En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

En Russie, le procès "très politique" des Pussy Riot


le 16 août 2012 à 14h26 , mis à jour le 16 août 2012 à 17h46.
Temps de lecture
3min
Pussy Riot good

Le groupe de Rock/Punk Pussy Riot est enfermé derrière une vitre durant une de leurs audiences, le 8 août 2012 à Moscou. / Crédits : NATALIA KOLESNIKOVA / AFP

À lire aussi
EuropeLe groupe de trois jeunes femmes est jugé vendredi, pour avoir chanté une prière, appelant la sainte Vierge à chasser Poutine du pouvoir.

La détention en Russie de trois jeunes femmes du groupe punk Pussy Riot est un "procès politique" destiné à affaiblir l'opposition au président russe Vladimir Poutine, a dénoncé l'ex-magnat du pétrole russe emprisonné Mikhaïl Khodorkovski, dans un entretien publié jeudi par la presse suisse.
  
"L'objectif est de donner une leçon aux critiques du régime", a estimé M. Khodorkovski, en détention depuis 2003, dans une interview accordée au quotidien suisse Tages-Anzeiger. Selon ce célèbre prisonnier, qui a correspondu par l'intermédiaire de ses avocats avec le journal helvétique, "les ordres viennent d'en haut" dans ce procès. "Le tribunal va seulement confirmer un jugement écrit quelque part en dehors du tribunal - chez le procureur ou une autre institution étatique", a ajouté M. Khodorkovski.

Soutenues par Madonna, les Red Hit Chili Peppers et Paul Mc Cartney 

Les trois jeunes femmes membres et membres du groupe sont jugées depuis fin juillet pour avoir chanté le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une "prière punk" contre Vladimir Poutine, dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Le procureur a requis trois ans de camp à l'encontre des trois jeunes femmes coupables selon lui de "hooliganisme" et d'"incitation à la haine religieuse". Vendredi doit être entamé la lecture de Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, qui comparaissent depuis fin juillet et sont en détention provisoire depuis près de cinq mois.
 
Mais l'effet dissuasif ne semble, pour le moment,  pas avoir fonctionné puisque la présidente du tribunal qui Khamovnitcheski de Moscou, Marina Syrova, en charge du procès des trois jeunes femmes a été placée sous protection de l'Etat à la suite de menaces qui émaneraient de « partisans des membres du groupe », affirme la porte-parole du tribunal, Daria Liakh.
 
Elles ont reçu les encouragements de nombreux artistes comme Madonna, les Red Hot Chili Peppers, Peaches et Faith No More. Malgré ce procès qui a provoqué des réactions au niveau international.
 

Commenter cet article

  • zoroastran : Ils entendent quoi par "camp" ? c'est une prison ? travaux forcés ?...... un goulag ?

    Le 17/08/2012 à 06h58
  • vladkr : Petite mise au point : Elles auraient commis le même acte en France, elles risqueraient 7 ans de prison et 100000 euros d'amende (article 322-3-1), et 10 ans de prison si ça avait été au Canada (je n'imagine même pas si cela c'était passé dans une mosquée en Arabie Saoudite ou dans un temple en Alabama). Avec cette acte stupide, ces filles causent du tort à leurs familles, aux russes (seuls 15% des russes les soutiennent), à l'opposition qui perd encore plus de crédibilité.

    Le 16/08/2012 à 18h25
  • whammy-bar66 : Cela n'a rien avoir avec wendy o williams des plasmatics...

    Le 16/08/2012 à 16h12
  • jafk : Liberté chérie. La France, quant à elle, devrait bien s'insurger contre certains chanteurs. JAF

    Le 16/08/2012 à 15h33
  • ic1980 : En tout cas du coté look et musique ce sont vraiment des punk édulcorés mode light.

    Le 16/08/2012 à 14h04

      Les dernières infos

      Nous suivre :
      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      logAudience