En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

INFOGRAPHIE. Seconde fuite d'eau radioactive à Fukushima : la carte des lieux

Nicoals FERTIN par
le 07 avril 2013 à 13h07 , mis à jour le 07 avril 2013 à 13h11.
Temps de lecture
3min
Travaux à la centrale de Fukushima, au Japon, en septembre 2012.

Travaux à la centrale de Fukushima, au Japon, en septembre 2012. / Crédits : AFP/TEPCO

A lire aussi
Asie Après avoir annoncé une fuite, peut-être massive, sur un premier réservoir de stockage, la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) craint désormais une seconde fuite sur un autre réservoir. Elle pourrait être moins importante.

La centrale nucléaire de Fukushima accumule les avaries inquiétantes. Une énimème panne du système de refroidissement a affecté les installations vendredi. Après avoir annoncé samedi une fuite possible de 120 tonnes d'eau radioactive, l'opérateur Tepco évoque dimanche une seconde fuite sur un autre réservoir. Mais celle ci semble ne pas être trop importante.

La compagnie électrique n'a pas encore déterminé la cause de ces fuites, découvertes sur deux des sept réservoirs stockant l'eau utilisée pour refroidir les réacteurs de la centrale fortement endommagée par un séisme et un tsunami en mars 2011.

13 000 m3 à transvaser. Tepco, qui ne précise pas depuis quand les réservoir fuient, prévoit de transvaser les 13.000 mètres cubes d'eau restants dans d'autres cuves au cours des deux prochaines semaines.
Cette eau ne devrait pas s'écouler dans la mer, située à 800 mètres du réservoir, a rapporté l'agence de presse Kyodo. Ces réservoirs, des trous creusés dans le sol après la catastrophe de mars 2011, sont entourés de panneaux étanches censés empêcher l'eau de s'écouler dans la terre.

INFOGRAPHIE IDE

Deux pannes en trois semaines.  Tepco a rencontré de nombreux problèmes pour faire fonctionner le système de refroidissement mis en place dans l'urgence après la catastrophe pour tenter de maîtriser les réacteurs. Elle a annoncé vendredi que le système de refroidissement de la piscine d'entreposage de barres de combustible s'était arrêté pendant environ trois heures sur le réacteur n°3. Il s'agissait de la deuxième panne en trois semaines dans le système de circulation de l'eau de mer utilisée pour refroidir le combustible usagé.

 

A lire aussi : notre dossier deux ans après la catastrophe de Fukushima

A voir aussi : Fukushima, opération de sécurisation en 3D

A lire aussi : avec Google Street view, une visite morbide des alentours de la centrale.

Commenter cet article

  • assconstirosort : Cette année 2013 devrait être l'année des E-cat, c'est du moins ce que laissent entrevoir et espérer les dires et les pronostics de son inventeur, l'ingénieur italien Andrea Rossi et d'Aldo Proia, directeur et administrateur délégué de la société licenciée de l'E-cat pour l'italie, la Prometeon s.r.l. Tous deux en effet soutiennent l'installation imminente de la première centrale d'1 MW. Mais entre temps la société grecque, la Defkalion, a refait surface et un autre brevet américain, suite à celui accordé à Miley, a vu le jour, cette fois-ci accordé à l'inventeur Han S. Nee, occupe à présent le devant de la scène des Lenr. Mais alors que le processus précédent était basé sur une réaction différente, ce dernier repose sur un processus de nickel-hydrogène, identique à celui de l'E-cat et à d'autres dispositifs tel que celui de Francesco Celani. « L'architecture de stockage hydrogène-alliage de nickel comprend un catalyseur à base de nickel mélangé avec un oxyde ? c'est ce que l'on peut lire dans l'abstract du brevet ? Le potentiel électrique appliqué et l'augmentation de la pression du gaz et de la température qui en dérive crée une réaction entre les noyaux d'hydrogène et ceux de nickel à l'intérieur de l'alliage, au sein duquel l'énergie thermique est générée par l'émission de phonons ». C'est dans ce contexte que s'inscrit également le Mit, déjà mondialement connu pour être impliqué dans le domaine des Lenr et qui, cette année, propose un cycle de leçons intitulées ?Cold Fusion 101 : Introduction à un surplus d'énergie dans les expériences de la Fleischmann-Pons (22-30 janvier)?. Les États-Unis donc croient fermement en les Lenr. Concernant le dispositif d'Andrea Rossi ce que nous savons avec certitude, cependant, est que la version domestique est reportée à une date ultérieure en raison des difficultés à obtenir les certifications nécessaires à sa mise en vente (parfois on parle de 2015, mais cette date est très probablement susceptible de subir d'ultérieurs changements), et que la génération d'énergie électrique en mode autonome est encore en cours de développement et que le brevet européen de la technologie a été rejeté pour le moment même si l'inventeur a le temps jusqu'en mars pour proposer des révisions de sa demande. En plus les E-cat thermiques sont déjà en vente et il semblerait que plusieurs unités aient déjà été commandées. Mais l'ingénieur Andrea Rossi semble avoir aujourd'hui plus que jamais, des concurrents fort acharnés et, selon ces prémisses, l'année 2013 pourrait être vraiment l'année du tournant dans le domaine de l'énergie?26/03/2013 fusion.froide

    Le 08/04/2013 à 01h26

      C'est (presque) du sport #17 : le message de soutien de Neymar à Teddy Riner avant les JO

      logAudience