En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'ex-"enfant tueur de Liverpool" condamné pour pornographie infantile


le 23 juillet 2010 à 16h33
Temps de lecture
3min
A lire aussi
EuropeJon Venables, condamné pour le meurtre d'un enfant de deux ans en 1993 alors que lui-même n'en avait que 10, avait été libéré en 2001. Il a écopé ce vendredi de deux ans de prison pour possession d'images pornographiques d'enfants.

En février dernier, Jon Venables, l'un des "deux-enfants tueurs de Liverpool", en liberté conditionnelle depuis 2001, avait été replacé en prison. Le ministre de la Justice de l'époque, Jack Straw, avait alors simplement indiqué que Jon Venables, aujourd'hui âgé de 27 ans, était l'objet d'une enquête pour des allégations "extrêmement graves".
 
L'explication a été donnée vendredi matin lors de la comparution de Jon Venables, par vidéo interposée depuis sa prison, devant le tribunal du Old Bailey à Londres. Il a en effet plaidé coupable d'avoir téléchargé sur internet 57 photographies et vidéos pornographiques d'enfants et reconnu avoir distribué 42 images indécentes de jeunes. Les faits se sont déroulés entre février 2008 et février 2010. Cette reconnaissance de culpabilité lui évitant un procès, le juge a prononcé dans la foulée la sentence : deux ans de prison. Le juge a également révélé que Jon Venables avait eu maille à partir avec la police à plusieurs reprises depuis sa sortie de prison en 2001, pour possession de cocaïne ou après une bagarre présumée. Il avait reçu un avertissement à chaque fois.

"Remords"
  

Lors de cette audience inhabituelle, seul le juge pouvait le voir car il bénéficie d'une nouvelle identité. Avec son complice Robert Thompson, Jon Venables est l'une des personnes les plus haïes du Royaume-Uni. En 1993, alors qu'ils n'avaient que 10 ans, ils avaient battu à mort James Bulger, deux ans, sur une voie ferrée de Liverpool.
 
Dans une déclaration lue par son avocat, Jon Venables a assuré être "plein de remords" au sujet de cette nouvelle affaire, en déclarant aussi penser "chaque jour" à James Bulger. Selon son défenseur, il  s'était senti démuni après sa libération en 2001 et il a vécu son retour en prison comme "une sorte de soulagement".

Commenter cet article

  • marianou33 : Par pitié, laissez les monstres en prison !!!

    Le 25/07/2010 à 09h22
  • ceyen : Il peut y penser tous les jours à sa petite victime ! Il faut qu'il fasse quoi encore pour finir définitivement derrière les barreaux !!

    Le 24/07/2010 à 19h29
  • miss_snaedis : Il est irrécupérable. Que faut-il faire ? Que faut-il EN faire ??

    Le 24/07/2010 à 19h06
  • bonscott12 : On ne peut commenter un acte aussi odieux

    Le 24/07/2010 à 11h09
      Nous suivre :
      Paradise Lost : un making of exclusif du film sur Pablo Escobar

      Paradise Lost : un making of exclusif du film sur Pablo Escobar

      logAudience