ARCHIVES

Roumanie : le président Basescu reste... président


le 21 août 2012 à 14h22 , mis à jour le 21 août 2012 à 14h32.
Temps de lecture
3min
Traian Basescu, lors d'une allocution à Bucarest le 6/2/2012

Traian Basescu, lors d'une allocution à Bucarest le 6/2/2012 / Crédits : AFP/ANDREI PUNGOVSCHI

À lire aussi
EuropeLa Cour constitutionnelle a invalidé mardi le référendum sur la destitution du chef de l'Etat, qui reste donc à son poste.

Le référendum du 29 juillet sur la destitution de Traian Basescu, le président roumain de centre droit, a été invalidé mardi par la Cour constitutionnelle. Celle-ci a estimé que le seuil de participation minimum requis n'avait pas été atteint. La plus haute juridiction roumaine signe ainsi l'échec de la tentative de lancée par l'Union sociale libérale, la coalition de centre gauche, au pouvoir depuis les dernières législatives. Cette crise politique était la plus grave depuis la Révolution de 1989.
 
Selon les résultats officiels, certifiés par la Cour, même si plus des 87% des votants se sont prononcés pour le départ de M. Basescu, le taux de participation de 46,24% est "inférieur aux 50% plus un des inscrits requis pour que le référendum soit valide".

Basescu, héraut de l'austérité
 
Traian Basescu, ancien capitaine de marine, terminera donc son mandat légal, qui court jusqu'en 2014. Il survit aussi sa deuxième tentative de destitution, la première ayant eu lieu en 2007 au cours de son premier mandat.

Il revient cependant affaibli puisque sept millions de personnes ont voté contre lui, résultat d'une cure d'austérité draconienne qu'il avait défendu bec et ongle en 2010.Il devra également continuer la cohabitation avec le gouvernement de centre gauche du Premier ministre Victor Ponta, à l'origine de la procédure de destitution. Mais la confirmation de M. Basescu à son poste de président marque aussi un échec de l'Union sociale libérale (USL).

Cette crise politique avait inquiété l'Union européenne et les Etats-Unis.

Commenter cet article

  • alainze : Le frere de fabius ! quelle ressemblance !

    Le 21/08/2012 à 14h47
      Nous suivre :

      Jugé dépressif, un panda autorisé à regarder son ami à la télé

      logAudience