En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Atteint d'une tumeur, l'enfant de 9 ans décide d'arrêter son traitement


le 14 mai 2012 à 10h59 , mis à jour le 14 mai 2012 à 14h09.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
AmériquesUne Américaine a décidé de respecter la dernière volonté de son fils de neuf ans mourant. Atteint d'une tumeur il lui a demandé d'interrompre son traitement pour profiter du temps qui lui reste à vivre. Une histoire qui a bouleversé l'Amérique et Twitter.

C'est certainement l'une des décisions les plus difficiles à prendre pour une mère : laissez mourir son enfant pour qu'il parte en paix. Kimberly Morris-Karp, la mère de Ryan, un petit américain de neuf ans, a confié sur CNN dimanche qu'elle avait décidé de respecter la volonté de son fils, atteint d'une tumeur au cerveau, en interrompant son traitement pour qu'il puisse profiter du temps qui lui reste à vivre.

"En février, les médecins nous ont informés que sa tumeur avait doublé de volume depuis le précédent scanner en novembre 2011 et qu'une nouvelle opération devait être envisagée", a-t-elle raconté.  "Nous en avons discuté en famille et Ryan nous a fait savoir qu'il ne voulait plus prendre de comprimés ni subir de nouvelle intervention chirurgicale car tout cela est douloureux", a encore expliqué la mère du garçon.  "Il veut simplement finir ses jours en faisant des choses qu'il aime et nous avons donc organisé des vacances en famille, nous sommes allés nager comme il le souhaitait et nous avons essayé de faire tout ce que Ryan pouvait et voulait faire", a-t-elle poursuivi.
 
Une confidence d'autant plus bouleversante que la mère de Ryan a donné cette interview dimanche le jour de la fête des mères.  Auparavant, Kimberly explique que le  sort de Ryan a ému de nombreuses personnes et mobilisé un groupe d'étudiants de Clarkston (Michigan, nord), où vit le jeune garçon. Ces derniers ont diffusé son histoire sur Twitter, suscitant une vague "mondiale de sympathie" et de soutien.   Selon elle, Twitter a "énormément aidé" ses deux autres enfants à faire face à cette épreuve. "Moi-même et toute ma famille sommes bouleversés par tant de compassion", a insisté la mère de Ryan, qui a toutefois précisé que son fils n'avait pas de compte Twitter et qu'il ignorait même jusqu'alors l'existence de ce réseau social. "Sur Twitter, il est désormais une célébrité, pas seulement en Amérique du Nord, mais partout sur le globe", a lancé Kimberly Morris-Karp.

Commenter cet article

  • nanou_oi56 : Soyez rassurés, en Amérique du nord, la notion de "non assistance à personne en danger" existe, tout comme la notion "d'archarnement thérapeutique". La tumeur a doublé de volume entre novembre et février, ce qui signifie que l'enfant ne réagit pas au traitement. En fait, pour compléter cet article, vous trouverez sur différents sites Internet l'histoire du petit Ryan. Vous apprendrez que Ryan Kennedy se bat contre le cancer du cerveau depuis 5 ans, qu'il a déjà subi 7 chirurgies, quatre traitements de chimiothérapie et deux traitements de radiation...et qu'il a décidé qu'il en avait assez. Les médecins estiment ses chances de guérison à zéro. Respect pour lui et pour sa famille qui a le courage de le laisser partir.

    Le 06/06/2012 à 01h54
  • muzo_84 : Le garçon a du parler avec sa mère. Ils seront tombés "d'accord", quelles que soient les circonstances. A partir de là, la volonté de l'enfant, entérinée par sa mère, sa "responsable", doit être respectée. En France, quand il y a des (rares, heureusement) affaires semblables, on crie au scandale, abandon d'enfant, etc. C'est oublier que respecter la volonté du patient dans son choix thérapeutique est fondamental. Respecter l'intégrité morale est aussi puissant que respecter l'intégrité physique. Et les médecins, aussi dévoués et compétents soient-ils, ne sont pas des dieux et ne garantissent rien. Reste que l'affaire est particulièrement douloureuse et complexe.

    Le 02/06/2012 à 09h27
  • trajan13 : Quel courage? Il abandonne, il n'y a rien de courageux là dedans. Cette décision est probablement raisonnable, mais elle n'en devient pas courageuse.

    Le 31/05/2012 à 21h12
  • samsara1971 : Comme choco-pomme je me pose cette question..... A t'on le droit de laisser un enfant aussi jeune décider lui meme de la poursuite d'un traitement ou d'une opération ? Je ne le pense pas . Les medecins ont ils dit qu'il était comdamné meme avec opération et traitement ? ..

    Le 19/05/2012 à 08h49
  • helene2503 : 34caribou, Parfois l'orthographe passe au second plan, ne pensez-vous pas? Que je plains cette famille.

    Le 18/05/2012 à 16h10
      Nous suivre :
      Le formidable voyage d'une côtelette d'agneau dans l'espace

      Le formidable voyage d'une côtelette d'agneau dans l'espace

      logAudience