ARCHIVES
DOSSIER : Élections USA 2012

Elections USA 2012 : "Notre convention républicaine est un succès"

Fabrice Aubert par
le 30 août 2012 à 17h17 , mis à jour le 31 août 2012 à 14h06.
Temps de lecture
4min
Edward Patrick Flaherty (1er à gauche) avec notamment Reince Priebus (2e à gauche), le président du Comité national républicain, à la convention républicaine de Tampa, 26/8/12

Edward Patrick Flaherty (1er à gauche) avec notamment Reince Priebus (2e à gauche), le président du Comité national républicain, à la convention républicaine de Tampa, 26/8/12 / Crédits : DR

À lire aussi
AmériquesINTERVIEW - Discours galvanisateur de Paul Ryan, intervention remarquée d'Ann Romney pour "humaniser" son mari : Edward Patrick Flaherty, l'un des délégués de la "grand-messe" du parti républicain, estime sur TF1 News que la réunion de Tampa est une réussite pour Mitt Romney.

Edward Patrick Flaherty, 53 ans, est l'un des 2.286 délégués de la convention du parti républicain qui se déroule jusqu'à jeudi soir en Floride. Il représente la section "Republicans abroad", les "Républicains de l'étranger", et plus précisément celle de Suisse, où il vit depuis 1994.

TF1 News : Juste avant la fin de cette convention (ndlr : entretien réalisé jeudi après-midi, avant le discours de clôture de Mitt Romney), quel est votre bilan de délégué ?
Edward Patrick Flaherty
: C'est la première fois que je participe à la convention. C'est donc une expérience à la fois nouvelle et très spéciale pour moi. J'ai passé une semaine intéressante et informative en participant  à de nombreuses conférences ou à des réunions avec des responsables du parti. J'y ai pris beaucoup de plaisir.


Sur le plan politique, la convention est un succès, notamment grâce au discours de Paul Ryan. Pendant son intervention, la salle était enthousiaste et tous les délégués debout.  Certes, le début de la semaine a été perturbé par la météo. Mais ensuite, tout s'est bien déroulé dans l'ensemble, malgré les manifestations des partisans de Ron Paul (ndlr : les délégués soutenant le candidat battu aux primaires ont critiqué l'intronisation de Mitt Romney par acclamation). J'ai surtout été frappé par le nombre de jeunes présents à Tampa. Cela fait plaisir de les voir s'investir autant, alors que l'on nous reproche souvent d'être un parti de personnes âgées.

 


TF1 News : Pensez-vous que les débats ont pu permettre à Mitt Romney de convaincre la base du parti, notamment la mouvance du Tea Party, qui lui reproche de ne pas être assez conservateur, sans s'aliéner en contrepartie les indépendants ?
E.P.F :
En choisissant Paul Ryan comme colistier, Mitt Romney s'est adressé au  Tea Party. Je pense que ce dernier est satisfait. En cas de victoire, Paul Ryan aura une influence profonde sur les décisions de Romney et sa politique.

De leur côté, aux Etats-Unis, les indépendants sont souvent des petits entrepreneurs. Moins politisés et moins idéologues, ils sont surtout concentrés sur leur business. Et ils se rangent derrière le parti qui leur semble le meilleur pour développer leur affaire. Or cette année, beaucoup pensent que Mitt Romney est incontestablement le bon choix pour eux, comme pour, d'une manière plus globale, les questions économiques.

 

"La vraie campagne démarre lundi"


TF1 News : Qu'attendez-vous du discours de clôture de Mitt Romney ?
E.P.F :
 Je pense qu'il va tout d'abord parler de lui-même. L'Amérique ne le connaît en effet pas encore très bien. Même s'il était déjà candidat aux primaires en 2008, beaucoup d'Américains ont simplement une vague idée de son parcours. Il lui faut donc expliquer qui il est, quelles sont ses origines, quelle est sa philosophie...

Ensuite, il devra aborder ce qu'il fera s'il est élu. Comme c'est avant tout un homme d'affaires avant d'être un orateur, il donnera des faits, des chiffres précis sur son passé et sur ce qu'il compte réaliser.  Quoi qu'il en soit, même si son discours n'est pas un grand discours, voire décevant, ce ne sera pas grave. Notre parti est tellement motivé pour remplacer Barack Obama que nous ne rangerons derrière  notre candidat.



TF1 News :  A tort ou à raison, Mitt Romney a également un problème avec son image. C'est l'occasion ou jamais d'y remédier.
E.P.F :
 C'est vrai. Mais je pense que le problème commence en partie à être réglé grâce au discours prononcé par sa femme, Ann Romney, mardi soir. Elle a réussi à l'humaniser en parlant de leur vie de couple. Et il reste encore du temps puisque la campagne, la vraie, commencera lundi.


En outre, les indépendants sont plus intéressés par ce qu'il compte faire pour l'Amérique et leur entreprise que par qui il est. Quant aux républicains purs et durs, nous savons déjà qui il est et nous savons aussi que nous devons remplacer Obama. Certes, le président sortant a pour lui le style et l'image, qui lui ont permis d'être élu en 2008. Mais cela ne marchera pas une seconde fois.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      "Vous êtes venu à Carmaux il y a deux ans et vous ne tenez pas vos promesses"

      logAudience