En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Massacre d'Oslo : Breivik projetait d'autres attaques


le 29 juillet 2011 à 14h48 , mis à jour le 29 juillet 2011 à 21h18.
Temps de lecture
3min
Behring Breivik, le 25 juillet 2011 (capture d'une image prise par un média norvégien)

Behring Breivik, le 25 juillet 2011 (capture d'une image prise par un média norvégien) / Crédits : LCI

A lire aussi
EuropeAlors qu'ont eu lieu ce vendredi les premières obsèques de victimes de la double attaque qui a fait, il y a une semaine, 77 morts à Oslo et sur l'île voisine d'Utoeya, l'avocat de Breivik estime que son client avait probablement d'autres projets meurtriers.

Une semaine après le massacre d'Oslo et de l'île d'Utoeya, la Norvège a inhumé les premières des 77 victimes. Tous les drapeaux ont été mis en berne à travers le pays. Fauchée à 18 ans dans la fusillade qui a pris pour cible quelque 600 jeunes travaillistes réunis sur l'île d'Utoeya, les funérailles de Bano Rashid, une jeune femme d'origine kurde, ont été célébrées en présence de centaines de personnes dans une église - trop petite - de Nesodden, une municipalité sise sur les rives du fjord d'Oslo. L'adolescente aux longs cheveux châtains avait fui l'Irak pour la Norvège, avec sa famille en 1996 à la recherche de davantage de sécurité. Selon les médias, elle espérait embrasser une carrière de juriste et rêvait de devenir député. Une autre victime, Ismail Haji Ahmed, un garçon de 19 ans lui aussi issu d'une minorité ethnique, devait également être enterrée le même jour.

La personnalité de l'extrémiste norvégien qui a reconnu être le responsable de ce carnage, Anders Behring Breivik, reste toujours aussi énigmatique. Préparait-il d'autres attaques ? Son avocat en est persuadé. Il s'en est expliqué dans un journal norvégien. "Il a eu plusieurs projets d'ampleur différente ce vendredi-là", a déclaré l'avocat Geir Lippestad, cité par le quotidien Aftenposten. "Des choses se sont produites ce jour-là, sur lesquelles je ne veux pas revenir, qui ont fait que les choses se sont déroulées différemment de ce qu'il avait prévu", a-t-il ajouté. La police a de son côté estimé vendredi soir que l'auteur présumé de l'attentat à la bombe d'Oslo et de la tuerie de l'île d'Utoya avait probablement agi seul.

Aucune trace d'autres "cellules" 

Mais beaucoup de zones d'ombre demeurent autour de cette double attaque, et des éventuelles complicités dont aurait pu bénéficier son auteur. C'est pour tenter d'éclaircir ces points que Breivik a été entendu une nouvelle fois ce vendredi par les enquêteurs. Placé en détention provisoire dans une prison de haute sécurité, il est arrivé vendredi matin au siège de la police dans une voiture blindée aux vitres recouvertes de plastique pour le protéger des objectifs des caméras. Aucun élément nouveau n'était toutefois attendu de cette audition, essentiellement technique, selon le procureur de la police. Interrogée en conférence de presse, la police norvégienne a dit qu'elle "ne souhaitait pas commenter" les propos de l'avocat du suspect. "Ce qu'on peut simplement dire au niveau opérationnel c'est qu'avec les renseignements obtenus au stade initial de l'enquête et aux éléments publiés", par Behring Breivik lui-même, "nous avons inspecté une dizaine d'endroits pour voir s'il y avait une quelconque menace, et nous n'avons pas trouvé quoi que ce soit", a dit un responsable de l'enquête.

Pour les enquêteurs, il est de plus en plus probable que Behring Breivik a agi seul comme il l'affirme lui-même, même s'il a aussi évoqué l'existence de "deux autres cellules en Norvège" et de "plusieurs cellules à l'étranger". Les autorités norvégiennes s'efforcent néanmoins de tirer toutes les leçons du drame. Mercredi à Oslo, le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg a annoncé la mise en place d'une commission ad hoc. Il s'est aussi engagé à procéder à un examen approfondi des mesures de sécurité sur fond de critiques sur la façon dont la police a géré les attaques, notamment sa lenteur supposée pour neutraliser le tireur. Près d'une heure s'est écoulée entre le moment où elle a été alertée et celui où Behring Breivik a été arrêté.

Commenter cet article

  • mam01 : Une raison de Plus pour lenfermer a VIE ce Monstre

    Le 29/07/2011 à 16h03
      Nous suivre :
      Document - Henry : « Sans mon père, je n’en serais pas là »

      Document - Henry : « Sans mon père, je n’en serais pas là »

      logAudience