ARCHIVES

VIDEO. Cleveland : les larmes de la mère d'Ariel Castro

Edité par avec
le 10 mai 2013 à 10h22 , mis à jour le 10 mai 2013 à 11h56.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Amériques"Mon fils a fait des choses très graves (...) Que ces jeunes femmes me pardonnent", a déclaré en pleurs aux médias la mère d'Ariel Castro, qui risque la peine de mort pour avoir séquestré et violé trois jeunes femmes pendant dix ans à Cleveland.

"Mon fils est malade, il a commis des choses très graves", a déclaré aux médias américains la mère d'Ariel Castro, accusé d'avoir séquestré pendant des années trois jeunes femmes dans la cave de sa maison de Cleveland, aux Etats-Unis. "Que ces jeunes femmes me pardonnent. Je souffre parce qu'elles ont tant souffert. Je souffre pour la douleur de mon fils", a-t-elle poursuivi en pleurs, au volant de sa voiture.

Ariel Castro risque la peine maximale. Timothy McGinty, procureur du comté de Cuyahoga, a indiqué, jeudi, qu'il allait "requérir des charges pour chaque acte d'agression sexuelle et de tentative de meurtre, et pour chaque meurtre aggravé qu'il a commis en interrompant des grossesses". Mais également "des accusations passibles de la peine de mort", a-t-il déclaré en se basant sur les témoignages de l'une des trois victimes. Des griefs qui lui ont été notifiés lors de sa première comparution au tribunal. Menotté, les yeux rivés vers le sol, ce chauffeur de bus au chômage n'a pas prononcé un mot durant cette audience de quelques minutes. Vêtu d'habits sombres, il a soigneusement évité les regards et n'a manifesté aucune réaction à la lecture des charges pesant contre lui.

Le principal suspect dans ce que les médias américains appellent "le miracle de Cleveland", avait été inculpé mercredi pour enlèvement et viol. L'homme de 52 ans est ainsi accusé d'avoir abusé sexuellement des trois jeunes femmes, aujourd'hui âgées de 27, 23 et 32 ans, disparues depuis dix ans et retrouvées en vie dans une maison de Cleveland. Selon son avocate commis d'office, il devait être probablement placé sous surveillance particulière pour éviter toute tentative de suicide. Les deux frères d'Ariel Castro, qui avaient été interpellés en même temps que lui mais contre lesquels aucune charge n'a été retenue dans cette affaire, ont été remis en liberté lors de la même audience.

Commenter cet article

  • kristyn34 : Son fils lui ne souffre pas...

    Le 10/05/2013 à 11h48
  • genouel : ....elle souffre pour la douleur de son fils...!!!!!!!!!!!!!!

    Le 10/05/2013 à 11h21
      Nous suivre :

      Qui est cette reine qui règne sur la feria d’Arles ?

      logAudience