En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un référendum sur le mariage gay : pour le Premier ministre australien, c'est non

David Straus par avec
le 24 mai 2015 à 10h55 , mis à jour le 24 mai 2015 à 10h59.
Temps de lecture
3min
Un drapeau arc-en-ciel "gay friendly".

Un drapeau arc-en-ciel "gay friendly". / Crédits : ANDREW COWIE

A lire aussi
Asie Le Premier ministre conservateur australien a déclaré dimanche que son pays ne suivrait pas l'exemple de l'Irlande en organisant un référendum sur le mariage homosexuel. Pour le chef du gouvernement, il appartient au Parlement de se prononcer éventuellement sur le sujet.

L'Irlande est devenue samedi le 19e pays, le 14e en Europe, à légaliser le mariage gay. Elle est par contre le seul pays à l'avoir fait par référendum. Le oui l'a emporté avec 62% des voix. L'Australie ne suivra pas cette voie. "C'est une question qui relève du Parlement", a estimé le Premier ministre  Tony Abbott qui l'interrogeait sur l'opportunité d'organiser un  référendum sur le sujet.
 
"Dans ce pays, les référendums portent sur les questions de changement constitutionnel. Je ne crois pas que quiconque soit en train de suggérer qu'il  faille changer la Constitution sur ce sujet. Les questions relatives au mariage sont le domaine du Parlement". Un sondage réalisé en juillet 2014 avait révélé que 72% des Australiens étaient favorables au mariage gay.
 
Le mariage gay avait été interdit en Australie en 2004, à l'occasion d'une  révision de la loi sur le mariage durant le mandat du Premier ministre  conservateur de l'époque, John Howard. L'union civile est toutefois possible  dans la plupart des Etats australiens.
 
"Je ne sous-estime pas une seconde les sentiments des gens sur ce sujet, qu'ils soient pour ou contre" le mariage homosexuel, a ajouté le Premier ministre. "Y compris dans ma propre famille, les émotions sont fortes des deux côtés", a reconnu Tony Abbott, dont l'une des soeurs est lesbienne mais qui ne fait pas mystère de  son opposition au mariage gay.
  

Commenter cet article

  • alexb93 : Alex : Etant donné que tous les partis politique faisaient campagne pour, cette victoire était plus facile, mais venant de l'Irlande cela surprend... Je note qu'on ne parle pas pour l'instant, de droit à l'adoption. Mais c'est inévitablement la prochaine étape. Pour les Homosexuels, il va de soi que c'est une simple formalité et que cela ne posera aucune différence pour leurs enfants. Cependant, leurs enfants eux, ne vont pas être forcément du même avis. Regardez sur Internet, des psychologues, des responsables de services pédiatriques hospitaliers, considèrent que c'est une mauvaise solution pour les enfants, alors que souvent ils étaient pour le Pacs. L'Irlande va se réveiller dans quelques temps avec la "gueule de bois".

    Le 25/05/2015 à 15h42
  • vingue : Les deux états qui ont approuvé le mariage gay par référendum à ce jour, l'Irlande et le Maryland (qui n'est pas un état indépendant, mais qui est autonome en matière de législation sur le mariage et dont la population est légèrement supérieure à celle de la République d'Irlande) sont caractérisés par la présence d'une forte minorité d'électeurs qui se reconnaissent de culture catholique tout en étant faiblement pratiquants. Il existe d'un côté des catholiques qui influencent la hiérarchie et qui partagent les positions sectaires d'un certain nombre d'églises chrétiennes. Une bonne partie des arguments de la "Manif pour Tous" ont été piochés chez les évangéliques américains. Et d'autre part, des catholiques laïcisés qui n'éprouvent pas d'hostilité vis à vis de gens qui tendent à rapprocher leur style de vie du leur.

    Le 25/05/2015 à 09h17

      Privées de vélo en Afghanistan, elles participent pour la première fois à une compétition... à Albi

      logAudience