En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Cuba sans Castro

La blogueuse cubaine Yoani Sanchez libérée


le 06 octobre 2012 à 07h31 , mis à jour le 11 octobre 2012 à 17h10.
Temps de lecture
4min
Yoani Sanchez

Yoani Sanchez blogueuse Cubaine / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
AmériquesFigure de proue de la dissidence internet, Yoani Sanchez, s'était rendue à Bayamo pour couvrir le procès du dirigeant du mouvement de jeunesse du Parti populaire au pouvoir en Espagne, accusé d'homicide involontaire.

La dissidente a été libérée vendredi trente heures après avoir été arrêtée à  Bayamo, dans le sud-est de Cuba, où elle venait couvrir le procès vendredi d'un  jeune politicien espagnol qui conduisait la voiture dans laquelle est mort cet  été le dissident Oswaldo Paya. "Nous venons d'être libérés ! 30 heures de détention et beaucoup  d'anecdotes à raconter", a twitté vendredi soir la philologue de 37 ans, qui a gagné de nombreux prix internationaux pour son blog  www.desdecuba.com/generaciony. "Nous avons été libérés, merci à tous ceux qui ont levé leur voix et leurs  tweets pour que nous parvenions à rentrer à la maison", a-t-elle ajouté  quelques secondes plus tard.

Figure de proue de la dissidence internet, Yoani Sanchez, qui est également correspondante du quotidien espagnol El Pais, s'était rendue à Bayamo pour  couvrir le procès d'Angel Carromero, 26 ans, dirigeant du mouvement de jeunesse  du Parti populaire (PP, droite) au pouvoir en Espagne, accusé d'homicide  involontaire. "La blogueuse pro-américaine Yoani Sanchez a été interpellée à Bayamo où  elle est venue monter une provocation et un show médiatique afin de perturber  le bon déroulement du procès", avait annoncé vendredi le blogueur Yohandry  Fontana (www.yohandry.com), qui diffuse officieusement des informations émanant  des autorités. Quelques heures plus tard, le même Yohandry annonçait que Yoani Sanchez et  son époux, le journaliste Reinaldo Escobar arrêté avec elle, étaient  "transférés vers La Havane par les autorités".
 
"Arrestation arbitraire"
 
Le département d'Etat américain avait exprimé sa "profonde préoccupation"  face à des "arrestations arbitraires", tandis qu'Amnesty International à  Londres et la Société interaméricaine de presse (SIP) à Miami avaient appelé à  sa libération. "Si les autorités cubaines avaient l'intention de minimiser la couverture  internationale du procès, elles ont obtenu tout le contraire avec cette  arrestation arbitraire", a estimé le président de la commission de la liberté  de la presse de la SIP, Gustavo Mohme. A Bayamo, à 750 km au sud-est de La Havane, Angel Carromero a exprimé  vendredi ses regrets quant à l'accident de la voiture qu'il conduisait le 22  juillet, qui a coûté la vie au dissident cubain Oswaldo Paya, 60 ans, prix Sakharov 2002 du Parlement européen, et d'un autre opposant cubain, Harold  Cepero, 31 ans.

Le procès, qui s'est achevé en début de soirée, s'est tenu en l'absence  d'un autre passager du véhicule sorti indemne de l'accident, le Suédois Aron  Modig, 27 ans, président des Jeunesses chrétiennes-démocrates suédoises, qui  avait pu regagner son pays le 30 juillet. A l'issue de l'audience, le tribunal doit rendre son jugement "dans les  prochaines jours", a indiqué un communiqué des autorités lu au journal télévisé  de la soirée. Le parquet a requis sept ans de prison, tandis que la défense a  demandé la relaxe de l'Espagnol.

Devant la cour, Angel Carromero a nié l'excès de vitesse : "la dernière  fois que j'ai regardé le compteur, je n'étais pas en excès de vitesse, à 80 ou  90 km/heure", a assuré le jeune homme. Selon l'enquête officielle, le véhicule circulait à grande vitesse à  l'entrée d'une zone de travaux, un freinage trop brusque a fait perdre le  contrôle au conducteur et la voiture est sortie de la route pour aller  violemment heurter un arbre. La famille d'Oswaldo Paya, dirigeant du Mouvement chrétien Libération, n'a  jamais accepté la thèse officielle de l'accident et a affirmé qu'un autre  véhicule était impliqué dans la mort du dissident. Aucun des deux Européens impliqués, venus à Cuba assister Oswaldo Paya dans  ses activités d'opposition, n'a fait état de la présence d'une autre voiture au  moment de l'accident.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      logAudience