En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Etat d'alerte maximum au Japon, traces radioactives en Chine

Edité par
le 29 mars 2011 à 07h40 , mis à jour le 29 mars 2011 à 14h34.
Temps de lecture
5min
Fukushima : la centrale nucléaire endommagée (29/03/2011)

Fukushima : la centrale nucléaire endommagée (29/03/2011) / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
AsieCritiqué pour sa gestion de la crise nucléaire, le gouvernement japonais, rompant avec ses propos rassurants, se dit "en état d'alerte maximum". L'agence de sûreté nucléaire japonaise reconnaît de "fortes probabilités" de fuites radioactives de l'enceinte de confinement.

 

Le discours du gouvernement japonais, qui se voulait jusqu'alors rassurant, est en train d'évoluer devant l'évidence de la contamination et sous la pression politique. Le plutonium décelé dans le sol de la centrale atomique de Fukushima Daiichi a renforcé mardi les inquiétudes concernant les longs efforts que va devoir poursuivre le pays pour venir à bout du pire accident nucléaire depuis celui de Tchernobyl. Au parlement, le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a été vivement critiqué pour sa gestion de la crise. Il a assuré que son gouvernement était "en état d'alerte maximum", tout en reconnaissant que la situation restait "imprévisible" dans la centrale, dont les systèmes de refroidissement de quatre réacteurs sur six sont en panne et où les fuites radioactives se sont multipliées depuis le séisme et le tsunami du 11 mars - l'agence japonaise de sûreté nucléaire a d'ailleurs dû reconnaître mardi une "forte probabilité" de fuite de matériaux radioactifs hors de l'enceinte de confinement. Quant aux critiques qui ont commencé à s'exprimer sur le choix du lieu d'implantation de la centrale, il a platement reconnu : "Nous ne pouvons pas nier que l'évaluation des risques d'un tsunami à l'époque a été largement erronée".

En ce qui concerne l'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), dont les carences ont été plusieurs fois soulignées depuis le début de la crise (il avait notamment omis de faire des inspections obligatoires), le gouvernement japonais pourrait envisager sa nationalisation de la compagnie. L'avenir de cette compagnie d'électricité, la plus importante d'Asie, est largement remis en question par la catastrophe nucléaire ; l'action Tepco a chuté de 70% depuis lors. Les polémiques s'enchaînent d'ailleurs pour la compagnie, la dernière en date étant née de la révélation d'un rapport rédigé en 2007 par lingénieurs chargés de la sécurité des installations : ils estimaient notamment à 10% la probabilité qu'une vague sismique dépassant les 6 mètres, limite maximale retenue pour la sécurité du site, frappe la centrale sur une période de cinquante ans. Mais Tepco n'avait pas tenu compte de cette mise en garde...

Des fuites radioactives jusque dans le Pacifique ?

Pendant que s'ébauchent ces débuts d'autocritique de la part des autorités japonaises, le combat se poursuit dans la centrale accidentée pour tenter de maîtriser le situation. De l'eau fortement radioactive a inondé le sous-sol de la salle des machines des réacteurs 1, 2 et 3, et s'est également déversée dans des tunnels techniques passant dans le sol. Tepco a reconnu que des fuites contaminées pourraient avoir déjà ruisselé jusqu'au rivage de l'océan Pacifique bordant la centrale. La société va inspecter tous les puits de regard conduisant à ces tunnels et s'assurer que leur étanchéité n'a pas été endommagée par le séisme et le tsunami, afin d'empêcher l'eau polluée de s'échapper.

La présence de ces nappes sur le site perturbe fortement les opérations de remise en route des systèmes de refroidissement des réacteurs, mais les travaux de pompage de cette eau vont être compliqués, car les techniciens doivent trouver un moyen de la transvaser dans des réservoirs sans s'exposer à des doses de radiation mortelles.

Elément qui complique encore plus la donne : afin d'empêcher le combustible d'entrer en fusion, les techniciens de Tepco et les pompiers doivent arroser en permanence les quatre réacteurs endommagés et leur piscine de stockage des barres de combustible irradié. Ce qui pourrait expliquer la quantité importante d'eau contaminée sur le site... en rend d'autant plus difficile de s'en débarrasser. "Nous devons éviter que les barres de combustible soient exposées hors de l'eau et ne chauffent trop. Refroidir les installations est indispensable", a souligné le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, lors d'une conférence de presse, ajoutant que tous les efforts étaient faits pour "utiliser le minimum d'eau".

Des traces radioactives de la Chine jusqu'aux Etats-Unis
  •   - Corée du Sud : des traces d'iode radioactif ont été détectées à Séoul et d'autres endroits de Corée du Sud, après l'accident nucléaire de Fukushima, ont indiqué les autorités du pays, qui ont décidé de tester les poissons pêchés dans leurs eaux territoriales.
      - Chine : le gouvernement a également mardi avoir à nouveau détecté dans l'atmosphère de très faibles quantités d'iode 131 radioactif provenant de la centrale nucléaire de Fukushima. Par ailleurs, le ministère chinois de la Santé a demandé aux autorités de 14 régions, dont Pékin et Shanghai, d'effectuer des tests de radioactivité sur l'eau et la nourriture, a rapporté le China Daily. Les régions concernées par la présence d'iode radioactif sont les provinces côtières du quart sud-est du pays, de Shanghai jusqu'au Guangxi, ainsi que l'Anhui, située à l'intérieur des terres, précise le ministère de l'Environnement.
      - Etats-Unis : des traces de radioactivité issue du panache de Fukushima ont été relevées dans de l'eau de pluie dans le nord-est des Etats-Unis, a indiqué l'Agence américaine de l'environnement, selon qui ces traces sont sans danger pour la santé.
Commenter cet article

  • jeei : Il serait bien temps de dire enfin la verite!!!!

    Le 30/03/2011 à 14h49
  • faraen : Vous savez quoi, c'est même bientôt 2013, 2014, 2015... Donc, arrêtez de croire à ces sornettes sur la fin du monde !

    Le 29/03/2011 à 19h27
  • jduronsoy : Commentaire très lucide de Manulyon. Le reste n' est que blablabla.

    Le 29/03/2011 à 18h46
  • coco242724 : Le gouvernement Japonais a trop attendu à demander de l'aide alors que les pays et en particulier, la France, s'était proposée dès le départ avec des avions chargés de matériel (combinaisons étanches, matériau de stabilisation etc..) Il a mis en danger la planète entière et en particulier son peuple déjà traumatisé par le séisme, tsunami...Fallait s'unir pour pallier à cette catastrophe sans précédent qui laissera des traumatismes et des séquelles dans le monde entier !!

    Le 29/03/2011 à 18h18
  • mimas019 : Ca doit venir d'une série américaine avec des portes et des étoiles....

    Le 29/03/2011 à 17h05
      Nous suivre :
      Var : les images aériennes de la ville de Hyères inondée

      Var : les images aériennes de la ville de Hyères inondée

      logAudience