En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Crash d'un Boeing : l'Ukraine "porte la responsabilité de cette tragédie", selon Poutine

Edité par
le 17 juillet 2014 à 17h17 , mis à jour le 17 juillet 2014 à 23h41.
Temps de lecture
5min
Crash d'un Boeing de la Malaysia Airlines en Ukraine.
A lire aussi
Europe L'avion de la compagnie nationale de Malaisie s'est crashé jeudi après-midi dans l'Est de l'Ukraine avec 298 personnes à son bord. Selon Washington, il aurait bien été abattu en vol. L'espace aérien ukrainien a été fermé jusqu'à nouvel ordre.

Un avion de ligne malaisien avec 295 personnes à bord s'est écrasé jeudi en Ukraine. Les séparatistes pro-russes accusent les forces ukrainiennes d'avoir abattu l'appareil en vol, ce que dément le président ukrainien Petro Porochenko.

Retrouvez point par point les dernières informations :

• L'Ukraine "porte la responsabilité de cette tragédie", selon Poutine. Le président russe a estimé que l'Ukraine "porte la responsabilité de cette tragédie". "Il ne fait pas de doute que l'Etat sur le territoire duquel cela s'est passé porte la responsabilité de cette terrible tragédie", a déclaré le président russe, cité par l'agence RIA Novosti. "Cette tragédie n'aurait pas eu lieu si la paix régnait dans ce pays, si les opérations militaires n'avaient pas repris dans le sud-est de l'Ukraine", a poursuivi Vladimir Poutine.  

• Un couloir humanitaire mis en place. Le Premier ministre malaisien a annoncé jeudi soir que l'Ukraine va mettre en place un couloir humanitaire pour accéder au lieu de la catastrophe aérienne. 

• 298 personnes étaient à bord, dont 154 Néerlandais. "Il y avait à bord 283 passagers et 15 membres d'équipage", a déclaré Huib Gorter, vice-président de la branche Europe de Malaysia Airlines, lors d'une conférence de presse à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol. Huib Gorter a ensuite fourni un compte du nombre de passagers par nationalité, tout en précisant que la nationalité de près de 50 d'entre eux devait encore être déterminée. Il a indiqué que 154 Néerlandais, 27 Australiens, 23 Malaisiens, 11 Indonésiens, 6 Britanniques, 4 Allemands, 4 Belges, 3 Philippins et 1 Canadien se trouvaient à bord en plus de ceux donc dont la nationalité n'a pas encore été déterminée.

• Le renseignement américain confirme qu'un missile sol-air a touché le Boeing. Selon le quotidien américain The Wall Street Journal, le renseignement américain confirme qu'un missile sol-air a bien été tiré en direction du Boeing de la Malaysia Airlines mais celui-ci reste divisé sur l'origine du tir.  Une information appuyée par le vice-président américain Joe Biden, selon lequel il "ne s'agit pas d'un accident".

• Fermeture de l'espace aérien jusqu'à nouvel ordre. Les autorités ukrainiennes ont fermé toutes les routes aériennes survolant l'est du pays, a annoncé Eurocontrol. "Tous les plans de vol comportant ces routes sont maintenant rejetés par Eurocontrol", a indiqué le gestionnaire de l'espace aérien européen, qui précise que "ces routes resteront fermées jusqu'à nouvel ordre".

• Pas de certitude sur la présence de Français dans l'avion, selon Fabius. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré jà Abidjan n'avoir "aucune précision, contrairement à ce qui avait été annoncé, sur la présence ou non de Français dans l'avion" malaisien qui s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine. Laurent Fabius avait auparavant annoncé que quatre Français "au minimum" figuraient parmi les passagers de l'avion. "On ne peut pas donner à l'heure où je m'exprime de précisions ni sur l'identité ni sur les causes" de l'accident, a-t-il déclaré aux journalistes. Une cellule de crise a par ailleurs été ouverte.

 

• Washington offre son aide pour enquêter sur le crash. Le vice-président américain Joe Biden a offert jeudi au président ukrainien Petro Porochenko  l'aide des Etats-Unis pour déterminer les causes du crash d'un avion de ligne malaisien, a indiqué un responsable de la Maison Blanche.

