En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Medvedev-Poutine, premières bisbilles

Fabrice Aubert par
le 17 septembre 2009 à 16h29
Temps de lecture
4min
poutine_medvedev

Archives, décembre 2008 : Dmitri Medvedev (g.) et Vladimir Poutine (d.). / Crédits : Reuters

À lire aussi
EuropeLe président russe et son "mentor", aujourd'hui Premier ministre, n'excluent ni l'un ni l'autre d'être candidat à la présidentielle de 2012.

Un petit rappel s'impose pour comprendre la relation ambiguë entre les deux hommes : en 2008, après deux mandats consécutifs, Vladimir Poutine ne peut se présenter une troisième fois de suite à la présidentielle russe. A la place, il "adoube" l'un de ses poulains. En mars, Dmitri Medvedev, candidat du pouvoir, est largement élu président de Russie lors d'un scrutin couru d'avance. Lors de la campagne, il avait indiqué que Vladimir Poutine serait son Premier ministre. Début mai, les deux hommes s'installent donc dans leur nouvelle résidence : le Kremlin pour Dmitri Medvedev, la Maison-Blanche pour Vladimir Poutine.
 
Mais, pour tous les observateurs, il s'agit probablement d'une parenthèse dorée de quatre ans pour Vladimir Poutine : la Constitution l'interdisait seulement de briguer ce 3e mandat consécutif. Soit. Mais rien ne l'empêche de se faire réélire président par la suite, à la fin du mandat de Dmitri Medvedev, prévu en 2012, ou même avant en cas de démission. Ce scénario comporte cependant une inconnue : Dmitri Medvedev goûtera-t-il lui-même à l'ivresse du pouvoir et profitera-t-il de sa position pour marginaliser son mentor ? Un peu à la manière de Vladimir Poutine, présenté comme la marionnette du clan de Boris Eltsine en 2000 avant de s'imposer comme l'homme fort de Moscou.
 
"Il n'y aura pas de concurrence en 2012"
 
Depuis mai 2008, la cohabitation, bien orchestrée médiatiquement, semblait parfaite entre les deux hommes. Jusqu'à ces derniers jours. Les premières hostilités, verbales, ont commencé, à fleurets mouchetés bien sûr. Dmitri Medvedev a ainsi critiqué implicitement les "années Poutine", expliquant que les mesures prises par son prédécesseur n'avaient pas permis de transformer un pays "arriéré et corrompu".
 
Mais c'est surtout la perspective de la présidentielle de 2012 qui attise le feu. C'est Vladimir Poutine qui a lancé la bataille sur le sujet. Devant le Groupe de Valdaï, qui réunit des experts étrangers spécialisés sur la Russie, il a laissé entendre qu'il serait candidat. "En 2008, avons-nous été en concurrence ? En 2012, il n'y aura pas de concurrence non plus. Selon la réalité du moment, nous ferons une analyse et nous prendrons une décision. Nous nous mettrons d'accord parce que nous sommes du même sang et partageons la même vision des choses", a-t-il lancé.
 
La réplique de Dmitri Medvedev n'a pas tardé. Toujours devant le Groupe de Valdaï, le leader actuel du Kremlin a indiqué qu'il n'excluait pas d'être candidat à sa propre succession. "Voici encore peu, je n'envisageais pas d'être président. Mais tel est le destin", a-t-il souligné. Avant d'ajouter : "C'est pourquoi je n'anticipe rien pour moi-même mais n'exclus rien non plus". Enchaînant les commentaires parfois énigmatiques, il a ensuite noté que son Premier ministre avait une cote de popularité "plus élevée" mais que la sienne n'était "pas mal non plus".
 
Poutine comme Brejnev ?
 
Si cette joute verbale directe entre les deux hommes est donc pleine de sous-entendu, ce sont peut-être leurs plus proches conseillers qui laissent transparaître leur réelle rivalité. Ce jeudi, un collaborateur de Dmitri Medvedev a ainsi quasiment affirmé que Vladimir Poutine pourrait devenir un leader à la soviétique comme Leonid Brejnev s'il persiste à vouloir être à nouveau candidat. Même si Vladimir Poutine a réhabilité l'époque communiste, vilipendée sous l'ère Boris Eltsine, l'analogie n'est guère flatteuse. Elle signifie entre les lignes que Vladimir Poutine pourrait devenir un "vieux crouton". Leonid Brejnev, au pouvoir de 1964 jusqu'à sa mort en 1982 à l'âge de 75 ans, est en effet le symbole de la "gérontocratie" qui a miné la fin de l'ex-URSS.

Aujourd'hui âgé de 56 ans, Vladimir Poutine pourrait ensuite rester au pouvoir jusqu'en 2024, soit jusqu'à 72 ans s'il était élu en 2012. La Constitution a en effet été modifiée il y a peu pour allonger le mandat présidentiel à six ans, renouvelable une seule fois. A titre de comparaison, Dmitri Medvedev vient tout juste de fêter ses 45 ans. On attend désormais la réplique du clan Poutine.

Commenter cet article

  • Alpha : En regardant, cette photo ,cela me fait penser à un jeu d'échec. Mais au faite! Où sont les pions?

    Le 19/09/2009 à 14h15
  • Regis : Poutine aura le dernier mot, sinon medvedev aura un accident.... ah le kgb et ses bonnes vieilles méthodes..... regardez simplement le sort réservé aux journalistes qui dénoncent les crimes russes contre l'humanité, le genocide du peuple tchetchene, alors si vous imaginez medvedev battre poutine a ce petit jeu, je crais fort que vous vous berciez d'illusions....

    Le 18/09/2009 à 23h59
  • Joss : Quitte à choisir: donner nous Poutine,on vous donne Sarko

    Le 18/09/2009 à 19h28
  • Looky : Medvedev écartera Poutine comme Poutine a écarter le clan Eltsine. Je pense que Medvedev sera un meilleur président que Poutine. Rdv en 2012

    Le 18/09/2009 à 18h42
  • Dominique34 : Les commentaires de certains internauteslaissent penser 1) Qu'ils n'ont jamais mis les pieds en Russie. 2) Qu'ils ignorent l'histoire de la Russie et de ses crises politiques.3) Que les régions du Caucase évoquées sur ce forum appartiennent à la Géorgie . C'est un peu comme si on nous disait que l'Alsace et la Lorraine appartiennent à l'Allemagne... On sait ce qui est arrivé avec ce genre de prétentions. Putin et Melvedev c'est bonnet blanc et blanc bonnet. La Russie demeure extrèmement corrompue à tous les niveaux de l'Etat. L' Affairisme y est roi. Le déni de démocratie y est quotidien. Et les copains de Bezancenot et de Mélanchon seraient bien incapables d'accepter de telles formes de liberté et de démocratie dans leur propres idées qu'ils éssaient de vous vendre..

    Le 18/09/2009 à 18h04
      Nous suivre :
      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      logAudience