En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Megrahi contre pétrole" : Brown dément


le 02 septembre 2009 à 17h19
Temps de lecture
3min
Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi avion

Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi, le 20 août 2009, après sa libération / Crédits : Reuters

À lire aussi
EuropeVivement critiqué, le Premier ministre britannique dément que la libération du Libyen ait été motivée par des intérêts pétroliers.

Après l'accueil triomphal reçu par Abdelbaset al-Megrahi en Libye, Gordon Brown, alors en vacances, était resté silencieux plusieurs jours. Face aux critiques, il avait dû intervenir pour dénoncer la réception offerte au terroriste responsable de l'attentat de Lockerbie.
 
Depuis dimanche, les autorités britanniques doivent faire face à des accusations liées à cette libération, survenue le 20 aôut dernier, pour raisons médicales : s'agissait-il en fait d'un moyen d'obtenir des contrats sur le marché pétrolier libyen, l'un des plus prometteurs depuis que le président libyen Mouammar Kadhafi a réintégré la communauté internationale ? Dimanche, le Sunday Times a ainsi affirmé que Londres avait suggéré d'inclure le condamné dans un accord de transfèrement de prisonniers avec Tripoli en échange d'un contrat pétrolier entre la compagnie britannique BP et la Libye, d'un montant potentiel de 15 milliards de livres. Cet éventuel accord de transfèrement n'a finalement pas servi puisque Abdelbaset al-Megrahi a été libéré pour des raisons de santé.

"Intérêts nationaux"
 
Mercredi après-midi, Gordon Brown, dans la foulée de son ministre des Affaires étrangères, est monté au créneau pour démentir. "Il n'y a pas eu de conspiration, de camouflage, de double jeu, d'accord sur le pétrole, de tentative d'influencer les ministres écossais", a déclaré le locataire du 10, Downing Street. "La remise en liberté d'al-Megrahi était dans les intérêts nationaux du Royaume-Uni", a-t-il expliqué, citant les décisions de Tripoli de mettre un terme à son programme d'armes de destruction massive et de coopérer dans la lutte contre le terrorisme.

"Ce sont ces questions qui ont joué et non le pétrole ou les intérêts commerciaux. La libération n'a jamais eu aucun lien avec autre chose. Notre intérêt a toujours été de renforcer la coalition contre le terrorisme international", a-t-il asséné, soulignant que la libération d'Albelasset al-Megrahi était "du seul ressort" de l'Ecosse, indépendante de Londres en matière de justice. Il ajoute qu'il souhaitait le voir sortir de prison avant sa mort.

Abdelbaset al-Megrahi en soins intensifs

Tripoli a annoncé mercredi après-midi que Abdelbaset al-Megrahi, qui souffre d'un cancer, avait été placé en soins intensifs. Lors de sa libération, les médecins britanniques avaient indiqué qu'il ne lui restait plus que trois mois à vivre, au mieux.

Commenter cet article

  • Populaire : Ce pas grave l nhomme est au dessus de tte chose le n 1 libyen as bien fait un chapau pr lui mais aussi ce qui on liberee le prisoniee.

    Le 02/09/2009 à 18h15
  • Populaire : Ce pas grave l nhomme est au dessus de tte chose le n 1 libyen as bien fait un chapau pr lui mais aussi ce qui on liberee le prisoniee.

    Le 02/09/2009 à 18h11
      Nous suivre :
      Espèce rare et protégée : le petit okapi Jackson va bien

      Espèce rare et protégée : le petit okapi Jackson va bien

      logAudience