En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Obama face au spectre du racisme


le 17 septembre 2009 à 06h59 , mis à jour le 17 septembre 2009 à 06h59.
Temps de lecture
3min
obama_discours_drapeau

Barack Obama, le 9 septembre 2009, lors de son discours au Congrès sur la Santé / Crédits : Reuters

A lire aussi
AmériquesL'opposition virulente à Obama a-t-elle des relents racistes ? Beaucoup se posent la question, et l'ex-président Carter vole au secours d'Obama. Au grand embarras de la Maison Blanche.

Un élu qui hurle "Vous mentez !" au président américain en plein discours au Congrès, des manifestants arborant des armes quand il prend la parole... les attaques personnelles visant Barack Obama se multiplient et posent - ou reposent - la question du racisme. A en croire certains observateurs, l'opposition au premier président noir du pays, qui frise l'hystérie ces derniers mois avec le projet de réforme de l'assurance maladie, n'est pas motivée par la politique seule, mais aussi par la couleur de sa peau. "Certains Américains n'arrivent toujours pas à digérer le fait qu'Obama soit président des Etats-Unis. Le soir, ils vont se coucher en se demandant comment une chose pareille a bien pu se produire", avance l'élu démocrate Charles Rangel. La romancière chilienne Isabel Allende, qui vit aux Etats-Unis, discerne un "racisme subliminal, caché, dans l'opposition à Obama".

L'ancien président Jimmy Carter est lui-même monté au créneau, estimant sur NBC qu'une "grande partie de l'animosité passionnément affichée à l'encontre du président Barack Obama s'appuie sur le fait que c'est un homme noir". Selon lui, "le penchant pour le racisme continue d'exister, et je crois qu'il remonte à la surface parce que le sentiment est répandu parmi de nombreux Blancs, pas seulement dans le Sud mais dans tout le pays, que les Afro-Américains ne sont pas qualifiés pour diriger ce grand pays. C'est une situation abominable qui me préoccupe très profondément".

"Les démocrates jouent l'intimidation"

Mis en cause, le camp conservateur rétorque que lorsqu'un démocrate sort l'accusation de racisme, c'est en réalité dans le but de tuer toute critique. Les démocrates "jouent l'intimidation", accuse ainsi Brendan Steinhauser, coordinateur de FreedomWorks, le réseau qui a organisé la première grosse manifestation contre la réforme de la couverture santé le week-end dernier. Pour disqualifier l'opposition, "il suffit de la traiter de raciste ou d'homophobe". Et c'est un Afro-américain, Michael Steele, président du Comité national républicain, l'instance dirigeante de l'appareil du parti, qui a répondu aux accusations de l'ancien président américain : "Le président Carter se trompe complètement. Ce n'est pas une question de race, c'est une question de politique. C'est une tentative pathétique de la part des démocrates de détourner l'attention d'un plan de réforme du système de santé (...) très impopulaire auquel le peuple américain est tout simplement opposé".

Cette accusation de vouloir détourner le débat est vigoureusement combattue par l'entourage d'Obama, plutôt embarrassé par le soutien de Jimmy Carter. Et le porte-parole de l'actuel président a dû publiquement désapprouver les propos de l'ancien chef d'Etat. Face aux journalistes, Robert Gibbs a donc une nouvelle fois asséné mercredi : "Le président ne pense pas que cela soit un problème de couleur de peau". Une ligne de conduite qui est la même du côté de la Maison Blanche depuis que montent ces soupçons de racisme, à l'image de ce que le candidat Obama avait adroitement réussi à faire lors de la campagne présidentielle l'an dernier.

D'après agences

Commenter cet article

  • APO : OBAMA n'est pas raciste. Il veut et a toujours voulu le bien des américains et du monde entier. Nous sommes écoeurés quant à l'attitude de certains hommes politiques américains. Laisser Obama exprimer ses idéés pour srtir les Etats Unis de la crise. Il a besoin de votre soutiens. Abas les différences de couleurs et les debats inutiles.

    Le 13/10/2009 à 14h30
  • Terry : Le seul probleme de couleur d'Obama c'est qu'il est rouge...

    Le 19/09/2009 à 21h54
  • Maydoc : Le racisme vient de l'ignorance et c'est un sentiment humain présent également chez ceux qui s'en plaignent. M.Obama (car c'est un monsieur) est contesté par des hommes forts qui ont à perdre avec ses réformes et sont capables d'organiser des manifestations en accord avec leur intérets comme d'autres sont allés chercher des armes de destruction massive où il n'y en avait pas en raflant au passage miliards. C'est pas du racisme, c'est juste une affaire d'argent qui nous vient du pays où on peut tuer un président ou peut-être déscendre des tours avec des milliers de gens dedans rien que par intéret.

    Le 18/09/2009 à 20h46
  • Ras le bol : A Pascal Denain: Barak Obama n'est PAS sorti de nulle part. Pour les Français peut être, mais pas pour les Américains. Je ne suis pas sûr que les pays étrangers avaient beaucoup entendu parler de Nicolas Sarkozy avant qu'il ne devienne Président. Sortez un peu de France et vous rendrez compte rapidement que l'on ne parle pas beaucoup de nous à l'étranger... Allez aux Etats-Unis par exemple... Et vous verrez qu'il est des réformes nécessaires, elles sont visibles dans la rue! Vouloir les mettre en place n'est pas "prendre le melon".

    Le 18/09/2009 à 12h34
  • Jean : Les chiens aboient, la caravane passe...

    Le 18/09/2009 à 11h06
      Nous suivre :
      L'atterrissage d'Orion filmé depuis la capsule

      L'atterrissage d'Orion filmé depuis la capsule

      logAudience