En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Massacre d'Oslo : les regrets de Lars von Trier


le 30 juillet 2011 à 15h16 , mis à jour le 30 juillet 2011 à 15h55.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
EuropeLe cinéaste déplore les influences danoises qui ont pu inspirer Anders Behring Breivik lorsqu'il a commis un massacre à Oslo et dans l'île d'Utoeya. Des influences politiques (celle de l'extrême droite danoise), mais aussi cinématographiques, au premier rang desquelles... Lars von Trier lui-même.

"Ça me rend follement malade quand je pense que Dogville, pour moi mon meilleur film, aurait pu servir d'une sorte de script pour lui. C'est horrible". Dans un entretien publié vendredi soir sur le site du quotidien danois Politiken, Lars von Trier regrette qu'Anders Behring Breivik, qui reconnaît et revendique sa responsabilité dans le massacre commis il y a une semaine à Oslo et l'île d'Utoeya, ait choisi un de ses films comme une de ses références cinématographiques.

"La dernière scène de Dogville présente de pénibles similitudes avec Utoeya", relève le cinéaste. Sur son profil Facebook le tueur lui-même avait classé le film Dogville comme son 3e film favori. "Vous me demandez si je suis triste d'avoir fait ce film ? Oui, s'il est prouvé qu'il l'a inspiré, je suis désolé de l'avoir fait", commente désormais le cinéaste danois en expliquant qu'avec Dogville, son intention était, au contraire, d'éduquer le spectateur.

"Une forte tradition danoise d'avoir peur de l'islam"

Lars von Trier, dont les propos sur Hitler avaient choqué au dernier festival de Cannes, met aussi en cause le Parti du peuple danois (PPD), allié d'extrême-droite dans le gouvernement depuis dix ans et 3e force politique du pays. Pour le cinéaste "il y a depuis des années une forte tradition danoise d'avoir peur de l'islam. Ils (le PPD) ont commis des atrocités en utilisant la législation pour embêter cette minorité et ils ont eu une ligne politique qui correspond à celle prônée par Breivik".

"Ce racisme, dit-il, s'est étendu aux autres pays nordiques et il s'est installé dans la conscience de Breivik et sans doute lui a donné la justification dont il avait besoin. Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'en tant que nation nous avons une responsabilité dans la tragédie de Norvège". Ce qui pousse Lars von Trier à demander à la chef du PPD, Pia Kjaersgaard "d'admettre sa responsabilité dans ce qui est arrivé en Norvège".

Lars von Trier, connu pour ses provocations, avait défrayé la chronique en affirmant notamment éprouver "un peu" de compassion pour Hitler, au dernier festival de Cannes lors de la présentation de son film Melancholia. Le cinéaste, qui avait présenté des excuses, avait alors été déclaré persona non grata pour la durée de l'édition 2011.

Commenter cet article

  • mberle : C'est ici une vrai question .. le cinema en quelque sorte cree des models .. et cela est de lordre d'une certaine responsabilite moral et intelectuelle pour les cineastres.. mais ou est la frontiere.. la limite ? ce n'est pas simple etant donne que ce qui est en jeu ..c'est la liberte de creation et l'interpretation que peut en faire chacun.. mais pour repondre a ce cineastre.. il me semble impossible que sont film est conditionne les actes de ce criminel Norvegien.. en raison du fait .. qu'un film .. un livre ..ext ,, quant il n'est pas de propagande .. pousse au discenement .. a la raflexion .. par la metaphore qu'il propose.. ou alors il faudrait censurer les 3/4 des oeuvres qui sont presentes .

    Le 31/07/2011 à 05h18
  • antimatter : Et dogville reste un film magnifique

    Le 30/07/2011 à 20h26
  • 421123 : Ce Monsieur est intellectuellement honnête.

    Le 30/07/2011 à 18h59
      Nous suivre :
      Document - Henry : « Sans mon père, je n’en serais pas là »

      Document - Henry : « Sans mon père, je n’en serais pas là »

      logAudience