En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Élections USA 2012

Elections USA 2012 : "Notre convention démocrate a pointé les lacunes républicaines"

Fabrice Aubert par
le 06 septembre 2012 à 17h51 , mis à jour le 07 septembre 2012 à 12h37.
Temps de lecture
3min
Zachary Miller, délégué à la convention démocrate 2012, à Charlotte, le 5/9/2012

Zachary Miller, délégué à la convention démocrate 2012, à Charlotte, le 5/9/2012 / Crédits : DR

A lire aussi
AmériquesINTERVIEW - Discours galvanisateur de Bill Clinton, décryptage des erreurs du programme républicain... : Zachary Miller, l'un des délégués de la "grand-messe" du parti démocrate, estime sur TF1 News que le rendez-vous de Charlotte est un succès dans l'optique de la réélection de Barack Obama.

Zachary Miller, 57 ans, est l'un des 5.964 délégués (un record) de la convention du parti démocrate qui se déroule jusqu'à jeudi soir en Caroline du Nord en vue de l'élection américaine du 6 novembre prochain. Il représente la section "Democrats abroad", les "Démocrates de l'étranger", et plus précisément celle de France, où il vit depuis 21 ans.


 
TF1 News : Juste avant la fin de cette convention (ndlr : entretien réalisé jeudi après-midi, avant le discours de clôture de Barack Obama), quel est votre bilan personnel de délégué ?
Zachary Miller : Comme délégué, j'ai bien sûr assisté aux discours principaux. Mais j'ai aussi et surtout participé, entre autres, aux réunions des différents groupes auxquels je fais partie. Par exemple, je suis allé au "black caucus", le groupe qui représente les Afro-Américains et où ont notamment pris la parole le pasteur Jesse Jackson et Donna Brazile, la commentatrice de CNN. Comme je suis entrepreneur, j'ai également pris part aux discussions du "small business caucus", qui défend les petites entreprises. Lors de ces rencontres, nous discutons des conséquences de la politique du président sur les sujets concernés.  C'est vraiment intéressant de rencontrer du monde et d'apprendre des choses que nous n'aurions pas sues.


Enfin, comme représentant de la section française de "Democrats abroad", j'ai aussi assisté à des conférences avec les autres démocrates expatriés. Avec mes deux collègues de "Democrats Abroad France", nous avons présenté nos actions pour défendre le parti démocrate et Barack Obama en France et écouté nos homologues pour nous inspirer de leurs initiatives. Et nous avons eu la chance que plusieurs parlementaires et un collaborateur de la Maison-Blanche viennent  à nos réunions.

 

TF1 News : A titre politique, quel bilan tirez-vous de cette convention ?
Z.M. : Les orateurs principaux -j'en découvrais certains- étaient vraiment très intéressants. Mercredi, le discours de Bill Clinton était sûrement l'un des plus brillants de l'histoire des conventions. De manière parfois intime, il a bien expliqué les raisons pour lesquelles il fallait réélire Barack Obama et a battu en brèche les arguments du parti républicain.


Sur le plan de la bataille des idées et des projets contre les républicains, nous avons montré que des faits qu'ils ont présenté comme des informations avérées lors de leur convention à Tampa étaient faux, notamment ceux mis en avant par Paul Ryan (ndlr : le colistier de Mitt Romney pour la vice-présidence)


TF1 News : Qu'attendez-vous du discours de clôture de Barack Obama ?
Z.M. :
Il devrait développer les arguments de Bill Clinton et donner des informations pour que les Américains comprennent que son administration a réalisé des choses gigantesques. Mais aussi et surtout que le "job" n'est pas encore fini et que nous avons donc encore besoin de quatre ans. Je pense que ce sera le message principal.

Ce discours devrait aussi permettre de montrer les nettes différences entre républicains et démocrates, aussi bien sur l'économie, l'assurance maladie et valeurs de société.  Je suis persuadé qu'Obama convaincra bien sûr tout le monde ici à Charlotte mais aussi, et c'est le principal, ceux qui regarderont l'allocution à la télévision un peu partout aux Etats-Unis.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      logAudience