ARCHIVES

Pakistan : "les violences contre les femmes restent trop souvent impunies"

Fabrice Aubert par
le 28 octobre 2011 à 12h53 , mis à jour le 28 octobre 2011 à 18h35.
Temps de lecture
4min
Archives : manifestation de femmes au Pakistan pour la Journée internationale de la femme, 8 mars 2011

Archives : manifestation de femmes au Pakistan pour la Journée internationale de la femme, 8 mars 2011 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
AsieINTERVIEW - Fin septembre, une femme a été tuée à Islamabad après avoir demandé le divorce. Mustafa Qadri, chercheur sur le Pakistan pour Amnesty, explique à TF1 News en quoi la situation des femmes dans le pays est très difficile.

Mustafa Qadri est chercheur sur le Pakistan à Amnesty International

TF1 News : Fin septembre, une femme a été tuée avec sa fille à Islamabad juste après avoir déposé une demande de divorce.
Mustafa Qadri : Ce crime est choquant. Mais il ne s'agit malheureusement que de la partie émergée de l'iceberg des violences domestiques subies  par les femmes au Pakistan. Le problème est plus que récurrent. Nous recevons régulièrement  des rapports sur des femmes attaquées, tuées, menacées dans tout le pays, quelle que soit leur ethnie, leur religion ou leur statut social, qu'elles soient engagées en politique, membres de la société civile ou simples citoyennes. Donner un chiffre global est en revanche très difficile.  

TF1 News : Pourtant, des lois punissent ce type de violences (ndlr : le Pakistan dispose depuis 2004 d'une loi contre les crimes d'honneur et d'une autre contre les violences domestiques depuis 2009). Ne sont-elles pas respectées ?
M.Q. : Souvent, les  autorités ne peuvent pas ou ne veulent pas faire respecter les lois protégeant les femmes. Certaines attaques sont en effet présentées comme des conséquences de vendettas où la femme est prise à partie et non comme des attaques spécifiques. En laissant faire sous ce faux prétexte, les autorités permettent aux abus de continuer car cela instille un sentiment d'impunité. La police, corrompue, est aussi une autre source de problème :  les policiers intimident les victimes en leur disant que si elles  ne leur donnent pas d'argent, ils n'enquêteront pas, voire qu'ils leur créeront des difficultés supplémentaires.

Mais plus globalement, ce ne sont pas seulement les lois censées défendre les femmes qui ne sont pas respectées. Il s'agit plutôt d'un problème général lié aux difficultés du respect, ou plutôt du non-respect, de la loi et de l'ordre dans le pays. Et dans ce genre de situation, quand la justice n'est plus respectée, ce sont toujours les plus vulnérables qui sont les premières victimes. Au Pakistan, ce sont les femmes, qu'elles appartiennent à une minorité ethnique ou à une riche famille.

TF1 News : Le droit tribal, en vigueur dans les régions près de  la frontière afghane, est-il encore plus problématique ?

M.Q. :  Le problème du droit tribal est, lui aussi, lié au problème général du non-respect de loi au Pakistan. La loi pakistanaise est une loi civile et séculière, auquel est soumis le droit tribal. Tout dépend donc de la volonté des autorités de la faire appliquer. Au-delà du droit tribal, c'est surtout le sentiment d'impunité qui entre en compte.  La preuve : quand un cas est médiatisé ou lorsqu'une femme porte plainte, les critiques sont unanimes contre l'auteur. Une pression s'exerce alors sur le  gouvernement et sur les autorités judiciaires pour instruire l'affaire et faire condamner les coupables.

exergue"Nous sommes optimistes mais le combat sera long" 


TF1 News : Au-delà des violences qu'elles peuvent subir, quelle est la situation des femmes au Pakistan ?
M.Q. :
C'est très difficile d'être une femme au Pakistan. Un exemple : quand des femmes réussissent à devenir parlementaires dans le nord-ouest du pays ou même au parlement fédéral, elles sont complètement ignorées et ne disposent pas du même temps de parole que les hommes.

Nous sommes cependant optimistes pour l'avenir. Des enquêtes ont été menées dans les endroits les plus reculés, notamment ceux où sont installés Al-Qaïda et les talibans. Elles montrent que même les hommes veulent que les femmes et les enfants aient accès à l'éducation et au travail. Il y a donc un consensus pour que les femmes obtiennent davantage de place dans la société pakistanaise. Moins vulnérables, elles seront ainsi mieux protégées. Mais le combat sera long.

TF1 News : Comment expliquer malgré tout qu'une femme, Benazir Bhutto, ait dirigé le Pakistan comme Premier ministre ?
M.Q. :
  Une société est toujours faite de contradiction -ce qui n'excuse pas bien entendu les violences contre les femmes. Le Pakistan a les capacités pour surprendre, avec notamment une société civile active, un mouvement pro-démocratie fort et des femmes courageuses qui défendent les droits de l'homme. N'oublions pas non plus que 33% des parlementaires sont des femmes. 
 

Commenter cet article

  • ilesmarquises : Tout à fait d'accord. Et quand on voit qu'ici, en France, une femme ne peut même pas aller se promener ou faire son jogging normalement sans risquer de se faire agresser, c'est grave !... Surtout que toutes ces agressions sont justement la conséquence de l'image de la femme véhiculée dans les médias que vous dénoncez à juste titre.

    Le 29/10/2011 à 17h04
  • vanou6363 : Oui, et la France en 1er ! Quand on voit comment là femme est traitée ici, comme un vulgaire morceau de viande dont on se sert, entre autres, pour faire vendre en la déshabillant.... on ne vaut pas mieux qu'ailleurs

    Le 29/10/2011 à 16h23
  • azureus31 : ...toutes les religions ont toujours considéré les femmes comme des esclaves ou des être inférieurs à leur mari, il suffit de lire leurs livres "sacrés", certaines ont un peu évolué...mais il y a encore du boulot et quand je vois une femme qui s'agenouille devant un symbole religieux je ne peux m'empêcher de penser qu'elles ne sont pas rancunières, certains hommes devraient s'en inspirer!!!

    Le 29/10/2011 à 16h19
  • ilesmarquises : Malheureusement, même pas besoin d'aller jusqu'au Pakistan pour voir des femmes se faire tuer par leur conjoint parce qu'elles veulent le quitter.... C'est toute l'éducation des garçons qui est à refaire.

    Le 29/10/2011 à 16h10
  • bergeoest : 21éme siècle et toujours des pays avilisant les femmes. Une honte.

    Le 29/10/2011 à 13h04
      Nous suivre :

      A 7 ans, ils effraient un voleur de voiture à l'aide d'un jouet en plastique

      logAudience