En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Scandale des écoutes : après Murdoch, Cameron sur le gril


le 20 juillet 2011 à 07h29 , mis à jour le 20 juillet 2011 à 08h04.
Temps de lecture
3min
David Cameron

Archives : David Cameron / Crédits : ABACA

À lire aussi
EuropeLe Premier ministre britannique a écourté un déplacement en Afrique pour participer au débat extraordinaire organisé ce mercredi à la Chambre des communes à propos du scandale des écoutes.

 

Au lendemain de l'audition du magnat des médias, David Cameron affronte à son tour ce mercredi les députés britanniques à l'occasion d'un débat extraordinaire à la Chambre des communes sur le scandale des écoutes téléphoniques imputées à News of the World. Le Premier ministre conservateur subit les attaques incessantes de l'opposition travailliste, qui, dans le sillage de son leader Ed Miliband, lui reproche des liens trop étroits avec l'empire médiatique de Rupert Murdoch et une erreur de jugement en 2007 lors de sa décision d'embaucher un ancien rédacteur en chef de News of the World comme responsable de sa communication.

Facteur aggravant pour le chef du gouvernement britannique, son parti a reconnu mardi qu'un autre ancien haut responsable de News of the world, arrêté dans le cadre du scandale des écoutes, avait pu "conseiller de manière informelle" son ancien chef de la communication. Neil Wallis, ancien rédacteur en chef adjoint de News of the world, aurait ainsi continué à avoir des relations avec son ancien patron Andy Coulson, alors que ce dernier était déjà devenu conseiller à la communication de David Cameron. "Nous sommes en train de déterminer la nature exacte des renseignements fournis", a sobrement indiqué un communiqué du parti conservateur, tout en insistant sur le fait qu'il n'avait jamais employé Neil Wallis directement.

Quelles conséquences ?

Cette révélation renforce la pression sur David Cameron critiqué pour ses liens avec News international, la branche britannique de l'empire médiatique de Rupert Murdoch. Deux hauts responsables de Scotland Yard ont déjà démissionné après la révélation selon laquelle Neil Wallis avait été embauché comme consultant par la police après son départ de News of the world.

Il est très peu probable que David Cameron, arrivé au pouvoir en mai 2010, démissionne mais sa politique d'austérité pourrait être plus difficile à mettre en oeuvre face aux menaces de grève des syndicats. Lors d'une conférence de presse mardi au Nigeria avant de s'envoler pour Londres (il a écourté son déplacement en Afrique pour participer au débat extraordinaire organisé ce mercredi à la Chambre des communes), le Premier ministre a tenté de détourner le débat vers les questions économiques et sociales. "Il s'agit de problèmes importants", a-t-il dit en allusion au scandale des écoutes. "Dans le même temps, les Britanniques attendent autre chose. Ils ne veulent pas que nous détournions notre attention des questions économiques afin de créer de bons emplois, ni de l'élaboration d'une politique d'immigration favorable à la Grande-Bretagne, ni d'un système de protection sociale juste pour le peuple."

Commenter cet article

      Nous suivre :
      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      logAudience