ARCHIVES

Au tribunal, le frère d'une victime jette une chaussure sur Breivik


le 11 mai 2012 à 11h57 , mis à jour le 11 mai 2012 à 11h59.
Temps de lecture
3min
6e journée d'audience pour Anders Behring Breivik, jugé en Norvège pour la tuerie d'Utoeya. Le 23 avril 2012.

6e journée d'audience pour Anders Behring Breivik. Le 23 avril 2012. /

À lire aussi
EuropePremier incident à noter au procès Breivik, qui s'est jusqu'alors signalé par des débats très dignes : le proche d'une victime de la tuerie d'Utoeya a jeté une chaussure en direction de l'accusé. Un geste salué par des applaudissements dans la salle.

Depuis le début, le 16 avril, du procès d'Anders Behring Breivik, c'est le premier incident sérieux à signaler en salle d'audience. Ce vendredi, en plein tribunal, le frère d'une victime de la tuerie d'Utoeya a jeté une chaussure en direction de l'accusé en hurlant : "Tu es un tueur, va en enfer". L'incident, suivi par des applaudissements et des "bravo" dans le public, a entraîné une suspension temporaire de la 17e journée du procès. La chaussure noire n'a pas atteint Breivik mais son avocate, Vibeke Hein Baera, assise entre l'accusé et le public. L'homme a été rapidement maîtrisé par le service d'ordre et vigoureusement escorté vers la sortie alors qu'il continuait de crier en anglais "va en enfer". Quant à l'avocate, elle a flegmatiquement commenté : "Heureusement que ce n'était qu'une chaussure".

Un incident qui tranche sur la dignité jusqu'à présent affichée par les parties civiles lors des débats. Car ce procès est un symbole pour toute la Norvège. Le ton a été donné dès le premier jour de la procédure quand procureurs, experts-psychiatres et avocats des parties civiles ont défilé devant l'accusé pour lui serrer poliment la main. Neuf mois plus tôt, cette même main avait tué 77 personnes, dont de nombreux adolescents, en faisant exploser une bombe dans le quartier des ministères à Oslo puis en ouvrant le feu sur des centaines de jeunes travaillistes réunis sur l'île d'Utoeya, près de la capitale norvégienne.

Une tonalité "amicale"

Déconcertante pour les observateurs étrangers, cette courtoisie est restée la règle quand l'accusation a interrogé l'extrémiste de droite - à mi-mots, des journalistes ont reproché au procureur, Mme Inga Bejer Engh, sa tonalité "amicale" - mais aussi dans les témoignages de rescapés. Conduit à sa place, en costume civil, par des policiers non armés, Breivik - que son avocate Vibeke Hein Baera appelle par moments "Anders" - n'avait jusqu'à présent jamais été pris à partie malgré la présence dans le public de proches des victimes, dont la souffrance est visible, mais la plupart du temps silencieuse. L'incident à l'audience de ce vendredi a donc toutes les chances de rester un acte isolé, dans un procès au long cours que tous les Norvégiens ont voulu jusqu'à présent digne, et exempt de tout lynchage.

Dans ce dossier lourd, l'une des principales questions que doit trancher le tribunal d'Oslo est celle de la responsabilité psychique de l'accusé. Un premier rapport d'experts l'a jugé psychotique, un autre l'a estimé pleinement responsable de ses actes. Dans le premier cas, Breivik serait interné en hôpital psychiatrique, ce qu'il refuse. Dans l'autre, il serait condamné à la peine maximale en Norvège, soit 21 ans, une peine qui peut être prolongée si un risque de récidive est avéré.

Commenter cet article

  • bonscott12 : Skip1414 si l'homme a hurlé en anglais, c'était pour se faire entendre par le plus de monde Rien à voir avec le fait qu'il soit ou non Norvégien (Alexstreew l'a bien compris)

    Le 12/05/2012 à 19h14
  • juigne11 : Ce n'est pas une chaussure que je lui aurai balancé, mais ........

    Le 12/05/2012 à 10h51
  • alexstreew : Quel nationalisme à deux francs...euh, deux euros !

    Le 11/05/2012 à 20h59
  • skip1414 : Un "norvégien" qui jette une "chaussure"... et qui à "crier en anglais". Est il vraiment Norvégien ? S'il se dit norvégien au moins dans ses papiers, il devrait au minimum parler la langue de son...pays...

    Le 11/05/2012 à 20h51
  • boum1 : Si j'avais été concerné de prés je l'aurai éviscéré ! les gens sont bien gentils de ne lui jeter qu'une chaussure !

    Le 11/05/2012 à 19h47
      Nous suivre :

      Inde : un léopard sème la panique

      logAudience