• Une "terrible tragédie", selon Obama. Le président des Etats-Unis Barack Obama a déploré jeudi une "terrible tragédie" après le crash de l'avion de ligne malaisien dans la région de Donetsk. "Cela semble être une terrible tragédie", a déclaré Barack Obama. "Les Etats-Unis offriront tout leur soutien pour aider à déterminer ce qui s'est passé et pourquoi", a-t-il poursuivi, au début d'un discours sur les infrastructures de transport à Wilmington, dans l'Etat du Delaware.

• "Aucun problème" signalé par l'équipage de l'avion. L'équipage de l'avion malaisien n'a signalé "aucun problème" en survolant l'Ukraine avant de s'écraser, a déclaré le chef des services de contrôle aérien Dmytro Babeïtchouk. "Le survol du territoire ukrainien s'est passé sans aucun problème", a-t-il expliqué au cours d'une conférence de presse. "L'équipage n'a signalé aucun problème".

• Hollande demande que "tout soit mis en œuvre pour faire la lumière sur les circonstances". La France demande que "tout soit mis en œuvre pour faire la lumière sur les circonstances qui ont provoqué" le crash du Boeing, a indiqué l'Elysée jeudi soir. Dans un communiqué, le président François Hollande fait part de son "immense émotion" en apprenant la nouvelle et exprime "toute (s)a solidarité" aux proches des passagers du vol reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, qui selon la présidence ukrainienne pourrait avoir été abattu.

 

 

• "De nombreux Néerlandais" se trouvaient dans l'avion. "De nombreux Néerlandais" se trouvaient à bord de l'avion malaisien en provenance d'Amsterdam-Schiphol qui s'est écrasé, a indiqué le ministre néerlandais de la Justice. "Il y avait de nombreux Néerlandais à bord", a déclaré le ministre de la Justice Ivo Opstelten à la télévision publique NOS. "Je ne peux pas être plus précis", a-t-il dit, ajoutant être "profondément choqué" par les images "horribles" de la carcasse de l'avion qui ont été diffusées par les médias.

• 4 Français "au minimum" parmi les passagers. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius a indiqué que quatre Français "au minimum" se trouvaient parmi les passagers de l'avion malaisien. Plus tôt, le ministère de l'Intérieur ukrainien indiquait que le nombre total de morts était supérieur à 300, parmi lesquels également23 ressortissants américains.

 

• De nombreux corps sur la zone du crash, pas de signe de survivants. Un grand nombre de corps des passagers tués dans le crash de l'avion de ligne malaisien jeudi dans l'Est de l'Ukraine sont éparpillés dans la zone d'impact, ont constaté des journalistes de l'AFP arrivés sur place. Des morceaux du fuselage déchiqueté, dont la queue de l'appareil avec le logo de la compagnie malaisienne, ainsi que des bagages, parsèment une vaste zone au village de Grabove, près de la ville de Chakhtarsk, dans la région de Donetsk. Il n'y aurait aucun signe de survivants, toujours selon les journalistes. Des soldats des forces rebelles et des pompiers sont arrivés sur place.

• Un "acte terroriste" selon Porochenko. Le président ukrainien Petro Porochenko a évoqué jeudi un "acte terroriste" à propos de l'avion malaisien qui s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine, a déclaré son secrétaire chargé de la presse. "Porochenko pense cela de l'avion qui a été abattu : ce n'est pas un incident, pas une catastrophe, mais un acte terroriste", a déclaré Svatoslav Tsegolko.

 

• Paris demande aux compagnies aériennes d'éviter l'espace aérien ukrainien. Après l'annonce du crash du Boeing de la Malaysia Airlines, le gouvernement français a appelé les compagnies aériennes d'éviter l'espace aérien ukrainien. La compagnie française Air France a de son côté indiqué qu'il n'y aurait plus de survol de l'espace aérien ukrainien. La compagnie allemande Lufthansa a quant à elle décidé de contourner "largement" l'Ukraine, tandis que l'américaine Delta Air Lines ne survolera plus l'espace aérien ukrainien.    

