En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Pakistan : la jeune chrétienne a quitté la prison


le 08 septembre 2012 à 16h22 , mis à jour le 08 septembre 2012 à 21h34.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
AsieLa jeune chrétienne pakistanaise accusée d'avoir profané le Coran a quitté samedi par hélicoptère la prison où elle était détenue depuis plus de trois semaines pour rejoindre sa famille dans une résidence sous haute surveillance.

Si le principe de la libération, contre paiement d'une caution, de Rimsha Masih, la jeune chrétienne accusée de blasphème, avait été accepté par la justice pakistanaise, il restait encore à lui rendre concrètement la liberté. Chose malaisée dans un pays où son cas cristallise les tensions inter-communautaires entre chrétiens et musulmans, et où elle risquait d'être tuée à peine sortie de prison. Même son retour dans son village était une option inenvisageable, pour des raisons de sécurité. C'est donc par hélicoptère que la jeune fille a quitté, samedi vers 17h30 (soit 14h30, heure française) la prison de Rawalpindi, ville jumelle de la capitale Islamabad. Et sa libération a été annoncée, fait inaccoutumé mais révélateur, par Paul Bhatti, ministre pakistanais de l'Harmonie nationale, responsable des relations entre la majorité musulmane et les minorités.

Où se trouve-t-elle à présent ? En lieu sûr. Les autorités pakistanaises n'en diront pas plus. La sortie de prison a pourtant été largement suivie par les médias pakistanais. Selon des images des chaînes télévisées, l'adolescente a été transportée par fourgon blindé du bâtiment de la prison jusqu'à l'hélicoptère. Elle portait un habit traditionnel vert et avait le visage recouvert d'un morceau de tissu. L'hélicoptère s'est ensuite envolé vers une destination inconnue.

Un imam soupçonné de coup monté

Depuis le début de l'affaire, les accusations portées contre la jeune fille, dont l'âge et les facultés mentales font l'objet d'informations contradictoires, ont entretenu le soupçon. Elle était accusée d'avoir brûlé des pages du Coran... qu'elle n'aurait donc pas même été capable de déchiffrer, puisqu'elle est analphabète. Attisant la polémique, il y a une semaine, la police pakistanaise a fait savoir qu'un imam est désormais soupçonné d'avoir lui-même déchiré des pages du livre saint et d'avoir placé les morceaux dans un sac de la fillette contenant des papiers brûlés. Hafiz Mohammed Khalid Chishti, qui était à l'origine des accusations contre la fillette chrétienne, a été arrêté après avoir été dénoncé notamment par son assistant. 

Mais il en faudra bien plus pour sauver Rimsha Masih, dont le cas est désormais devenu emblématique au Pakistan, pays à 97% musulman où remettre en cause l'islam relève du sacrilège. Au coeur de la controverse, la loi sur le blasphème contre l'islam ou le prophète Mahomet, en vertu de laquelle Rimsha Masih a été accusée et emprisonnée, préoccupe tout particulièrement la communauté chrétienne, qui représente 4% des 180 millions de Pakistanais. Les chrétiens du Pakistan estiment que cette législation ne leur offre aucune protection. Et si beaucoup de condamnations pour blasphème sont rejetées en appel, de nombreux Pakistanais accusés de blasphème ont été lynchés par la foule. Les chrétiens soulignent que les dénonciations dont ils peuvent être victimes s'appuient uniquement sur des témoignages de voisinage et sont souvent liées à des règlements de compte.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      "La Prut", le plus beau fou rire de LCI : voici pourquoi le journaliste a enlevé son oreillette

      "La Prut", le plus beau fou rire de LCI : voici pourquoi le journaliste a enlevé son oreillette

      logAudience