ARCHIVES
DOSSIER : Élections USA 2012

La vague républicaine déferle sur Obama

Fabrice Aubert par
le 03 novembre 2010 à 06h21
Temps de lecture
4min
Boehner

Tom Boehner, le 2 novembre 2010 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
AmériquesComme prévu par les sondages, les républicains ont largement pris le contrôle de la Chambre des représentants lors des législatives de mi-mandat. En revanche, les démocrates gardent de peu la majorité au Sénat.

Comme on pouvait s'y attendre à la vue des derniers sondages et du mécontentement global des Américains face aux résultats de la politique économique de Barack Obama depuis début 2009, les républicains sont sortis grands vainqueurs des élections législatives du 2 novembre destinées à renouveler les deux chambres du Congrès.

Lors de ces "mid-terms" (élections de mi-mandat), le parti de l'éléphant, anciennement minoritaire, a gagné environ une soixantaine de sièges à la Chambre des représentants (ndlr : équivalent de notre Assemblée nationale). Il y dispose donc désormais d'une large majorité. Les démocrates ont en revanche réussi à limiter la casse au Sénat où ils conservent de peu la majorité. Mais cela ne leur permettra plus de passer outre les volontés de blocage de leurs adversaires. Symboliquement, le siège de sénateur de l'Illinois occupé auparavant par Barack Obama a basculé à droite (cliquez ici pour voir notre infographie : "Etats-Unis : les résultats des élections de mi-mandat").

 

Le "Tea Party" à l'honneur

A l'intérieur même de la vague rouge, le scrutin a été marqué par la percée du "Tea Party". Ce mouvement conservateur, situé à la droite du parti républicain et apparu sur la scène politique il y a seulement quelques mois, obtient en effet au moins trois élus au Sénat : Rand Paul au Kentucky, Marco Rubio en Floride et Jim DeMint en Caroline du Sud. En revanche, Christine O'Donnell, la candidate la plus emblématique du "Tea Party", mais aussi l'une des plus radicales, a été largement battue dans le Delaware.

Pour parachever ce virage à droite de la société américaine, les républicains ont également remporté de nombreuses élections locales organisées un peu partout dans le pays. Trente-sept Etats choisissaient notamment leur nouveau gouverneur. Là aussi, les républicains réussissent une percée en s'emparant d'une dizaine d'Etats. La Californie fait pour sa part le chemin inverse en revenant dans le giron démocrate.

Coup d'arrêt aux réformes

Que signifie pour Barack Obama cette future "cohabitation" ? Tout simplement que les projets  qu'il comptait lancer lors de ses deux dernières années de mandat peuvent être rangés au placard ou qu'ils seront édulcorés. La Chambre des représentants s'occupant en effet des sujets liés à la vie de tous les jours (le Sénat se penche plutôt sur la politique étrangère, les questions de défense et entérine les nominations dans l'admistration), les républicains s'opposeront aux réformes de l'immigration, de l'économie, de l'énergie ou encore aux tentatives pour limiter le réchauffement climatique.

 

John Boehner, chef de file des députés républicains et donc futur patron de la Chambre des représentants, a déjà prévenu. "Nous espérons que le président Obama va désormais respecter la volonté du peuple, changer de cap et s'engager à faire les changements que (les Américains) demandent. Notre nouvelle majorité préparera les choses différemment, adoptera une approche nouvelle qui n'a jamais été tentée auparavant à Washington par un parti, quel qu'il soit", a-t-il lancé (vidéo ci-contre).

De son côté, le locataire de la Maison-Blanche, qui a appelé John Boehner, indique "être impatient de travailler avec les républicains pour trouver un terrain d'entente et faire avancer le pays". Avec le Sénat aux démocrates et la Chambre des représentants aux républicains, le blocage (surnommé "gridlock" aux Etats-Unis) pourrait néanmoins vite survenir puisque les deux entités ont chacune le même pouvoir au moment de voter les lois.

Comme Bill Clinton en 1994

 

Pour se consoler, Barack Obama peut regarder le passé et l'exemple de Bill Clinton en 1994. Lui aussi avait encaissé une défaite. Elle était même encore plus sévère puisqu'il avait perdu à la fois la majorité à la Chambre des représentants et au Sénat. Pourtant, deux ans plus tard, il avait été réélu triomphalement pour un second mandat.

Commenter cet article

  • antoine100889 : Il serait intéréssant de nous communiquer le chiffre de l'abstention des citoyens US

    Le 05/11/2010 à 10h34
  • jay : Cessez de critiquer les voisins pendant qu'en France nos rues sont encore plus sales...

    Le 03/11/2010 à 19h32
  • cerrane84 : Cerrane84, Mr Obama à tout fait pour perdre,il n'ètais pas fait pour être Chef de l'Etat des Etats-Unis!

    Le 03/11/2010 à 19h04
  • cerrane84 : Cerrane84, Contrairement aux Etats-Unis,la France est tres bien gouvernèe,Mr Sarkozy n'a pas fait les erreurs de Mr Obama qu'il paye tres chers aujourd'hui-----

    Le 03/11/2010 à 18h59
  • cerrane84 : Cerrane84, Nous rentrerons plus dans le dèsert Socialiste,les citoyens Francais ont bien compris que se serai un retour en arrière de 30ans pour notre pays,quelle catastrophe pour nos citoyens!

    Le 03/11/2010 à 18h54
      Nous suivre :

      Les mots tendres de Chelsea Clinton pour sa maman

      logAudience