ARCHIVES
DOSSIER : Élections USA 2012

Elections USA : le mot de Biden qui perturbe Obama


le 16 août 2012 à 08h18 , mis à jour le 16 août 2012 à 08h22.
Temps de lecture
3min
Barack Obama répondant à la polémique sur sa "campagne de haine", selon le mot de Romney (capture du site de Entertainment Tonight)

Barack Obama répondant à la polémique sur sa "campagne de haine", selon le mot de Romney (capture du site de Entertainment Tonight) / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
AmériquesAlors que la campagne électorale se tend entre Barack Obama et Mitt Romney, à grands renforts de sports télévisés incendiaires et de petites phrases assassines, le président américain tente de faire retomber la tension après des propos de son vice-président sur les banques.

Barack Obama n'a pas vraiment voulu tancer Joe Biden. Mais le chef de l'Etat américain a tout de même tenu à se démarquer des propos de son vice-président, qui provoquent depuis deux jours la colère dans le camp Romney. Tout remonte à mardi : Joe Biden avait alors jugé que les propositions du candidat républicain à la Maison Blanche sur les banques revenaient à "remettre des chaînes aux pieds" des Américains. Une déclaration faite... lors d'un meeting en Virginie, un ancien Etat esclavagiste. "Regardez leur budget et ce qu'ils proposent", avait clamé Joe Biden, en assurant que Mitt Romney compte "laisser les banques faire à nouveau leurs propres lois et libérer Wall Street".
 
Les termes choisis et le lieu du discours ont aussitôt déchaîné les foudres du camp Romney, déjà peu avare de propos incendiaires dans une campagne présidentielle très tendue. "Monsieur le président, ramenez votre campagne de division, de colère et de haine à Chicago et laissez-nous reconstruire et réunifier l'Amérique", n'a pas manqué de lancer Mitt Romney devant ses militants à Chillicothe, dans le sud de l'Ohio. Barack Obama ne pouvait manquer de réagir : interrogé sur cette polémique dans le cadre de l'émission Entertainment Tonight, le chef de l'Etat américain a déclaré que son vice-président avait usé d'un "argument important" concernant le projet républicain de changer de loi et de revenir en arrière. Mais il a également avoué que cette phrase l'avait "perturbé si l'on prend en compte ce qui est en jeu".
 
"Joe Biden a été un excellent vice-président"
 
Le président sortant a toutefois fait l'éloge de son vice-président dans une autre interview, alors que le magazine People lui demandait s'il s'était entretenu avec Joe Biden depuis ses déclarations. "Joe Biden a été un excellent vice-président, il est passionné par les sujets qui touchent aux classes moyennes. Donc je lui parlerai d'une manière générale de la campagne", a noté Barack Obama. "Ce genre de chose fait partie de la couverture des campagnes modernes mais je vais vous dire, quand je voyage à travers l'Iowa, ce n'est pas ça qui occupe l'esprit des gens", a encore dit le président sortant qui achevait mercredi une tournée de trois jours à travers cet Etat du centre des Etats-Unis.
 
Cette controverse n'est en tout cas que le dernier échantillon d'une campagne où chaque camp multiplie les attaques les plus rudes. Comme en témoignent les spots tant démocrates que républicains, qui battent des records d'agressivité. L'un (Mitt Romney) reproche à son adversaire à la présidentielle américaine de ne pas "sortir sa campagne du ghetto". L'autre (Barack Obama, toujours à la Maison Blanche mais de plus en plus pris par la bataille électorale en préparation) lui répond du tac au tac en l'enjoignant de suivre son propre conseil. Bien sûr, ni l'un ni l'autre des deux candidats qui vont s'affronter lors des prochaines élections américaines n'a concrètement prononcé ces petites phrases aux sous-entendus insultants. Mais les communicants chargés de leurs campagnes électorales s'en sont chargés pour eux, et les spots diffusés sur les télévisions américaines font mouche. Traditionnellement, les mois précédant ces grands rendez-vous électoraux que sont les élections présidentielles aux Etats-Unis sont ainsi émaillés de piques cruelles : les campagnes télévisées sont notoirement dures. Et, souvent, elles ne font pas dans la dentelle.

Commenter cet article

  • brucy1 : Bidou2012 : Non , je suis un ignoble capitaliste liberal alors ca m'est egal. Plus serieusement , j'utilise les evenements et tendances mondiales pour ma batir ma retraite loin d'ici. Et vous ca va ?

    Le 17/08/2012 à 14h16
  • bidou2012 : Le vote des américains n'a pas pour finalité de vous enrichir, mais vous n'aviez peut-être pas compris que le sort de près de 350 millions de personnes pouvait être plus important que vos options ?

    Le 17/08/2012 à 01h34
  • brucy1 : J'espere que Romney passera , ca fera du vrai volume sur le nasdaq pour mes options de decembre .Meme si je specule plus court terme pour eviter le massacre aux ouvertures.

    Le 16/08/2012 à 19h50
  • mugetsu : Wall street a laissé le monde dans un bien triste état. Et ce n'est pas les différente méthode de gouverner des uns et des autres, par delà le globe qui arrangera la situation de des simples citoyens.

    Le 16/08/2012 à 10h06
      Nous suivre :

      A 7 ans, ils effraient un voleur de voiture à l'aide d'un jouet en plastique

      logAudience