En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Des Allemands d'ex-RDA cobayes de groupes pharmaceutiques occidentaux ?

Edité par
le 23 juillet 2010 à 09h24
Temps de lecture
3min
Médicaments

Image d'archives. / Crédits : TF1 News

A lire aussi
EuropeDes groupes pharmaceutiques occidentaux ont utilisé des Allemands de l'Est comme cobayes moyennant le versement de devises fortes au régime communiste de RDA entre 1985 et 1989.

D'après une émission pour la chaîne publique régionale MDR, des tests de médicaments auraient concerné plus de 2.000 patients de l'ex-RDA entre 1985 et la chute du Mur de Berlin en 1989. Ces tests auraient été commandés par plusieurs sociétés occidentales. En échange, les sociétés concernées auraient versé des sommes importantes à la KoKo (Kommerziellen Koordinierung), une filiale du ministère du Commerce de l'Allemagne de l'Est chargée de recueillir des devises. La chaîne de télévision appuie ses dires sur des témoignages et des archives de la Stasi, la police secrète est-allemande.

Certains patients, sur lesquels ces médicaments non homologués à l'Ouest étaient testés, auraient souffert de séquelles importantes et certains en seraient morts, selon MDR. Un témoin, Karin Forner, a affirmé à la chaîne régionale que sa mère qui souffrait de dépression chronique n'avait été acceptée dans un hôpital de Plauen qu'en échange de sa participation à une "étude" en 1989. Traitée avec l'antidépresseur Brofaromin, fabriqué par la société suide Ciba Geigy, elle aurait perdu du poids et semblerait avoir perdu tout contact avec la réalité. Ce n'est qu'après avoir arrêté ce traitement qu'elle aurait commencé à se rétablir. Selon MDR, aucune autorisation de mise sur le marché de ce médicament n'avait d'ailleurs été demandée dans les pays de l'Ouest.
 
MDR a montré des fac-similés de documents mettant en cause Ciba Geigy une entreprise, qui appartient aujourd'hui à Novartis. Le porte-parole du géant pharmaceutique, Eric Althoff, s'est refusé à commenter la teneur de l'émission, indiquant que son groupe n'avait pas été contacté par l'équipe de télévision. Il a ajouté que tous les tests cliniques de Novartis respectaient les principes éthiques.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience