En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Peer Steinbrück, l'homme qui veut battre Merkel


le 28 septembre 2012 à 16h20 , mis à jour le 28 septembre 2012 à 16h29.
Temps de lecture
3min
Capture d'écran du site Internet de Peer Steinbrück, 28/9/12

Capture d'écran du site Internet de Peer Steinbrück, 28/9/12 / Crédits : http://www.peer-steinbrueck.de/

A lire aussi
EuropeL'ancien ministre des Finances du gouvernement de coalition de la période 2005-2009 sera le candidat du parti social-démocrate SPD face à la chancelière lors des législatives allemandes, prévues à l'automne 2013.

Les sociaux-démocrates allemands (ndlr : l'équivalent du PS en France) ont désigné l'ancien ministre des Finances Peer Steinbrück pour tenter de barrer la route à la chancelière Angela Merkel aux législatives. Le SPD, sous pression des médias et des militants depuis plusieurs semaines pour annoncer cette candidature, s'est ainsi mis en ordre de bataille pour ces élections prévues en septembre ou octobre 2013.
 
Peer Steinbrück, économiste de 65 ans, ministre dans la "grande coalition" conservateurs/sociaux-démocrate au pouvoir en Allemagne de 2005 à 2009, est réputé pour son orthodoxie budgétaire. Diplômé en sciences économiques et sociales, ce père de trois enfants, issu d'une famille aisée de Hambour, a démarré sa carrière en 1978 comme conseiller du chancelier Helmut Schmidt. 

Merkel largement en tête

Son plus grand défi sera de conquérir l'aile gauche de son électorat en s'affirmant dans le domaine de la justice sociale. Or de 2005 à 2009, en tant que grand argentier du gouvernement Merkel, il avait défendu des mesures d'économies impopulaires, contre certaines voix de son parti.
 
Selon un sondage pour la chaîne ZDF publié vendredi, le Parti chrétien démocrate (CDU) d'Angela Merkel et son allié bavarois CSU recueilleraient pour l'instant 38% des intentions de vote, loin devant le SPD, crédité de 29%. Mais reconduire la coalition actuelle des conservateurs avec les libéraux du FDP pourrait être difficile. Actuellement à 4%, le FDP risque en effet de ne pas atteindre la barre des 5% nécessaire à son entrée au Parlement. L'échec des libéraux pourrait donc aboutir à une nouvelle grande coalition.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      logAudience