En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Élections USA 2012

Election américaine : bataille autour de la contraception

Fabrice Aubert par
le 10 février 2012 à 11h38 , mis à jour le 10 février 2012 à 19h50.
Temps de lecture
4min
A lire aussi
AmériquesLe ton monte entre républicains et démocrates après l'obligation faite aux employeurs, y compris confessionnels, de fournir des assurances santé remboursant les dépenses de contraception. La droite religieuse accuse Barack Obama d'attaquer la liberté de culte.

Mise en place au forceps courant 2010 en raison de l'opposition frontale des républicains et d'une partie des démocrates, la réforme de l'assurance-santé de Barack Obama continue de faire des vagues. Et pourrait bien s'inviter dans la campagne présidentielle entre le président sortant et son futur adversaire.

Les différentes dispositions de la loi se mettent en effet en place petit à petit. Parmi elles, l'obligation faite aux assurances fournies par les employeurs de rembourser les dépenses de contraception, notamment la "pilule du lendemain". A partir du 1er août, tous les nouveaux contrats devront comprendre cette clause, évidemment controversée dans un pays où l'opposition à l'avortement est importante. Beaucoup d'employeurs, comme les hôpitaux et les écoles confessionnelles, refusent en expliquant que cette disposition va à l'encontre de leur  croyance religieuse. Pour l'instant, ils ont obtenu un délai d'un an pour se conformer aux nouvelles règles.

"Attaque sans équivoque" 

Malgré cette dérogation, la conférence des évêques américains se montre très critique. Les républicains ont quant à eux rapidement lancé la polémique en exigeant une exemption pure et simple. John Boehner, leur leader à la Chambre des représentants (ndlr : l'équivalent de notre Assemblée nationale) accuse notamment Barack Obama de se livrer à une "attaque sans équivoque contre la liberté de religion dans notre pays", garantie par le premier amendement de la Constitution.

Les élus démocrates favorables au remboursement estiment de leur côté que "l'extrême droite devrait arrêter de joueur au football avec la santé des femmes". "Je me suis réveillé ce matin au 21e siècle, pas au Moyen-âge. Le planning familial et le contrôle des naissances sont une part essentielle de la santé des femmes", a lancé  par exemple mercredi Diane DeGette, une députée du Colorado.

Santorum prend position
 
Jeudi, Rick Santorum, le candidat étiqueté le plus droite dans la course à l'investiture républicaine, est lui-même intervenu dans le débat. Ce fervent partisan des valeurs chrétiennes affirme que le problème concerne le droit des églises et non des femmes. "Une église a le droit de ne pas dépenser ses ressources si elles ne correspondent pas à sa foi. Il ne s'agit pas d'empêcher l'accès à la contraception pour les femmes. Elles peuvent continuer à le faire par elles-mêmes. Mais quand elles choisissent de travailler pour une église, elles en connaissent les positions. Or, aujourd'hui, on oblige ces églises, lorsqu'elles recrutent, de payer pour quelque chose qu'elles estiment répréhensible sur le plan moral", juge l'ancien sénateur de Pennsylvanie, qui a remporté quatre primaires depuis janvier, notamment dans les Etats conservateurs (cliquez ici pour voir son interview sur CNN)
 

Pour l'instant, Barack Obama ne s'est pas encore exprimé sur la polémique. Joe Biden, son vice-président, a en revanche tenté de minimiser l'affaire, en parlant d'"incompréhension" et en disant espérer qu'un terrain d'entente sera trouvé afin de satisfaire à la fois les femmes et les institutions confessionnelles. Il est vrai que la controverse pourrait coûter des voix précieuses au président sortant le 6 novembre prochain dans des Etats clés comme l'Ohio et la Pennsylvanie. La Maison blanche a proposé vendredi que le financement de la contraception soit assumé par les assureurs lorsque les organisations religieuses refusent de le couvrir pour leurs employées.

Commenter cet article

  • voleurdevie : @malhunjian , et si dieu faisait justement ce que toute les religions disent, c'est à dire, qu'elle n'interférait pas dans les choix des Hommes. Le problème des religieux, c'est qu'ils mettent tout sur le dos de dieu. Dieu n'est plus actrice de nos vies, mais bien spectatrice.

    Le 13/02/2012 à 08h36
  • fimadou : @malhunjian,ou pas encore.

    Le 11/02/2012 à 07h56
  • malhunjian : Nous n'avons décidément pas la même vision des choses je vous l'accorde, et c'est justement ce qui fait un débat et je suis d'accord pour dire que j'ai déplacé le sujet principal mais merci au moins d'avoir cherché le débat même si j'aurais toujours des choses à redire à votre argumentation. Cependant nous le savons tous les deux, ceci est un sujet sans fin, et jamais un débat ne solutionne quoique ce soit, au contraire il l'alimente. Donc bonne soirée à vous ( voyant que vous devez vivre au Texas )

    Le 11/02/2012 à 03h20
  • malhunjian : Mais non, Madame ou Monsieur, si Dieu était "Elle", les femmes gagneraient plus que les hommes et cela ferait quelques décennies seulement que l'homme puisse voté. Voyons ! [...]

    Le 11/02/2012 à 02h49
  • terry_dallas_tx : Il y a justement separation de l'Eglise et de l'Etat aux US: lisez le premier amendement a la Constitution. C'est bien selon ce principe que l'Eglise ne souhaite pas se faire dicter sa conduite par l'Etat. Mais une fois de plus vous etes a cote de la plaque: personne ne remet en question si la contraception est une bonne chose ou pas. Vous continuez d'argumenter sur un point sur lequel tous le monde est d'accord, tout en pretendant recevoir une resistance que personne ne vous oppose, et en evitant soigneusement d'adresser la vraie question. Un veritable Don Quichotte a l'assaut des moulins a vent! C'est vous qui melangez tous et deplacez le debat sur un sujet qui n'est pas celui qui est discute. Tout le monde est libre d'avoir acces a la contraception. Point a la ligne, fin de ce faux debat, et les institutions religieuses ne remettent pas cela en cause. La vraie question est de savoir si le gouvernement a le droit de contraindre une institution religieuse a fournir un service auquel elle est moralement opposee. Pourquoi ne pas forcer les Mosquees a servir du porc? Apres tout, vous avez le droit de manger du porc (ce que personne ne conteste, pas meme les Musulmans). Quant a la question de l'intolerance, c'est vous qui l'avez abordee le premier, vous adjugeant une superiorite morale en vous auto-declarant plus tolerant que les autres. Je ne fais que vous renvoyer l'ascenseur, et comble de la mauvaise foi, c'est vous qui m'accusez de faire ce que vous faites vous meme, a savoir stigmatiser et villifier ceux qui ne partagent pas votre point de vue.

    Le 11/02/2012 à 02h29
      Nous suivre :
      Obama distribue les bonbons pour Halloween

      Obama distribue les bonbons pour Halloween

      logAudience