En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bosnie : 17 ans après Srebrenica, Mladic enfin jugé

Edité par
le 15 mai 2012 à 17h45 , mis à jour le 16 mai 2012 à 15h27.
Temps de lecture
3min
Ratko Mladic, lors de sa 1re comparution devant le TPIY à La Haye, le 3/6/11

Ratko Mladic, lors de sa 1re comparution devant le TPIY à La Haye, le 3/6/11 / Crédits : AFP

À lire aussi
EuropeUn an après son arrestation et près de 17 après le massacre de Srebrenica, l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie comparaît devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Il plaide non coupable.

Génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre : à l'instar de Radovan Karadzic, son pendant politique jugé depuis 2009, Ratko Mladic, l'ancien général en chef des Serbes de Bosnie, aujourd'hui âgé de 70 ans, doit répondre à partir de ce mercredi des pires accusations devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) installé à La Haye, aux Pays-Bas.

Les deux hommes sont en effet considérés par le parquet comme les principaux acteurs d'une "entreprise criminelle commune" destinée à "chasser à jamais" les musulmans et les Croates de Bosnie du territoire revendiqué par les Serbes en Bosnie-Herzégovine, au moyen d'une campagne de persécution. 

8.000 victimes à Srebrenica
 
Le symbole de cette guerre (1992-1995) est le massacre de Srebrenica, où près de 8.000 hommes et garçons musulmans avaient été exécutés en juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie, sous l'œil, impuissant, des Casques bleus de l'Onu.

Ratko Mladic est également accusé d'un génocide commis pendant et après la prise de contrôle de municipalités en Bosnie ainsi que de neuf chefs de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre. Il doit notamment répondre du siège de Sarajevo au cours duquel 10.000 civils avaient été tués et de la prise en otage de 200 soldats et observateurs de l'Onu en 1995.

"J'ai défendu mon pays, mon peuple"
 
Lors des audiences de préparation, Ratko Mladic, arrêté le 26 mai 2011, a peu parlé, si ce n'est pour se plaindre de sa santé.  "J'ai défendu mon pays, mon peuple", avait-il lancé lors de sa première comparution.  "Il continue de penser la même chose, qu'il n'a rien à voir avec les crimes, il est persuadé qu'il ne sera pas jugé coupable", assure son avocat. S'il est en revanche reconnu coupable, il risque la perpétuité.
 
Une inconnue pèse sur le déroulement du procès : l'état de santé de Ratko Mladic. Après plusieurs attaques cérébrales lors de sa cavale, il est en partie paralysé. "Il est évident qu'il est malade et je ne suis pas sûr qu'il puisse suivre cinq audiences par semaine", souligne son avocat. Pour le soulager, les audiences n'auront lieu que le matin. Au total, ce procès pourrait durer... trois ans !

Ci-dessous, retour en images sur la cavale de Mladic :

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Les meilleurs "mots d’excuse" de collégiens

      Les meilleurs "mots d’excuse" de collégiens

      logAudience