En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

On a retrouvé les e-mails perdus de Bush

Edité par
le 15 décembre 2009 à 16h59
Temps de lecture
3min
À lire aussi
AmériquesVingt-deux millions de messages électroniques égarés sous l'administration Bush ont finalement refait surface. Datant de la période 2003-2005, ils concernent notamment le limogeage de procureurs fédéraux.

En 2006, l'administration Bush a limogé des procureurs fédéraux dans neuf villes. L'affaire avait fait grand bruit, puisque la plupart étaient étiquetés "anti-Bush". Le Congrès s'était alors emparé du dossier. Et avait notamment demandé à récupérer tous les documents concernant le dossier, y compris les e-mails. La Maison-Blanche avait alors répondu que c'était impossible, en expliquant que ces messages, avec beaucoup d'autres, avaient disparu de ses serveurs.  
 

Des associations indépendantes avaient alors lancé des poursuites judiciaires contre le gouvernement fédéral, en rappelant qu'il était obligé de conserver les e-mails et en le sommant de les récupérer. Selon l'une des associations, le Citizens for Responsability and Ethics in Washington (les citoyens pour la responsabilité et l'éthique à Washington), "l'administration Bush était au courant du problème dès la fin 2005 et n'avait rien fait pour le régler".  Finalement, ces e-mails de la période 2003-2005 - 22 millions au total ! - viennent d'être récupérés.

Confidentiel ?

Contrairement aux affirmations des associations, l'ancien responsable adjoint du service de presse de la Maison-Blanche dément qu'il s'agisse d'une conspiration. "Nous avons toujours indiqué qu'il y avait un système d'archivage et un système de récupération. Nous avons aussi indiqué que les e-mails mal archivés pouvaient être retrouvés sur le système de récupération. Il y a une grosse, grosse différence entre quelque chose de mal archivé et quelque de 'perdu' ou 'manquant'", lance Scott Stanzel.
 
Reste maintenant à déterminer quels messages pourront être rendus publics. C'est désormais à l'administration de Barack Obama  de décider. Certaines missives pourraient ainsi être encore classées "confidentielles" pendant plusieurs années.

Commenter cet article

  • terry_dallas_tx : Ce qui est surtout interessant dans cette histoire de procureurs limoges, c'est la difference de traitement reserve a Clinton et a Bush dans les medias. Lorsque Clinton a pris le pouvoir, il a limoges tous les procureurs federaux (environ 90) pour les remplacer par des hommes loyaux, ce dans le but de couper court aux enquetes dont il faisait l'objet (notamment l'affaire Whitewater). Cela avait alors ete salue dans les journaux comme une tres bonne chose, le President exercant son droit de nommer qui il souhaite, avec pour consequence heureuse d'eviter des distractions pour son administration. Mais lorsque Bush a limoge quelques procureurs qui refusaient d'enqueter sur des affaires de corruption touchant des Democrates (et non pas parce qu'ils etaient vaguement "anti-Bush" comme il est dit dans l'article), alors ces memes journaux d'extreme gauche, New York Times en tete, avaient denonce un pretendu abus de pouvoir, comme s'il y avait quoi que ce soit d'ilegale dans la procedure...

    Le 16/12/2009 à 07h27
  • looky92 : La place de G.W Bush est en prison, ce type là ne mérite aucun respect si ce n'est que du mépris.

    Le 15/12/2009 à 22h17
      Nous suivre :
      Yannick Agnel de retour en France : "La méthode américaine ne me convenait pas vraiment"

      Yannick Agnel de retour en France : "La méthode américaine ne me convenait pas vraiment"

      logAudience