dés ont changés de mains.

    Le 20/01/2009 à 19h32
  • ComteZer0 : Ce sera un très grand président.

    Le 20/01/2009 à 19h13
      Nous suivre :
      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      logAudience