En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les Tigres tamouls vaincus et décapités


le 18 mai 2009 à 11h32
Temps de lecture
4min
[Expiré] Velupillaï Prabhakaran, fondateur de la guérilla des Tigres tamouls (27 novembre 2007)

Crédits : Ho New / Reuters

À lire aussi
AsieLe chef des rebelles séparatistes a probablement été tué lundi en tentant de s'échapper de la minuscule poche encerclée par l'armée au nord-est du Sri Lanka.

LCI picto cliquez regardez
La fin de 37 ans de combat
 

Il demeurait invisible depuis 18 mois et nul n'avait d'information fiable sur son sort. Des rumeurs le donnaient suicidé (il gardait toujours sur lui une capsule de cyanure), caché au Sri Lanka ou en fuite en Asie du Sud-Est. L'hypothèse la plus probable était qu'il restait retranché dans la petite enclave encore aux mains des Tigres tamouls et encerclée par l'armée au nord-est du Sri Lanka. Mais le fondateur de la guérilla la plus organisée au monde, Velupillaï Prabhakaran, "Tigre numéro 1", a probablement été tué lundi par l'armée lors d'une embuscade. Sa mort, si elle est confirmée officiellement, sonnera le glas du mouvement des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) qui avait déjà reconnu dimanche sa défaite militaire au terme de 37 ans de conflit séparatiste.

Selon des témoignages de militaires sri-lankais, Velupillaï Prabhakaran essayait de s'enfuir à bord d'une ambulance en compagnie de deux lieutenants, lorsque son véhicule a été pris pour cible et a pris feu. Déjà, lundi matin, le cadavre de son fils, Charles Anthony, âgé de 24 ans, avait été retrouvé par les forces armées. Le ministère de la Défense a en outre fait état de la mort de trois hauts responsables du LTTE, dont les corps ont été retrouvés : le chef de la vitrine politique de la rébellion, B. Nadesan, l'ex-chef du secrétariat à la paix du LTTE, S. Puleedevan, et le dirigeant S. Ramesh.

La fin du conflit officialisée mardi au Parlement

La "défaite militaire des terroristes" avait été annoncée dès samedi par le président nationaliste Mahinda Rajapakse, architecte depuis trois ans - avec son frère Gotabhaya au ministère de la Défense - d'une guerre à outrance, alors que l'insurrection séparatiste contrôlait encore en 2006 un tiers des 65.000 km2 du Sri Lanka, dans le nord et l'est, où elle luttait pour un Etat tamoul indépendant. Et dimanche, la guérilla la plus redoutable au monde avait elle-même annoncé avoir cessé le combat, admettant ainsi sa défaite militaire. "Nous avons décidé de faire taire nos armes (...) Cette bataille s'est achevée amèrement", avait déclaré le responsable des relations internationales du LTTE, Selvarasa Pathmanathan. L'armée n'en a pas moins continué à se battre jusqu'à lundi contre des irréductibles avant d'annoncer la fin de ces derniers combats. Et mardi, le chef de l'Etat devrait officialiser devant le Parlement la fin du conflit, alors que la fête bat déjà son plein dans le pays.

Mais si l'armée est largement victorieuse sur le terrain, les conséquences en termes de politique internationale sont lourdes pour le Sri Lanka. En raison de la brutalité de son ultime coup de boutoir depuis janvier - qui a probablement tué, selon l'ONU, 6500 civils - Colombo s'est mis à dos l'Occident. Environ 50.000 personnes étaient restées piégées dans les combats, selon l'ONU, après la fuite de 115.000 habitants fin avril. Ces jours-ci, les rebelles ont accusé les militaires d'avoir massacré des milliers de civils. Colombo a rétorqué que la guérilla tirait sur ces "boucliers humains". Gordon Brown, Premier ministre du Royaume-Uni, l'ex-puissance coloniale, a averti Colombo de "conséquences pour ses actions". Londres est favorable à une enquête pour "crimes de guerre", visant tant l'armée que les Tigres.

D'après agence

Commenter cet article

  • GoldRogerFR : Jai fé les manifestations et tout ils disent 70000mort depuis le debut de lannée dont 20000 le 20 mai un truc vers la

    Le 14/06/2009 à 21h11
  • Met : S il vous plait ne croyez pas que les tamouls sont vaincus tant que la diaspora existera la race tamoul ne s éteindra jamais,et nous lutterons sans fin pour l obtention de notre état le tamil eelam,peu importe les informations concernant notre leader prabhakaran mort ou vif n abandonner jamais notre idée notre lutte notre espoir et la flamme tamoul qui est en vous...

    Le 19/05/2009 à 11h41
  • Meera : L e président srilankais affirme que notre leader Pirabakran est décédé hier, donc s'il arrive quoi que se soit dans ces jours à venir (bombardement, ...) Pirabakaran ne sera pas la cause de ces degat car selon Rajabakse notre leader est décédé. Encore 2-3 jours W8 and C

    Le 19/05/2009 à 07h46
  • Karan : Réussir avec l'aide de plusieurs pays juste pour battre des gens qui défendaient les tamouls, ils croient avoir gagné alors que ils ont fait que de tués des civils. Personne peut vivre heureux en faisant du mal au autre donc je vois pas comment ils peuvent être fier d'eux. C'était une guerre pour l'indépendance par pour la fierté.

    Le 18/05/2009 à 21h00
  • Rathna : La fin de 37 ans de combat > CE N'EST PAS ENCORE FiiNiiT

    Le 18/05/2009 à 19h05
      Nous suivre :
      Enquête : les jouets de Noël 20% moins chers en novembre qu'en décembre

      Enquête : les jouets de Noël 20% moins chers en novembre qu'en décembre

      logAudience