En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Obama donne le ton


le 22 janvier 2009 à 07h13 , mis à jour le 22 janvier 2009 à 07h13.
Temps de lecture
4min
barack obama

Barack Obama, le 21 janvier 2009 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
AmériquesGuantanamo, Proche-Orient, Irak... Passées les réjouissances de son investiture, le président a lancé mercredi ses premiers chantiers.
 

OBAMA PRESIDENT

REVIVEZ
l'investiture en vidéo
DECOUVREZ
les nouveaux acteurs à Washington
COMPRENEZ
les enjeux de la nouvelle présidence
VIVEZ
en direct les premiers jours de la nouvelle administration
 

 >> Edition spéciale sur LCI.fr

La fête à peine terminée, Barack Obama, s'est colleté sans tarder avec les réalités mercredi. Déjà, la veille, il avait annoncé une première décision au retentissement international : la suspension des procédures devant les tribunaux d'exception de Guantanamo pendant 120 jours pour laisser le temps à son administration de trancher sur l'avenir de ces procédures. Et dès jeudi, il devrait signer le décret présidentiel ordonnant la fermeture de la prison, symbole des excès de l'administration Bush dans la "lutte contre le terrorisme", selon une source de la Maison Blanche.
 
L'Irak : Autre dossier qu'Obama entend mené tambour battant: faire rentrer en 16 mois les troupes de combat déployées dans le pays. Réunissant mercredi ses responsables militaires, le nouveau président leur a demandé "d'avancer dans la planification nécessaire pour mener à bien un retrait militaire d'Irak de manière responsable".

Des règles d'éthique
 
Le Proche-Orient. Obama a également appelé dans la matinée les dirigeants du Proche-Orient pour s'engager auprès d'eux "à oeuvrer activement à la paix israélo-arabe dès le début de son mandat". Selon les Palestiniens, le président Mahmoud Abbas aurait été le premier dirigeant étranger qu'aurait appelé Obama. Un de ses premiers actes a aussi été de proposer au sénateur à la retraite George Mitchell, artisan de la paix en Irlande du Nord, de devenir son émissaire pour le Proche-Orient.
 
Régime sec à la Maison-Blanche. Cette journée a été pour Barack Obama l'occasion de signer ses premiers décrets présidentiels, dont l'un gelant les salaires de ses plus hauts collaborateurs gagnant au moins 100.000 dollars par an. "En cette période de difficultés économiques, les familles américaines sont obligées de se serrer la ceinture, et c'est aussi ce que Washington devrait faire", a dit le président. Il a aussi énoncé des règles d'éthique auxquelles les membres de son administration devront se plier, comme celle de n'accepter aucun cadeau de la part des puissants lobbyistes agissant au nom de groupes d'intérêt.

Le cafouillage
 
La crise économique. Mais, avec les annonces quotidiennes de fermeture d'entreprise et de licenciements, c'est la crise économique qui figure en tête des préoccupations des Américains et c'est aussi la toute première priorité déclarée par Barack Obama. Vingt-quatre heures après avoir appelé ses compatriotes à se "relever" et à "reprendre la tâche de la refondation de l'Amérique", il devait réunir ses conseillers économiques pour discuter du vaste plan de relance de l'économie américaine, qui pourrait se chiffrer à 825 milliards de dollars, en dépenses dans des travaux publics ou en déductions fiscales.
 
Prestation de serment (bis). La journée aura également été marquée par une décision extraordinaire du nouveau président, qui a prêté serment une deuxième fois après un cafouillage la veille lors de la cérémonie d'investiture. M. Obama avait été induit en erreur par le président de la Cour suprême John Roberts qui avait récité dans le désordre le texte solennel prévu par la Constitution. Selon la Maison Blanche, le rituel s'est cette fois déroulé sans accroc, et en comité plus restreint, dans la Salle des cartes de la résidence présidentielle. La Maison Blanche pense néanmoins que la prestation de serment de mardi était valable, a indiqué son responsable pour les affaires juridiques, Greg Craig.
 

 (D'après agence)

Commenter cet article

  • Fouad : Je suis très content pour le choix des americains .Il ont enfin concretiser le reve Americains tant esperer,pour le monde entier ce jour restera graver à jamais dans nos memoire , et j'espere que ce nouveau president apportera à la nation americaine et le monde les exploit attendu dans tous les domaines .

    Le 22/01/2009 à 10h06
  • Jacques L : Après tout ce spectacle du jour d'investiture, il est tant que "le maître du monde" passe aux actes!

    Le 22/01/2009 à 09h44
  • Rol : Il faudra le soutenir,car les peaux de bananes sous ses pieds ne vont pas manquer!!!!

    Le 22/01/2009 à 09h31
  • Isaelo2a : Le cafouillage 'volontairement provoqué surement par le présiden de la cour sup ' es t le signe implicite des futurs petits tracas qui lui seront réservés bonne chance m .Obama la tache sera rude face à vos opposants prudemment ambusqués !!! pour l'instant ! qu'il ne lui réservent pas le sort de JFK !!!

    Le 22/01/2009 à 09h21
  • SALAVY : Un grand espoir est apparu avec B.Obama devenu Président.Reste l'espoir que les forces conservatrices et celles des fanatismes trop répandues dans le Monde ne freinent pas ou n'empêchent l'action de cet Homme de bonne volonté. ( N.B: la limitation des salaires des officiels devrait vite faire école dans nos pays européens dont la France et ses multiples pouvoirs décentrtalisés!!)

    Le 22/01/2009 à 09h06
      Nous suivre :
      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      logAudience