En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Vague d'intoxication à l'alcool frelaté en République tchèque et en Pologne


le 17 septembre 2012 à 21h41 , mis à jour le 17 septembre 2012 à 21h50.
Temps de lecture
3min
En République tchèque, le gouvernement a interdit la vente d'alcool fort pour faire face à une vague d'intoxication à l'alcool frelaté.

En République tchèque, le gouvernement a interdit la vente d'alcool fort pour faire face à une vague d'intoxication à l'alcool frelaté. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
EuropeFaisant face à une vague d'empoisonnement à l'alcool frelaté, la République tchèque a interdit la vente de boissons à plus de 20 % d'alcool. La Pologne s'est contentée d'interdire les alcools forts en provenance de République tchèque.

La vague d'intoxication à l'alcool frelaté qui a fait au moins 20 morts en République tchèque s'étend à la Slovaquie ainsi qu'à la Pologne où les autorités sanitaires se refusent encore à faire le lien avec les cas d'empoisonnement tchèques. En Pologne, des spiritueux frelatés au méthanol ont coûté la vie à cinq personnes au cours des deux dernières semaines, alors que quatre Slovaques ont été hospitalisés dimanche après avoir consommé de la "slivovice" (eau-de-vie de prune) en provenance de la République tchèque.

 

La police tchèque procède depuis vendredi soir à des perquisitions dans les magasins, restaurants et boîtes de nuit, pour contrôler le respect de l'interdiction totale de la vente de boissons à plus de 20% d'alcool décrétée par le ministère de la Santé. Selon le ministre Leos Heger, cette mesure sans précédent pourrait rester en vigueur sur plusieurs semaines. La police a jusqu'à présent mis en examen 23 personnes en liaison avec cette affaire.

 

La Pologne interdit l'alcool fort tchèque 

 

La vague d'intoxications frappe aussi la Pologne voisine. "Au cours des quinze derniers jours, nous avons enregistré neuf cas d'intoxications dus à la consommation de liqueurs frelatées. Cinq personnes sont mortes", a déclaré à l'AFP Piotr Burda, chef du centre polonais de toxicologie. M. Burda n'a cependant pas établi de lien entre ces cas et les intoxications en République tchèque. "En Pologne, nous avons surtout un problème de substituts de boissons alcoolisées consommés par des alcooliques", a indiqué M. Burda.
Dimanche, les autorités sanitaires polonaises ont cependant annoncé l'interdiction de vente sur leur territoire d'alcools forts en provenance de République tchèque. Les autorités slovaques se sont contentées d'une mise en garde contre l'achat de spiritueux tchèques sur internet.

 

La police tchèque est à la recherche d'une source primaire des intoxications. Aucune piste n'a été exclue pour l'instant. Selon Irena Kolouchova de l'Institut de technologie chimique à Prague, l'affaire a été provoquée par un accident plutôt que par un acte prémédité. "Je n'arrive pas à imaginer que quelqu'un qui serait au courant des effets toxiques du méthanol puisse ajouter cette substance à un spiritueux, sachant très bien qu'il pourrait ainsi mettre en péril la vie des gens", a-t-elle déclaré, à la télévision publique CT24.

 

Outre le taux de consommation de bière par habitant le plus élevé dans le monde, la République tchèque est le deuxième consommateur mondial d'alcool par habitant adulte, derrière la Moldavie, selon les données de l'Organisation Mondiale de la Santé pour 2011. "Selon nos estimations, le marché noir représente environ 20% du total de la consommation d'alcool en République tchèque", a déclaré à l'AFP Jiri Janousek, porte-parole de l'Association tchèque de producteurs et importateurs des spiritueux".

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Ces pandas ne veulent vraiment pas prendre leurs médicaments

      Ces pandas ne veulent vraiment pas prendre leurs médicaments

      logAudience