En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Séisme en Haïti

Carel Pedre, les yeux d'Haïti

Amélie Gautier par
le 14 janvier 2010 à 13h20
Temps de lecture
3min
Carel Pedre séisme Haïti

Carel Pedre lors de ses différents directs depuis le séisme / Crédits : DR/Montage TF1 News

A lire aussi
Amériques Portrait - Ce journaliste de 29 ans, l'un des seuls joignables sur place, témoigne sans relâche dans les médias du monde entier de la tragédie qui frappe Haïti.

Il était au volant de sa voiture, coincé dans les embouteillages quand la terre a tremblé mardi. Il est sorti de son véhicule et il a marché dans les rues dévastées de Pétion-Ville, dans la banlieue de Port-au-Prince. Au milieu des bâtiments, au milieu des gens blessés. Des cris, des pleurs. Il est rentré chez lui retrouver sa fille Khara, saine et sauve. Et puis, il a commencé à raconter ce "film catastrophe devenu réel". Carel Pedre, 29 ans, journaliste haïtien à Radio 1, est devenu une star des médias, malgré lui, malgré le chaos.
 
Rapidement après la secousse, il ressort dans la rue, faire du porte-à-porte vérifier comment vont ses amis et recueillir les témoignages de ceux qui ont tout perdu. Avec son téléphone portable, il prend des photos qu'il envoie sur son Twitter via le service TwitPic. CNN les publie sur son site. "Honnêtement, ces clichés ne sont pas représentatifs de l'ampleur des dégâts", raconte Carel Pedre, en direct sur la grande chaine américaine. Parmi les premiers témoignages visuels de la catastrophe, ses photos sont reprises par les agences et publiées dans les quotidiens américains. L'une d'elles fait notamment la Une du prestigieux Washington Post.
 
Au cœur du drame
 
Les médias du monde entier, qui n'ont pas encore pu mettre leurs envoyés spéciaux dans un avion, le contactent également. Et de fait, Carel Pedre se met spontanément au service de ses confrères. "Contactez-moi via Skype", écrit-il sur son Twitter. Et rapidement, on le voit et on l'entend partout dans la presse française. I-télé le présente comme "son" correspondant, il est ensuite en direct sur RMC, "Je suis sur Europe 1", tweete-il, France Info, LCI... Carel Pedre devient les yeux d'Haïti.
 

Témoin privilégié au cœur du drame, il relate, à chacun, sans compter ce qu'il voit en sillonnant les rues et le raconte, des sanglots parfois dans la voix. Les bâtiments dévastés, les cris, les pleurs, les appels à l'aide, les blessés "tous les deux pas". Son récit est d'autant plus fort qu'il est l'un des rares à pouvoir le raconter. A 11h30, heure française, il a twitté qu'il allait se reposer quelques heures. Il écrit "n'avoir dormi qu'une heure depuis lundi matin". Sur sa page Facebook submergée de témoignages reconnaissants, celui qui se décrit comme un "passionné de radio" avait écrit avant la catastrophe : "en cas de besoin, je me mobilise pour moi et pour les autres".

 

Commenter cet article

  • ln00solidaires : Merci pour cet article. Le cas de Carel Pedre est très éclairant lorsqu'il s'agit d'illustrer la pertinence des réseaux sociaux en matière d'accès à l'information. Bien sur, ce cas est un peu particulier puisqu'il s'agit d'un journaliste, passionné de radio, et donc « vecteur d'informations » dans l'âme. Néanmoins, ce cas, au même titre que tous ceux qui ont cherché à communiquer avec leurs pairs haitiens, qu'ils s'agissent de la diaspora haitienne ou de n'importe quel citoyen solidaire, nous renvoit à la réalité de l'information et à son caractère proprement empathique. Avant, la médiation imposée par l'écran de télévision par exemple, la présentation et l'introduction faites par un journaliste posait un écran devant la réalité, et l'émotion qu'elle appelle en creux. Aujourd'hui, l'immédiateté des événements et leurs proximité affective nous conduisent à revoir notre rapport aux autres, et à la solidarité. Je vous invite d'ailleurs à consulter la plateforme de blogs Solidairesdumonde.org, qui relaie par la voix des blogs les initiatives Solidaires qui ont lieu un peu partout dans le monde. Il y est fait cas notamment d'associations travaillant auprès de la population haïtienne.

    Le 26/01/2010 à 12h56
  • pourlapaix : Bonjour Ce qui faudrait , c'est retrouver le gouvernement aussinon le remplacer temporairement par Obama et apres construire des camps le plus vite possible avec une sécurité et le strick minimun . Que les Haitiens soit fiere de leur peuple et que Obama s'adresse au peuple et donner des indications pour que chaque Haitien aille la responsabilité de s'entraider et de faire des actions positives , pour refaire les endroits les plus dure touché. Et que l'argent recu par les dons international soit comptabiliser avec responsabilité positif et investi pour améliorer le sort de l'haiti car c'est de l'amour et non la frustration qui fera votre liberté d'expression . Hydro-quebec sur place , des contracteurs , Creer un marcher de l'emploi en quelque sorte , Rebatir ......... Et L'Urgence c'est que un leader s'adresse au peuple d'Haiti le plus vite possible positivement , pas pour les controler ,mes pour les diriger afin que tous S'unise pour avoir de l'amour pour l'haiti , alors je vote Obama temporairement , pour refaire les elections et Avoir le meilleur choix politique pour l'amour du peuple .

    Le 15/01/2010 à 08h45
  • pulpito21 : Qu'il commence simplement par les lâcher un peu....si ça sert à ça dieu, merci, pas besoin!

    Le 14/01/2010 à 21h30
  • moij2009 : Mes malheurs me semble d'une legereté ,j'ai meme un peu honte de me morfondre sur mon sort. j'ai une pensé pour tout ceux qui sont ds la souffrance,tout ceux qui ont perdu la vie,toutes ces familles. je ne peu que parler avec mon coeur ,mais si ont à besoin de benevole je suis prete à donner mon temp. voilà juste ce que je peu faire.

    Le 14/01/2010 à 17h21
  • nathaxel1 : Bonjour, je suis les infos sur le net ou sur TF1 l'horreur que vit les haitiens............ a mon échelle comment faire pour les aider, ? c'est loin de chez moi, déjà organiser un convoi pour la tornade d'Haumont (voir fr3 ou article dans le Dauphiné) 2008 alors j'ai trouver une petite solution, accueillir a la maison un(e) petit(e) enfant afin qu'il soit soigné, logé, avoir un peu de securité autour de lui recevoir un peu d'amour de douceur et de gentillesse durant le temps qu'il le faudra 1 semaine, 1 mois, ou plus faites passer le message à qui de droit, afin que ma requete ne tombe pas dans les oubliettes c'est pour Axel (mon fils) et moi meme la solution que nous avons penser pour venir en aide à un enfant.

    Le 14/01/2010 à 17h01

      Visitez la Station spatiale internationale avec Thomas Pesquet

      logAudience