En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Ben Laden voulait... renommer Al-Qaïda


le 01 mai 2012 à 07h38 , mis à jour le 01 mai 2012 à 07h45.
Temps de lecture
5min
À lire aussi
AmériquesAvant la publication de documents saisis lors du raid contre le repaire du chef extrémiste il y a un an, la Maison Blanche a affirmé lundi soir que Ben Laden reconnaissait subir "catastrophe après catastrophe".

Oussama ben Laden avait pensé à changer le nom de son groupe, a affirmé lundi la Maison Blanche avant la publication de documents saisis lors du raid contre le repaire du chef extrémiste il y a un an. Ces documents qui vont être publiés sur internet par l'école militaire de  West Point montrent que des membres d'Al-Qaïda sont conscients "qu'il s'agit  d'un combat qu'ils ne gagneront jamais. Et Ben Laden le savait. Dans les documents que nous avons saisis, il reconnaissait subir catastrophe après catastrophe", a indiqué le principal conseiller du président Barack Obama pour l'antiterrorisme, John Brennan. "Lorsque nous évaluons l'état d'Al-Qaïda en 2012, on peut dire que grâce à  nos efforts, les Etats-Unis et les Américains sont davantage en sécurité", a  assuré John Brennan lors d'une allocution devant le groupe de réflexion "Wilson Center" à Washington, à quelques heures de l'anniversaire du raid de commandos  américains lors duquel Ben Laden a été tué, à Abbottabad au Pakistan. 

Evoquant la campagne de bombardements de drones américains qui ont coûté la  vie à de nombreux cadres de la nébuleuse extrémiste ces dernières années,  notamment au Pakistan, John Brennan a assuré qu'"avec ses chefs les mieux formés  et les plus expérimentés qui ont disparu si vite, Al-Qaïda a du mal à les  remplacer". "C'est l'une des nombreuses conclusions que nous avons pu tirer des documents saisis dans le repaire de Ben Laden, dont certains vont être publiés  en ligne, pour la première fois, par le Centre de lutte contre le terrorisme de  West Point", une prestigieuse école d'officiers militaires, a-t-il révélé. "Par exemple, Ben Laden était inquiet, et je le cite, de la montée dans la  hiérarchie de (combattants) qui ne seraient pas aussi expérimentés, et cela  aurait pour conséquence de répéter des erreurs", a expliqué John Brennan. Aujourd'hui, "les dirigeants d'Al-Qaïda continuent à avoir des difficultés à communiquer avec leurs subordonnés et groupes affiliés (...) le moral est  bas", a assuré ce conseiller.

"Al-Qaïda ne fait pas partie des musulmans"

Ben Laden, selon la même source, "avait exhorté ses chefs à fuir les  régions tribales (du nord-ouest du Pakistan) et à aller dans des endroits éloignés des lieux sujets à des photographies aériennes et des bombardements". Evoquant le monde arabo-musulman, M. Brennan a aussi observé que "l'image  d'Al-Qaïda est tellement abîmée que Ben Laden a même réfléchi à changer (le) nom" de la nébuleuse extrémiste qu'il avait fondée. "Et l'une des raisons est, comme le disait Ben Laden lui-même, que les responsables américains ont arrêté, pour la plupart, d'utiliser l'expression guerre contre le terrorisme afin de ne pas provoquer les musulmans", a encore  dit M. Brennan. Cette stratégie, "selon Ben Laden, réduit le sentiment des musulmans selon lequel nous faisons partie de cette communauté", a assuré M. Brennan, qui a affirmé que "c'est parce qu'Al-Qaïda ne fait pas partie des musulmans. Al-Qaïda est tout le contraire de la paix, de la tolérance et de l'humanité qui est au  coeur de l'Islam".

John Brennan s'est toutefois gardé de tout triomphalisme, alors que des  attentats attribués à la nébuleuse ont été déjoués de justesse contre le territoire américain il y a tout juste deux ans à New York et à Noël 2009  contre un avion de ligne approchant de Detroit. "Malgré nos grands progrès  (...) ce serait une erreur que de penser que ce danger est passé", a-t-il  prévenu. Mais il s'est dit persuadé que "cette décennie sera celle de la fin" pour  Al-Qaïda, et a estimé que "pour la première fois depuis que ce combat a commencé, nous pouvons envisager un monde dans lequel le coeur d'Al-Qaïda n'aura plus d'importance".

D'autre part, les informations qui ont mené les services de renseignement américains jusqu'à Oussama ben Laden n'ont pas été  obtenues par le biais de méthodes d'interrogatoire telles que la simulation de  noyage, ont indiqué la sénatrice Dianne Feinstein, présidente de la commission du  Renseignement, et le sénateur Carl Levin, président de la commission de la  Défense. Ces deux sénateurs ont estimé que les défenseurs des techniques d'interrogatoires  musclées en vigueur sous l'administration Bush se trompent lorsqu'ils  attribuent la localisation de Ben Laden à ce type de méthodes.

Romney aurait fait comme Obama

Mitt Romney, qui a toutes les chances d'être le candidat républicain à l'élection présidentielle du 6 novembre aux Etats-Unis, a admis lundi qu'il n'aurait pas hésité à ordonner, comme l'a fait le 2 mai 2011 son rival démocrate Barack Obama, l'opération qui s'est soldée par la mort d'Oussama ben Laden dans sa cache pakistanaise. Barack Obama a lui démenti lundi que son  gouvernement se soit adonné à une "célébration excessive" du raid contre Ben  Laden pour des raisons électorales mais a taclé les positions fluctuantes de Mitt Romney sur ce sujet, sans toutefois le nommer.  "J'imagine que les gens pensent vraiment ce qu'ils disent. En tout cas,  c'est comme cela que j'ai opéré. J'ai dit que j'irais chercher Ben Laden si  nous avions l'occasion de le faire, et je l'ai fait. S'il y en a d'autres qui  ont dit une chose et maintenant disent qu'ils auraient fait autre chose, je  leur laisserai le soin de l'expliquer", a encore dit M. Obama. Parallèlement, l'équipe de campagne du président sortant a mis en cause Mitt Romney, qui s'était opposé à l'idée, professée par Obama dès 2007,  d'intervenir à l'intérieur du Pakistan contre Al-Qaïda, et avait mis en doute  l'intérêt de "remuer ciel et terre et de dépenser des milliards pour capturer  une seule personne".

Commenter cet article

  • gwen53b : Que Ben Laden ait été tué est une excellente chose, maintenant, l'autosatisfaction du conseiller Brennan m'apparaît plus pitoyable et pathétique qu'autre chose. C'est uniquement du blabla politique en vue des prochaines élections américaines..

    Le 02/05/2012 à 08h38
  • supersumo : Ils sont forts ces ricains

    Le 01/05/2012 à 09h16
  • ktymwe : Ah bon ? je croyais qu'il était devenu sénile ,et mis à la retraite ! ? changer de nom,à mon avis cela m'étonnerai ????Mais bon si vous le dites !!!!!

    Le 01/05/2012 à 08h47
  • issaku : "Les seigneurs des ténèbres" cela aurait été bien...

    Le 01/05/2012 à 08h00
      Nous suivre :
      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      logAudience