ARCHIVES

Julian Assange demande l'asile politique à l'Equateur


le 19 juin 2012 à 22h32 , mis à jour le 20 juin 2012 à 10h30.
Temps de lecture
3min
Julian Assange Wikileaks

Julian Assange en décembre 2010/Image d'archives / Crédits : ABACA

À lire aussi
EuropeLe fondateur du site Wikileaks Julian Assange a demandé l'asile politique à l'Equateur. Le pays a confirmé cette demande et a déclaré son intention de l'examiner à la lumière des conventions "sur les droits de l'Homme".

Le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange a demandé l'asile politique à l'Equateur, adressant une requête en ce se sens à l'ambassade de ce pays latino-américain à Londres, a annoncé mardi à Quito le chef de la diplomatie équatorienne, Ricardo Patiño. Il a passé la nuit de mardi à mercredi dans le batîment de la représentation diplomatique.

Cette requête intervient après que la Cour suprême britannique a rejeté le 14 juin la demande de réexamen de l'appel déposé par Julian Assange de la décision de l'extrader en Suède. La demande d'asile a été confirmée par Wikileaks dans un message publié sur son compte Twitter, précisant que Julian Assange se trouve "sous la protection de l'ambassade d'Equateur à Londres". Le fondateur de Wikileaks s'est déclaré "reconnaissant" envers le pays d'examiner sa requête.

Fin 2011, le vice-ministre équatorien des Affaires étrangères avait déjà suggéré à titre personnel d'offrir l'asile à M. Assange, une proposition finalement rejetée par le président du pays Rafael Correa.

Assange se dit victime d'un complot

L'Australien de 40 ans, qui se dit victime d'un complot, a été arrêté en décembre 2010 à Londres en vertu d'un mandat d'arrêt émis par la Suède dans le cadre d'une affaire de viol et d'agression sexuelle présumée de deux Suédoises. Après le rejet de sa demande par la plus haute juridiction britannique, Julian Assange ne disposait que d'un éventuel recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg pour éviter son extradition vers la Suède.


Ses avocats disposaient d'une période de deux semaines, à partir du 14 juin, pour préparer ce recours. Toutefois, la saisine de la justice européenne n'avait pas d'effet suspensif sur cette extradition.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Ségolène Royal : "Ce ne sont pas les autres qui vont décider à ma place"

      logAudience