En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Fukushima : Tepco responsable, Tepco nationalisé ?


le 27 décembre 2011 à 11h05 , mis à jour le 27 décembre 2011 à 11h43.
Temps de lecture
3min
La centrale nucléaire endommagée de Fukushima, en novembre 2011

La centrale nucléaire endommagée de Fukushima, en novembre 2011 / Crédits : www.abacapress.com

À lire aussi
AsieLe ministre japonais du Commerce et de l'Industrie va exhorter, mardi, l'opérateur de la centrale touchée par le tsunami en mars dernier, à accepter une injection de fonds publics, selon le quotidien financier Nikkei. Une demande qui intervient au lendemain de la publication d'un rapport établissant la responsabilité de Tepco dans la catastrophe.

 

Près de 13 milliards d'euros. C'est la somme que pourrait reverser l'Etat japonais dans Tepco d'ici l'été 2012 selon Reuters. Un montant synonyme de nationalisation. Le quotidien financier Nikkei rapporte que le ministre japonais du Commerce et de l'Industrie va exhorter l'opérateur de la centrale de Fukushima à accepter cette injection de fonds publics ce mardi.

Et  la première société japonaise de service aux collectivités pourrait bien ne pas avoir le choix. Depuis le séisme et le tsunami du 11 mars dernier, à l'origine de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima, elle doit faire face à de gros problèmes financiers. Tepco a d'ailleurs demandé à l'Etat, via le Fonds de versement des indemnités pour les dégâts nucléaires, mardi, une aide supplémentaire de 650 milliards de yens (soit 7 milliards d'euros environ) pour payer une partie de l'indemnisation des victimes. La compagnie avait déjà réclamé une enveloppe de 1.011 milliards de yens (soit 10 milliards d'euros environ) en octobre. Un mois plus tard, le gouvernement japonais avait donné son accord pour une aide de 900 milliards de yens (soit 8.7 milliards d'euros).

Tepco et le gouvernement mis en cause

Le ministre du Commerce et de l'Industrie doit rencontrer un haut-responsable de Tepco, mardi soir à l'issue d'un conseil des ministres consacré à la compagnie et à la réforme de l'électricité. Une réunion qui intervient au lendemain de la publication d'un rapport soulignant la responsabilité de Tepco. Un document de plus de 500 pages qui s'appuie sur des entretiens avec 456 personnes. "Il y a eu un problème majeur dans la préparation aux catastrophes nucléaires" souligne le rapport. En cause : une mauvaise évaluation et une mauvaise gestion des évènements. "Tepco ne s'attendait pas à une situation dans laquelle toutes les sources électriques seraient simultanément interrompues dans plusieurs réacteurs à cause d'un désastre naturel, et elle n'a pas formé ses équipes pour répondre à ces circonstances", peut-on y lire.

La fusion dans les réacteurs et rejets de substance radioactives auraient ainsi pu être limitées si les techniciens avaient réalisé des relâchements de pression dans les réacteurs 1 et 3 et commencé à injecter de l'eau plus tôt. Le rapport met aussi en cause la mauvaise communication entre les équipes de travail et les erreurs concernant les consignes d'évacuation données aux habitants. Certains ayant été envoyés dans des zones où les substances radioactives s'étaient davantage propagées. Le gouvernement japonais est également mis en cause. Car si Tepco ne lui a pas donné suffisamment d'informations sur l'état de la centrale, il n'a envoyé personne au siège de la compagnie pour réclamer plus d'informations. D'autres points devraient être inscrits dans la version définitive du texte, publié à l'été 2012.

Commenter cet article

  • kasala : !!!!

    Le 27/12/2011 à 12h39
  • olivierpour : Encore une fois, les pertes sont pour l'Etat et les contribuables, et les profits pour le privé.

    Le 27/12/2011 à 12h18
      Nous suivre :
      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      logAudience