 

• Poutine et Obama ont abordé au téléphone le crash de l'avion. Le président russe Vladimir Poutine a abordé jeudi au cours d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Barack Obama le crash de l'avion de Malaysia Airlines, tombé dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le Kremlin dans un communiqué.  "Le président russe a informé le président des États-Unis d'un rapport des contrôleurs aériens qui est arrivé juste avant leur conversation téléphonique et qui indique qu'un avion malaisien s'est écrasé en Ukraine", est-il écrit dans le communiqué.

• La Malaisie ouvre une enquête. Le Premier ministre malaysien a indiqué que les autorités ouvraient une enquête sur la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines.  

• Le chef séparatiste pro-russe accuse les forces ukrainiennes. Quelques minutes après l'annonce du crash du Boeing de la Malaysia Airlines en Ukraine, le chef séparatiste pro-russe Alexandre Borodaï a accusé les forces ukrainiennes d'avoir abattu l'appareil. "Apparemment, c''est en effet un avion de ligne, abattu par l'armée de l'air ukrainienne", a déclaré Alexandre Borodaï, chef du gouvernement de la "république populaire" autoproclamée de Donetsk, à la chaîne russe Rossiya-24.

• Probablement des victimes européennes, voie françaises :

 

• 295 passagers, aucun survivant. Les 295 personnes à bord - 280 passagers et 15 membres d'équipage - sont toutes mortes, a ajouté ce conseiller, Anton Gerachtchenko. Selon Interfax, l'appareil, un Boeing, volait à une altitude de 10.000 mètres lorsqu'il a été abattu. L'avion serait tombé dans une zone séparatiste pro-russe. Des affrontements récents y ont opposé insurgés pro-russes et forces gouvernementales ukrainiennes.

• La Russie pointée du doigt :

 

• Le président ukrainien n'exclut pas que l'avion ait été abattu. "C'est le troisième cas tragique ces derniers jours, après les avions An-26 et Su-25 des forces armées ukrainiennes abattus depuis le territoire de la Russie", a déclare Petro Porochenko, cité dans un communiqué de la présidence. "Nous n'excluons pas que cet avion (malaisien) ait pu être abattu et nous soulignons que les forces armées ukrainiennes n'ont pas effectué de tirs susceptibles d'atteindre des cibles dans les airs", ajoute-t-il, avant de présenter ses condoléances aux familles des victimes.

• Disparition confirmée par la Malaysia Airlines. La compagnie aérienne a de son côté confirmé avoir perdu le contact avec un de ses avions au dessus de l'Ukraine. "Malaysia Airlines a perdu le contact du MH17 en provenance d'Amsterdam. Sa dernière position connue était au dessus de l'espace ukrainien", précise la compagnie sur Twitter.

• Le plan de vol du MH17, le lieu du crash :  

Le vol MH17 abattu au-dessus de l'Ukraine

 

Commenter cet article

  • giorgio.fismodi : Un seul mot : débile !!!

    Le 18/07/2014 à 08h38
  • optimus95400 : Europe oblige et devoir d'un président, rester humain et non politicien

    Le 18/07/2014 à 03h45
  • jp20ra : Ecrire votre commentaire ici ... l'avion s'est écrasé en territoire pro russes séparatiste, à quelques kilomètres de la Russie ou sont stationnés 40 000 soldats russes. Il y a malheureusement de fortes chances que le ménage autour des débris soit déjà en cours par les pro russes et russes, et qu'il ne restera rien aux enqueteurs Malais et Occidentaux.

    Le 18/07/2014 à 02h40
  • alain2013 : Quelles raisons peut pousser les ukrainiens a tirer sur un avion alors que les pro russes n'ont pas d'avions or helicopteres. De plus cette avion devait etre a tres haute altitude donc ne devait pas etre un danger. Par contre rien ne prouve que les pro russes ou assimiles n'ont pas recu du materiels militaires an secret de la part de moscou.

    Le 18/07/2014 à 02h28
  • deglav : Mais qu'est-ce que ça peut faire qu'il y ait des français ou non ? Beaucoup de gens sont morts, c'est terrible et devrait se ficher pas mal de leur nationalité.

    Le 18/07/2014 à 01h11

      Euro 2016 : le retour triomphal de Will Grigg et des Nord-Irlandais à Belfast

      logAudience