En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Affaire Assange : Anonymous attaque des sites du gouvernement britannique


le 21 août 2012 à 16h13 , mis à jour le 21 août 2012 à 16h16.
Temps de lecture
3min
Le masque désormais emblématique du groupe d'hacktivistes Anonymous

Le masque désormais emblématique du groupe d'hacktivistes Anonymous / Crédits : A.F.P. / Michael Gottschalk

À lire aussi
EuropeLe collectif de pirates informatiques Anonymous a revendiqué ce mardi des attaques sur des sites Internet du gouvernement britannique. Ils entendent ainsi protester contre la gestion britannique du dossier Assange.

"Libérez Assange". C'est le nom de l'opération lancée par le collectif de pirates informatiques Anonymous. Ceux-ci ont revendiqué ce mardi des attaques sur des sites Internet du gouvernement britannique. Les hackers veulent faire savoir à Londres qu'ils n'apprécient pas la gestion du cas Assange.

 

De son côté, le ministère britannique de la Justice a reconnu mardi que son site avait connu des "interruptions". "Des mesures sont été prises pour que le site fonctionne mais des visiteurs pourraient ne pas y accéder de façon intermittente", a ajouté le ministère, précisant que le site ne contenait aucune "donnée sensible". Les services du Premier ministre britannique David Cameron ont eux affirmé que des attaques visant le site de Downing Street avaient "échoué".

 

A l'ambassade d'Equateur depuis 2 mois

 

Julian Assange, fondateur du site internet WikiLeaks, est cloîtré dans l'ambassade de l'Equateur à Londres depuis deux mois alors qu'il est sous le coup d'une extradition vers la Suède, où il est accusé de viol et d'agression sexuelle par deux jeunes femmes.

 

Julian Assange et ses défenseurs affirment que s'il est extradé en Suède, il risque d'être envoyé aux Etats-Unis où il encourt, selon lui, la peine de mort pour espionnage, après la publication en 2010 par son site internet WikiLeaks de télégrammes diplomatiques américains. L'Equateur lui a accordé le 16 août l'asile politique, mais Londres refuse de laisser l'Australien quitter le Royaume-Uni libre.

Commenter cet article

  • phrv : Les Rosbifs n'ont que ce qu'ils méritent. Par ailleurs, leurs déclarations sur ce qui concerne le fait que «les attaques ont échoué» doivent être prises avec autant de sérieux que le les «armes de destruction massive» de Saddam à l'époque... «Mentez, mentez, il en restera toujours quelque-chose»

    Le 22/08/2012 à 16h03
      Nous suivre :
      Le maire de Toronto danse sur du reggae au conseil municipal

      Le maire de Toronto danse sur du reggae au conseil municipal

      logAudience