En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Crash AF447: Paris veut poursuivre les recherches

Edité par
le 23 avril 2010 à 17h11
Temps de lecture
3min
AF447

La dérive du vol AF 447 Rio-Paris, disparu en plein Atlantique. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
AmériquesLe secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau demande au BEA de poursuivre ses recherches en mer pour tenter de retrouver les débris de l'avion d'Air France disparu en juin 2009 au large du Brésil.

Les recherches en mer pour retrouver les boîtes noires de l'avion du vol Rio-Paris d'Air France disparu le 1er juin 2009 au large du Brésil ne devraient pas en rester là. Le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau a annoncé vendredi avoir demandé au Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) de poursuivre ses recherches en mer, avec le concours d'Air France et d'Airbus. "Cette ultime phase de recherches a pour objectif de se donner une dernière chance de retrouver les boîtes noires, qui permettraient d'expliquer les conditions de l'accident de l'AF447 en juin dernier", a poursuivi le secrétariat d'Etat.

Le BEA avait indiqué un peu plus tôt dans la journée que la zone de recherches en mer des débris de l'appareil aura été "entièrement couverte" d'ici la fin de la semaine. Il avait précisé qu'il devait communiquer ses intentions le mardi 4 mai après avoir évalué la situation. La catastrophe survenue au-dessus de l'Atlantique avait tué 228 personnes.

Accident inexpliqué

L'accident de l'Airbus A330 qui assurait le vol AF447 demeure toujours inexpliqué et les enregistreurs de vol constituent un élément indispensable pour expliquer la catastrophe. Air France, qui avait participé au financement de la campagne de recherches aux côtés d'Airbus, a déjà annoncé être prête à aller plus loin. "Si une nouvelle campagne de recherches est lancée, Air France ne manquera pas d'y apporter son soutien", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la compagnie. Airbus ne souhaite en revanche pas faire de commentaires dans l'immédiat, a dit une porte-parole de l'avionneur.

Le BEA a indiqué qu'à ce stade, un sonar remorqué par un des deux bateaux chargés des recherches --l'"Anne Candies"-- a couvert 2.800 kilomètres carrés dans l'Atlantique. Les trois véhicules sous-marins autonomes embarqués à bord du second navire --le "Seabed Worker"-- ont pour leur part effectué quarante plongées et couvert une zone de près de 3.000 kilomètres carrés. Ces deux bateaux doivent retourner au port brésilien de Recife pour une escale technique dans les jours suivants la fin de la phase actuelle de recherches.

Commenter cet article

  • alice7812 : J'espère de tout coeur ques les réponses arrivent enfin car les familles en ont besoin afin de commencer leur deull. Attendre depuis 1 an, c'est une éternité pour elles

    Le 24/04/2010 à 07h40
  • vladkr : Il ne s'agit pas de sauver un constructeur, mais d'expliquer ce qui s'est passé aux familles des victimes afin qu'elles fassent leur deuil, et d'identifier les erreurs à ne pas répéter à l'avenir.

    Le 23/04/2010 à 21h05
  • dom145 : Ce que je regrette c'est que des pays courent à la découverte d'autres planètes en dépensant des millards et que l'on n'a pas les moyens techniques de retrouver un avion dans un océan même si la profondeur est de plusieurs kilomètres..........

    Le 23/04/2010 à 19h48
  • humanoide56 : Là ce n'est pas les banques à sauver, mais un constructeur d'avion à protéger

    Le 23/04/2010 à 19h22
  • foxfoxbvff : Je doute qu'il retrouve quoi que ce soit mais si c'est le cas alors chapeau!

    Le 23/04/2010 à 18h36
      Nous suivre :
      Impressionnantes éruptions à la surface du soleil

      Impressionnantes éruptions à la surface du soleil

      logAudience