ARCHIVES

Les corps des deux Françaises tuées Argentine sont arrivés à Buenos Aires


le 05 août 2011 à 16h49 , mis à jour le 06 août 2011 à 07h15.
Temps de lecture
3min
[Expiré] Françaises assassinées Argentine Salta

Crédits : AFP

À lire aussi
AmériquesLes dépouilles des deux victimes sont arrivés vendredi en fin de soirée dans la capitale argentine. Les familles avaient quitté Salta pour Buenos Aires dans la matinée. La date exacte de leur retour en France sera ensuite fixée.

Sur le terrain, l'enquête sur le meurtre des deux Françaises tuées en Argentine peine à avancer. De leur côté, les proches des deux victimes ont quitté vendredi matin la région de Salta, dans le nord du pays, où les corps ont été retrouvés, pour Buenos Aires. Les dépouilles des jeunes femmes sont elles arrivées à 20h05 heure locale dans la capitale argentine.

Pendant leur séjour à Salta, entamé mardi, les sept proches -le père, la mère et deux frères d'une des victimes, ainsi que deux frères et une cousine de l'autre- ont identifié les corps des victimes et se sont rendus sur les lieux présumés du crime. A aucun moment, ils n'ont souhaité s'exprimer devant les journalistes. Les cercueils d'Houria Moumni, 24 ans, et Cassandre Bouvier, 29 ans, devaient embarquer plus tard, sur un vol prévu vendredi soir, a indiqué par ailleurs une source judiciaire. Les documents nécessaires à leur rapatriement n'ont pas encore été signés par les autorités, et la date du retour des corps vers Paris n'est pas encore connue, a expliqué la même source.

Plusieurs pistes
 
En France, une information judiciaire pour "séquestration, assassinats et viols" a été ouverte vendredi par le parquet de Paris. Un juge d'instruction devait être désigné dans la journée pour superviser cette enquête qui vise à permettre aux familles des deux jeunes femmes d'être informées de l'avancée des investigations en Argentine
 
Les deux jeunes femmes ont été retrouvées mortes le 29 juillet par des randonneurs sur un sentier de la Quebrada ("vallée", ndlr) de San Lorenzo, une réserve naturelle qui attire de nombreux touristes, à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Salta. Confrontés au manque de preuves, les enquêteurs argentins n'ont pas encore identifié de suspect. Mais ils suivent plusieurs pistes en attendant de retrouver des témoins et d'obtenir les résultats des tests ADN qui devraient permettre de faire avancer l'enquête. Le président Nicolas Sarkozy a téléphoné à plusieurs reprises à son homologue argentine Cristina Kirchner pour s'informer de l'évolution de l'enquête, ont rapporté les autorités argentines.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Inde : un léopard sème la panique

      logAudience